Restez connectés avec nous

Adversaires

M’Vila : « En face, il y avait du lourd »

Pourtant très motivés avant la rencontre et solides en première période, les Rennais ont craqué face au talent des attaquants parisiens. Au final, les hommes de Frédéric Antonetti ont été sèchement battus et regrettent une deuxième mi-temps manquée.

Yann M’Vila, par exemple, savait que les attaquants parisiens pouvaient faire la différence à tout moment mais son équipe n’a rien pu faire. « Je suis déçu, très déçu, parce que je pense qu’on fait une bonne première mi-temps. Ils n’arrivaient pas à jouer, on les empêchait bien. Après, en face, il y avait du lourd. On savait qu’à tout moment par exemple Jérémy Ménez pouvait marquer sur une action individuelle, c’est ce qui s’est passé en début de deuxième mi-temps. Si on fait la même première mi-temps en deuxième, on aurait pu sortir avec un résultat plus favorable », a estimé l’international français, appuyé dans ses propos par le gardien de but Benoît Costil. « Cette défaite est une grosse claque. On avait été très bons en première période, on était concentrés. On avait la maîtrise du ballon, on défendait bien. En seconde période, on prend un but trop vite, et les talents individuels du PSG ont fait la différence. Cette défaite est logique. On n’a pas mis Sirigu en danger une seule fois.»

De son côté, Frédéric Antonetti s’est dit déçu de voir une nouvelle fois son équipe manquer un grand rendez-vous face à une grosse équipe. Mais il assure que le Stade Rennais arrivera à s’imposer en haut du classement dans les prochaines années. « Les explications sont simples. On n’a pas pu peser plus offensivement et on a eu trop de déchet technique sans que Paris nous mette une pression terrible. Les trois buts, c’est en contres. On n’a pas été trop destabilisé mais ils ont des joueurs de grande valeurs surtout quand on leur laisse des espaces. On n’est plus maîtres de notre destin. Notre calendrier était difficile. On a vu la différence avec les équipes du haut. La grande leçon, c’est qu’il faut se réfugier dans le travail. Un jour, on peut faire ce que Montpellier fait. Mais je m’interroge : faut-il mieux être une fois champion et puis plus rien ou être dix fois plus haut sans être champion. Bon, ce qu’ils font, c’est extraordinaire. Nous on est toujours entre la 4e et la 7e place, mais on n’arrive pas à passer le cap. On est trop jeune, trop naïf. Est-ce que Rennes y arrivera ? Je le pense, il faut persévérer. Pour l’ensemble de son oeuvre, Rennes le mérite. Et le jour où on y arrivera, ce ne sera pas hasard. Auxerre a fini 3e il y a trois ans et aujourd’hui, ils font quoi? Ils sont relégués. A l’époque on me disait, pourquoi vous ne faites pas comme Auxerre. Avec Auxerre, j’en ai pris plein la gueule », a déclaré l’entraîneur rennais, qui va désormais demander à son équipe de s’imposer face à Dijon, dimanche prochain, afin d’accrocher la 5e place.

Derniers articles

Autres articles présents dans Adversaires