Restez connectés avec nous
La question du lundi : Al-Khelaïfi doit-il laisser la main au PSG ?
©Iconsport

Autour du PSG

La question du lundi : Al-Khelaïfi doit-il laisser la main au PSG ?

Chaque lundi, deux rédacteurs répondent à une question liée à l’actualité du Paris Saint-Germain. Nous demanderons toujours aux supporters de donner des propositions sur les réseaux sociaux. Aujourd’hui, nous avons gardé le sujet de Karim Luffy : Nasser Al-Khelaïfi doit-il laisser la main et se mettre en retrait de la direction ?

Arthur : Al-Khelaïfi doit être plus présent ou trouver un bras droit, mais il ne partira pas.

N’oublions pas tout ce que le PSG a fait depuis 2011.

Nasser Al-Khelaïfi (NAK) est un président particulier, il a débarqué sans grande connaissance du football et s’est peu à peu mis au diapason pour devenir un président qui compte. Il a ramené les Ultras au stade et demeure le président en France avec le plus de titres de l’histoire du football français. Il vient de remporter une 8e ligue 1, le PSG a échoué en 2012, 2017 et 2021, pour le reste, la domination est totale. Pareil dans les 3 coupes françaises. 

Il y en a peu qui ont échappé au PSG. Mais depuis 2017, le PSG a changé un peu de politique. Le club a vu le retour de Leonardo, puis la mise en retrait du président. Il s’agit maintenant de savoir ce que veut faire NAK désormais.

Leonardo le bras droit de Nasser qui s’est fait discret.

La question du lundi : Al-Khelaïfi doit-il laisser la main au PSG ?

Sport Director LEONARDO of Paris Saint Germain (PSG), Nasser AL KHELAIFI president of Paris Saint Germain (PSG) during the Paris Saint Germain Training Session at Camp des Loges on February 14, 2022 in Paris, France. (Photo by Hugo Pfeiffer/Icon Sport)

Al-Khelaïfi est devenu le président de l’ECA (Association européenne des clubs) et continue donc d’avoir de multiples casquettes. On le voit moins au club et on pensait que Leonardo était devenu une sorte de président par intérim, qui rendait des comptes au président, qui lui-même rendait des comptes à Doha. Mais la réalité est tout autre. On le voit dans les relations avec les joueurs.

NAK arrive plus à communiquer avec les joueurs alors que Leonardo a eu quelques heurts qui l’ont pénalisé dans le management. Il faut une présence, le cadre, l’institution. Cela n’est incarné par personne à Paris. Il faut remettre de l’ordre dans l’organigramme et envisager la révolution parce que le club ne s’en sort plus depuis deux ans.

Des joueurs qui ne respectent pas vraiment l’institution.

C’est aussi le rôle du président de garantir que les joueurs font leur travail, ce pour quoi ils sont payés. De même avec l’entraîneur qui a des comptes à rendre. Quand on voit le peu de coaching de Mauricio Pochettino, on peut se demander : « qui lui rappelle ses fonctions ? Quand on voit que les joueurs ne courent pas alors qu’il y a des titres importants à aller chercher, qui prend la parole ? Personne. Le président parisien veut toujours protéger ses joueurs et c’est dans un sens une bonne chose de ne pas trop les exposer. Mais quand tout va mal, il faut aussi savoir recadrer. Les joueurs ont des devoirs et le président doit être le garant des joueurs sur une saison. 

Malheureusement, cette saison, personne n’a recadré cette équipe parisienne qui s’est enfoncée dans un jeu apathique, sans envie. Pire, les conférences de presse de Pochettino ont toujours laissé entendre que les choses avançaient. Ce qui bien sûr n’a pas été vraiment le cas. Les joueurs ont pris en otage le club, par leur individualisme. 

