Restez connectés avec nous
Laurey "Quand tu vois qu'il y a plus de 25.000 morts en France, tu te fous de savoir si tu termines 6e, 10e ou 11e"
©IconSport

Adversaires

Laurey « Quand tu vois qu’il y a plus de 25.000 morts en France, tu te fous de savoir si tu termines 6e, 10e ou 11e »

Thierry Laurey, entraîneur du RC Strasbourg depuis mai 2016, a accordé une interview au journal Dernières Nouvelles d’Alsace. L’occasion pour le coach du 11e de Ligue 1 2019-2020 de donner son point sur l’arrêt définitif du championnat de France cette saison (avec un classement fixé par quotient, 2 descentes et 2 montées), ainsi que les protestations quotidiennes depuis cette saison, notamment de la part des présidents Jean-Michel Aulas (Olympique Lyonnais) et Bernard Joannin (Amiens). Habitué des phrases fortes, il envoie ici un message clair.

« Quand tu vois qu’il y a plus de 25.000 morts en France, tu te fous de savoir si tu termines 6e, 10e ou 11e. Suffisamment de gens on dit des conneries pour ne pas en rajouter. J’aurais aimé aller au bout de la saison et la plupart de mes collègues entraîneurs était dans cet état d’esprit. Après c’est une décision gouvernementale et il n’y a rien à ajouter.

Laurey « Dans une situation sanitaire aussi dramatique, il faut savoir tourner sa langue une paire de fois dans sa bouche avant de parler. »

Je pense même que c’est la bonne solution parce que le virus est très vivace. Il faudrait que de temps en temps certains, de par leur fonction, prennent un peu de recul. Dans une situation sanitaire aussi dramatique, il faut savoir tourner sa langue une paire de fois dans sa bouche avant de parler. »

Bien sûr, les événements tragiques ne font pas que l’on doit arrêter de vivre. Même s’il y a cette maladie, on ne peut pas arrêter les divertissements et le sport. Alors il est normal que le football, comme tous les autres, ait voulu s’organiser et reprendre. Il a finalement été décidé d’arrêter la saison pour donner la priorité à la santé de tous. Ce qui peut déplaire sportivement, mais a du sens pour la société en général. On peut comprendre qu’il y ait de la frustration. Mais il faut savoir garder une certaine mesure et bien garder en tête ce qui est le plus important.

Laurey le souligne bien. On peut penser à comment organiser la suite, puisqu’il le faut. Mais ce serait bien de voir les querelles autour de quelques places cesser. Les décisions ont été prises et le football français a bien plus besoin de solidarités et de plans pour la suite que de combats entre dirigeants pour savoir comment peut-être obtenir une meilleure situation pour leur club.

Publicités

Vidéos football

 

Derniers articles

Vidéos PSG

Autres articles présents dans Adversaires