Restez connectés avec nous
Aulas concède y être allé un "peu fort sur les Qataris", mais souligne "ce n'est pas normal"
©Iconsport

Autour du PSG

Aulas concède y être allé un « peu fort sur les Qataris », mais souligne « ce n’est pas normal »

Jean-Michel Aulas, président de l’Olympique Lyonnais depuis 1987, a été placé à la première place des présidents de clubs français depuis 1945 établi par France Football (à retrouver ici). L’occasion de donner une interview au média sportif et donc d’évoquer le Paris Saint-Germain, dont il a l’habitude de se plaindre depuis l’arrivée des investisseurs qataris en 2011. Il fait l’effort d’affirmer qu’il en a trop fait, mais tout en répétant son discours habituel.

“Sur les Qataris, j’y suis allé un peu fort, mais je persiste à penser que ce n’est pas normal qu’en Ligue 1, un club dispose d’un budget à 700-800 M€ quand d’autres plafonnent à 60 M€. Remporter une Ligue des champions ? Il y a une voie, même si elle est compliquée… Cela passe par la transformation du modèle économique du football international. Si je reste président, c’est avec cette espérance, car je ne vais pas me lancer dans une course pour acheter une vedette à 100M€.

Aulas souhaite « un mode de régulation structurel »

Il faut trouver un mode de régulation structurel, qui ne sera plus le fair-play financier tel qu’on le connaît, mais qui permette un réel équilibre compétitif. Cela passerait, par exemple, par un plafonnement des salaires ou une meilleure répartition des recettes. Sinon, l’OL, comme d’autres, ne peut pas lutter, surtout face à des clubs financés sans limite par des États comme le Qatar.“

Le président lyonnais a donc brièvement fait l’effort de concéder qu’il a trop critiqué le Qatar, mais rajoute tout de suite une couche en se plaignant du budget de clubs comme le PSG. On l’a donc compris, Aulas veut des règles pour pouvoir rivaliser plus simplement. Ce qui n’est pas incompréhensible. Mais il faudrait aussi qu’il sache souligner que son club est de loin parmi les meilleurs budgets du championnat et que son équipe n’a pas toujours été dans ce top au classement. Il y a d’autres choses à affronter que le budget du PSG.

Le Fair-Play Financier va vers une évolution importante, mais les détails ne sont pas encore connus. On verra alors ce qui se passera, mais il y aura sans doute toujours une élite. Il faut bien une récompense en réussissant à gagner. Et les revenus des plus gros clubs viennent aussi des ventes de maillots et autres merchandisings ou sponsors. Il serait illogique qu’ils aient à partager cela. Et justement, le PSG s’est très bien placé dans ce domaine. Il y a eu un grand investissement au lancement du projet, mais ce serait bien de comprendre que maintenant Paris a tout simplement de très grands revenus pour rester dans les premières places européennes.

Publicités

Derniers articles

Autres articles présents dans Autour du PSG