Restez connectés avec nous
La protestation d'Aulas prend un coup : l'UEFA confirme la date limite du 3 août
©IconSport

Adversaires

La protestation d’Aulas prend un coup : l’UEFA confirme la date limite du 3 août

Jean-Michel Aulas, président de l’Olympique Lyonnais, est le plus grand détracteur de la décision d’arrêter définitivement la Ligue 1 2019-2020, certainement parce que son club est 7e du classement. Pour mener son combat, il s’est souvent appuyé depuis le 30 avril sur le fait que l’UEFA n’avait pas placé le 3 août comme une date butoir pour terminer les championnats 2019-2020, alors que cette limite a été évoquée parmi les raisons du choix de ne pas essayer de reprendre et finir rapidement. Sauf que L’Equipe relaie ce midi un texte écrit par Aleksander Ceferin, président de l’UEFA, qui répond à la demande du dirigeant rhodanien de repousser cette date. Le Slovène explique assez clairement qu’il n’est pas possible d’aller au-delà.

« La date limite suggérée du 3 août 2020 pour que les associations nationales fournissent à l’UEFA la liste des clubs qui participeraient aux compétitions interclubs de l’UEFA la saison prochaine, sous réserve qu’elles réussissent le processus d’admission, a été communiquée aux 55 associations membres de l’UEFA il y a plusieurs semaines et a été validée unanimement par tout le board. Nous ne pouvons donc pas la modifier à ce stade et nous espérons qu’elle sera officiellement confirmée lors de la réunion du Comité exécutif du 17 juin.

« nous demandons à toutes les associations nationales de respecter le délai susmentionné. »

En fait, afin de garantir l’égalité de traitement entre les 55 associations nationales de l’UEFA, nous ne sommes pas en mesure de tenir compte de la situation spécifique de chaque pays et des décisions des instances compétentes concernées. Par conséquent, nous demandons à toutes les associations nationales de respecter le délai susmentionné. »

Même si on se méfie généralement du journal sportif, il est plutôt fiable avec ce genre de sujet et on peut espérer qu’il n’aurait pas osé citer le président de l’UEFA sans avoir vraiment eu le texte sous les yeux. Lequel vient assez clairement mettre en péril les arguments d’Aulas pour une reprise et une base de ses critiques envoyées à ceux qui ont fait ce choix (le gouvernement et la Ligue de Football Professionnel). Cela casse aussi le mince espoir qu’il pouvait avoir d’une reprise suite au recours déposé avec le TFC et Amiens auprès du Conseil d’Etat (le verdict devrait tomber lundi ou mardi). Reste à voir quelle sera la réponse du président lyonnais, qui n’est pas du genre à rester sans réaction. Mais on peut espérer pouvoir très prochainement enfin se tourner pleinement vers la saison 2020-2021.

Publicités

 

Derniers articles

Autres articles présents dans Adversaires