Restez connectés avec nous
CDF - Julien Stéphan estime que l'arbitrage a favorisé les gros et s'interroge sur la VAR

Adversaires

Coupe de France – Julien Stéphan estime que l’arbitrage a favorisé les gros et s’interroge sur la VAR

La finale de la Coupe de France a donc trouvé ses deux concurrents : le Paris Saint-Germain et le Stade Rennais se feront face au Stade de France afin de désigner son futur détenteur. Certainement heureux à l’idée de faire enfin tomber le PSG, Julien Stéphan coach breton, a tenu à souligner les injustices dont ont écopé son équipe, contre l’OL, et le FC Nantes, contre Paris. Il s’interroge ainsi sur l’utilisation de la VAR lors de ces deux demi finales. 

« J’ai vu des choses surprenantes sur les deux matchs. Était-ce pour favoriser sciemment les équipes supposées être les plus fortes? Je ne peux pas l’imaginer. Mais le constat que je fais, c’est que ça tourne toujours, sur ces deux matchs, en faveur des équipes supposées être plus fortes“. “Il y a une action litigieuse sur le penalty mardi et une autre sur le pénalty non sifflé sur Coulibaly (FC Nantes) hier. Pourquoi là on n’y va pas et pourquoi sur le penalty de Paris avec la main de Pallois, on y va? Là, je dois vous avouer que je ne comprends pas », a déclaré Stéphan.

Une utilisation qui pose question…

On comprend, et on entend, ce que veut dire Julien Stéphan vis-à-vis de l’arbitrage. Et ça question est légitime, surtout que beaucoup se la posent. Si la VAR est sensée réduire les injustices dans le football, on voit encore des situations surprenantes. Le problème étant qu’il y a toujours un jugement humain. Les arbitres à la vidéo décident de prévenir ou non. Ensuite, dans le cas où les assistants disent que quelque chose ne va pas, il faut encore que l’arbitre principal se déjuge. Ce qui ne semble pas toujours être simple pour nos arbitres français, ce qui donne des situations souvent très difficiles à comprendre. Cependant, il y a tout de même des erreurs qui sont évitées.

Et clairement, l’argument du « gros » avantagé est un discours classique sans fondement particulier. Il faudrait savoir passer à autre chose. Comme celui du « petit » avantagé.

Publicités

Vidéos Football

 

Derniers articles

Autres articles présents dans Adversaires