Le président a peut-être peur que ces mêmes joueurs ne veuillent pas rester si le traitement en interne est plus dur. Mais Nasser doit comprendre que le club n’avancera qu’avec l’exigence du plus haut niveau. Mieux vaut 4 joueurs besogneux qu’une star nonchalante. Mieux vaut un jeune qui a faim, qu’un titulaire surprotégé qui ne fait pas les efforts. Mais le PSG est une vitrine de stars, le club est pris à son propre piège. 

Le PSG doit grandir, Nasser doit le comprendre.

L’idée n’est pas de dénigrer ce qui se passe au PSG, mais bien de comprendre. Pour avancer, il faut savoir se réinventer et c’est ce qu’Al-Khelaïfi doit incarner. Il faut un président fort et exigeant. Le PSG se portera mieux. Il faut plus de concurrence pour mettre la pression sur les joueurs qui n’ont plus envie de faire les efforts. Il faut repenser la politique sportive pour retrouver le niveau du Bayern Munich, Manchester City ou encore Liverpool. Surtout, il faut laisser plus de liberté à l’entraîneur. 

Nasser doit le comprendre, c’est essentiel. La confiance vient avec l’unité et le PSG est morcelé. Il ne manque pas grand-chose, mais il faut savoir franchir le pas. La saison prochaine va devoir être marquée par des changements majeurs sinon le club pourrait ne pas se relever facilement de 3 saisons compliquées. Al-Khelaïfi doit reprendre la main ou à défaut trouver quelqu’un pour assurer l’intérim quand il n’est pas là. Mais il faut de la clarté, pas d’ambiguïté.

La question du lundi : Al-Khelaïfi doit-il laisser la main au PSG ?

PSG Chairman Nasser al-KhelaÔfi pictured during a training session of French club PSG Paris Saint-Germain, Tuesday 14 September 2021, in Brugge, in preparation of tomorrow’s Champions League game against Belgian soccer team Club Brugge, on the first day (out of six) in the Group A of the UEFA Champions League group stage. BELGA PHOTO BRUNO FAHY
Photo by Icon Sport

Il ne peut pas vraiment se mettre en retrait, il est la voix de Doha à Paris.

Tous les observateurs le disent, NAK a de quoi être un très bon président. Mais à chaque fois, il s’éloigne encore un peu plus de son rôle. On aurait aimé un recadrage médiatique cette saison, voire des sanctions sportives. On a vu trop de matchs désolants de la part de joueurs extrêmement bien payés. C’est aussi le rôle du président de savoir trancher et dire les choses pour le bien de l’institution. Mais cela n’a pas été le cas. Publiquement en tout cas. 

Il doit revenir aux commandes, d’une manière ou d’une autre. S’il ne peut pas physiquement, il lui faut une voix qui porte en interne avec les règles édictées au départ. Nasser ne partira pas, il restera certainement dans son rôle, mais il peut facilement mettre un sous-directeur pour l’épauler et gérer le quotidien. Ce que Leonardo n’a pas assez fait. On attend des changements de partout, mais pas au niveau du président. Ce qui ne veut pas dire que l’organigramme ne va pas connaître une cure de jouvence souhaitable sur tous les points.

Nicolas : un changement de gestion plus que de personne.

Difficile de remplacer Al-Khelaïfi, qui a fait des choses importantes

Aujourd’hui, il y a une grande déception qui s’est accumulée après plus d’un an de matchs régulièrement décevants. Mais il ne faut pas oublier pour autant qu’Al-Khelaïfi n’a pas tout raté. Certes, il a eu des moyens très importants pour bâtir l’équipe et aider le club à grandir. Cela ne change pas qu’il a réussi à placer le PSG parmi les grands clubs européens.

Il ne s’agit pas que de l’effectif, mais aussi de l’image et des revenus. On sait que cela ne suffit pas, sauf que ce n’est pas à négliger non plus. C’est même très important pour que le PSG s’installe dans la durée parmi l’élite. Un développement appréciable, avec Paris qui est aujourd’hui un club mondialement important. Cela avec des revenus qui permettent d’avoir une certaine sécurité. Il y a aussi eu une finale de Ligue des Champions et de nombreux trophées nationaux remportés, ce n’est pas rien.

