Restez connectés avec nous

Adversaires

Reims/PSG – Caillot évoque les chances de son équipe et les matchs joués à 21h

Jean-Pierre Caillot
©IconSport

Ce mercredi, le Paris Saint-Germain va poursuivre sa série de cinq matchs consécutifs à l’extérieur, les quatre premiers à 21h et le dernier à 18h30. Ce déplacement à Reims pour les demi-finales de la dernière Coupe de la Ligue aura un goût de revanche pour le PSG qui devra laver l’affront reçu au Parc des Princes lors de leur dernière confrontation (0-2 le 25 septembre, 7e journée de Ligue 1). Avant cette rencontre qui s’annonce intense, le président des Rouge et Blanc, Jean-Pierre Caillot s’est livré au journal Le Parisien et n’a pas caché sa joie de recevoir le club parisien. Avec en plus un peu d’espoir de se qualifier.

« Reims est la seule équipe au monde à rester sur deux succès consécutifs face au PSG de l’ère QSI ?

On est les seuls ? Je n’avais pas cette statistique, mais elle me plaît. En revanche, je savais qu’on avait une série en cours, j’ai encore en tête nos deux dernières victoires. Quant au tirage, j’étais surtout heureux que le match se joue à Reims. Quoi qu’il advienne, cette rencontre aura pour nous la saveur d’une finale, il y aura très peu de Parisiens, le stade sera 100 % acquis à notre cause.

Caillot « le PSG va débarquer avec toute la cavalerie et je crains qu’elle soit bien motivée. »

Je crois au ‘jamais deux sans trois’ ?

Non. Vu le nombre de personnes qui me répètent que Reims l’a déjà fait, je pourrais écouter la vox populi et complètement m’enflammer. Mais je reste lucide, à 90 minutes du Stade de France, le PSG va débarquer avec toute la cavalerie et je crains qu’elle soit bien motivée. »

Après une première victoire obtenue à Reims le 25 mai dernier pour la dernière journée de Ligue 1, le Stade Rémois a frappé un grand coup à Paris cette saison. Si la fin de saison en roue libre peut expliquer la première défaite, la deuxième au Parc trouve son origine dans le système tenté par Tuchel sur ce match mais n’en a pas moins été surprenante. Mais cette défaite a eu pour effet le début de la prise de conscience parisienne observée sur la fin de l’année. Un mal pour un bien en quelque sorte.

Jean Pierre CAILLOT president of Reims during the Ligue 1 match between Stade Reims and AS Saint-Etienne at Stade Auguste Delaune on December 8, 2019 in Reims, France. (Photo by Anthony Dibon/Icon Sport) – Jean Pierre CAILLOT – Stade Auguste-Delaune – Reims (France)

Caillot « j’ai croisé des gens me disant qu’ils ne viendraient pas au match car les enfants avaient école le lendemain. »

« Si je préfère que Paris vienne sans ses stars ?

Si j’avais eu besoin de vendre des billets, j’aurais milité pour que Paris vienne au grand complet. Mais comme on a tout vendu en à peine trois jours, je ne serais pas contre une petite équipe (rires).

Reims n’a plus perdu contre Paris à domicile depuis 2013, mais n’est pas favori ?

(Il s’esclaffe) Je n’ai pas encore pris l’apéro, vous n’avez aucune chance de me faire dire une connerie (sic). Si on n’a pas perdu contre Paris depuis aussi longtemps, c’est peut-être aussi parce qu’on a fait un petit passage en Ligue 2 (NDLR : de 2016 à 2018).

Tuchel qui regrette de jouer seulement à 21h ?

Les matchs à 21 heures permettent d’emmagasiner un max de notoriété, sont un plus dans la répartition des droits TV…  Si Reims devait jouer à 21 heures, croyez-moi, je m’en accommoderais. Bien sûr, ce n’est pas le top en termes de récupération. Mais on a affaire à des sportifs de haut niveau. Quand on fait la Ligue des champions, on est habitué à ce type d’horaires et aux déplacements. Mais j’avoue qu’hier encore, j’ai croisé des gens me disant qu’ils ne viendraient pas au match car les enfants avaient école le lendemain.

Caillot « Alors ça m’arrangerait bien que le PSG ne veuille pas de sa finale. »

Paris a gagné la première Coupe de la Ligue en 1995. Doit-il remporter cette dernière édition pour boucler la boucle ?

Ce serait un beau symbole ! Mais je n’oublie pas que le Stade de Reims avait remporté une des éditions de l’ancienne version de l’épreuve, il y a 25 ou 30 ans. Alors ça m’arrangerait bien que le PSG ne veuille pas de sa finale (rires).

Le PSG veut remporter cette dernière édition de la coupe de la Ligue et devra donc battre son futur adversaire sans coup férir pour rejoindre le Stade de France. Avec un groupe presque complet, contrairement aux deux dernières rencontres entre les deux clubs, la seule option ce soir sera de se déplacer en leader sûr de ses forces, et d’imposer son jeu et son rythme. Le PSG devra se méfier de la seule équipe à avoir encaissé moins de buts que lui en championnat (13 à 14). Un adversaire des plus coriaces en défense donc mais beaucoup moins prolifique en attaque (50 buts à 17 pour le PSG). Aux Parisiens de décrocher leur place en finale en faisant leur maximum pour faire respecter la logique.

Publicités

 

Articles récents

Autres articles présents dans Adversaires