Archives

Quand on compare le PSG à du tennis

Publie le 26/10/2010 a 10:42



  • Ancien grand journaliste du quotidien L’Equipe et aujourd’hui chroniqueur pour différentes émissions sur Canal+, Pierre Ménès est revenu sur l’enjeu sportif manqué par le PSG ce dimanche après midi face à Auxerre et apporte même une petite comparaison humoristique…

    « A chaque fois que les hommes de Kombouaré ont l’occasion de monter sur le podium à domicile, ils ratent le coche. Et c’est d’autant plus rageant que Paris s’était mis dans les meilleures conditions avec cette magnifique frappe enroulée de Nenê dès la 50e seconde de jeu, but le plus rapide la saison. Mais la frappe dévissée-détournée-et-qui-heurte-la-barre-avant-de-rentrer, signée Mignot moins de trois minutes après, a anéanti tous les espoirs parisiens.

    Un parpaing dans les bâches

    Vingt minutes plus tard, l’AJA mène 3-1 et malgré une deuxième mi-temps où ils se seront bien battus, les Parisiens ne parviendront pas à revenir. La belle série parisienne prend donc fin de façon abrupte au pire moment. En fait, le PSG est comme un tennisman qui se met soudain à jouer petit bras au moment de claquer la balle de match et qui envoie un parpaing dans les bâches ou dans le bas du filet. »

    Publie le 26/10/2010 a 10:42

    Quand on compare le PSG à du tennis

    Ancien grand journaliste du quotidien L’Equipe et aujourd’hui chroniqueur pour différentes émissions sur Canal+, Pierre Ménès est revenu sur l’enjeu sportif manqué par le PSG ce dimanche après midi face à Auxerre et apporte même une petite comparaison humoristique…

    « A chaque fois que les hommes de Kombouaré ont l’occasion de monter sur le podium à domicile, ils ratent le coche. Et c’est d’autant plus rageant que Paris s’était mis dans les meilleures conditions avec cette magnifique frappe enroulée de Nenê dès la 50e seconde de jeu, but le plus rapide la saison. Mais la frappe dévissée-détournée-et-qui-heurte-la-barre-avant-de-rentrer, signée Mignot moins de trois minutes après, a anéanti tous les espoirs parisiens.

    Un parpaing dans les bâches

    Vingt minutes plus tard, l’AJA mène 3-1 et malgré une deuxième mi-temps où ils se seront bien battus, les Parisiens ne parviendront pas à revenir. La belle série parisienne prend donc fin de façon abrupte au pire moment. En fait, le PSG est comme un tennisman qui se met soudain à jouer petit bras au moment de claquer la balle de match et qui envoie un parpaing dans les bâches ou dans le bas du filet. »




  • Tags de l'article :
    Articles lies a ce sujet
    Espace communautaire

    Comments are closed.

    Dernieres news

    Suivez-nous sur les reseaux



    Live football scores . Current table, fixtures & results.

    L'actualité européenne

    LDC - Sergio Busquets sort sur une ciivère lors de Eibar/Barcelone

    LDC – Sergio Busquets sort sur une civère lors de Eibar/Barcelone

    Adversaires

    Titulaire pour le déplacement sur la pelouse d’Eibar, le milieu de terrain du Fc Barcelone de ...

    Les dernières activités

    Fermer
    Activité récente
    Coralie Owczaruka mis à jour un post"FC Nantes/PSG - "Draxler, juste un coup" selon Unai Emery"
    1 day ago
    Coralie Owczaruka mis à jour un post"FC Nantes/PSG - "Draxler, juste un coup" selon Unai Emery"
    1 day ago

    Actualité Féminine

    Féminines - Lair Il va falloir continuer à y croire et réagir

    Féminines – Lair « Il va falloir continuer à y croire et réagir »

    Actu Féminin

    Ce weekend, l’équipe féminine du Paris Saint-Germain a concédé sa première défaite en championnat en s’inclinant ...

    Vidéos PSG

    Quand on compare le PSG à du tennis

    <Archives

    Ancien grand journaliste du quotidien L’Equipe et aujourd’hui chroniqueur pour différentes émissions sur Canal+, Pierre Ménès est revenu sur l’enjeu sportif manqué par le PSG ce dimanche après midi face à Auxerre et apporte même une petite comparaison humoristique…

    « A chaque fois que les hommes de Kombouaré ont l’occasion de monter sur le podium à domicile, ils ratent le coche. Et c’est d’autant plus rageant que Paris s’était mis dans les meilleures conditions avec cette magnifique frappe enroulée de Nenê dès la 50e seconde de jeu, but le plus rapide la saison. Mais la frappe dévissée-détournée-et-qui-heurte-la-barre-avant-de-rentrer, signée Mignot moins de trois minutes après, a anéanti tous les espoirs parisiens.

    Un parpaing dans les bâches

    Vingt minutes plus tard, l’AJA mène 3-1 et malgré une deuxième mi-temps où ils se seront bien battus, les Parisiens ne parviendront pas à revenir. La belle série parisienne prend donc fin de façon abrupte au pire moment. En fait, le PSG est comme un tennisman qui se met soudain à jouer petit bras au moment de claquer la balle de match et qui envoie un parpaing dans les bâches ou dans le bas du filet. »

    By
    @
    OTER ?>