Cependant, on attend tout de même plus sportivement. Il faudra d’ailleurs de meilleurs résultats pour franchir encore un cap. Autant au niveau des trophées que de l’image.

Plusieurs changements mais des problèmes persistent.

La question du lundi : Al-Khelaïfi doit-il laisser la main au PSG ?

Nasser Al Khelaifi during a Paris Saint Germain Press Conference to announce Accor Live Limitless as new jersey sponsor on February 22, 2019 in Paris, France. (Photo by Pierre Costabadie/Icon Sport)

Pour accomplir ce fameux objectif, avec la victoire en Ligue des Champions en consécration suprême, il faudra sans doute du changement. Tout le monde est assez d’accord là-dessus. L’effectif est impressionnant, tout comme le peu de fois où son potentiel a été bien utilisé sur le terrain.

Il y a des choix du coach Mauricio Pochettino qui sont difficiles à comprendre, des joueurs qui semblent parfois avoir trop de confiance, ceux qui au contraire paniquent, ceux qui ne courent pas assez, ceux qui donnent le sentiment de manquer d’exigence…Mais plusieurs soucis, comme le manque de mouvement ou de détermination, sont loin d’être nouveaux. De même pour ce sentiment que l’équipe parisienne ne forme pas un collectif fort.

Pourtant, depuis le début du projet il y a plusieurs entraîneurs, directeurs sportifs, « leaders » et joueurs « phares ». Il n’est pas insensé de remettre en question Al-Khelaïfi, qui est une des rares constantes au fil des années.

Le changement de président peut être une idée, mais il y a des risques.

Après avoir tenté plusieurs solutions sans que l’effet soit concluant, on en est même loin cette saison, se tourner vers un nouveau président au PSG pourrait être envisagé. Peut-être que ce serait le bon moyen pour apporter un œil nouveau, un autre discours, une autre façon de faire.

Il y a notamment des doutes sur la façon dont Al-Khelaïfi prend ses décisions, certains lui reprochent de trop penser à sa relation avec l’émir et à celle avec les joueurs. Même si on reste prudent sans être au sein du club. Il y a peut-être aussi une autre façon de s’exprimer au moment des grands recrutements ou de parler des objectifs du PSG.

Sauf qu’il est loin d’être simple de trouver la bonne personne. Notamment parce que l’émir a forcément son importance et que rien ne vient garantir qu’il accepterait que ce soit quelqu’un d’autre qu’un proche à ce poste. Même si la personne choisie devait manquer d’expérience. Au moins, Al-Khelaïfi a maintenant du vécu au PSG.

D’ailleurs, alors que l’on peut lui reprocher d’avoir trop de rôles et donc pas assez de temps pour le PSG, le président parisien est une globalement respectée sur la scène footballistique. Aussi bien en France qu’en Europe. Il est même dorénavant le président de l’ECA (Association Européenne des Clubs) et est apprécié du côté de l’UEFA. Ce n’est pas négligeable pour Paris. L’image et le poids en Europe ont leur importance pour la suite. Ce sont aussi des choses que le PSG perdraient en changeant de président.

C’est tout un club qui doit aller dans le bon sens.

Le départ de Nasser Al-Khelaïfi me semble donc peu probable, et ce ne serait pas forcément une solution non plus. puisque rien ne garantit que le remplacement aurait les clefs pour régler les problèmes. Du moins, il ne peut pas forcément faire plus que quelqu’un déjà en place. NAK doit trouver la bonne formule, peut-être les bonnes personnes et en s’assurant que tout le monde dire dans le même sens.

Il n’y a jamais eu le sentiment que le directeur sportif Leonardo s’entendait vraiment bien avec l’entraîneur, Thomas Tuchel comme Mauricio Pochettino, depuis son retour en 2019. C’est pourtant un duo essentiel pour assurer la bonne vie de l’effectif au quotidien. Aussi bien dans le travail sur le terrain qu’en dehors. Sans oublier que le coach ne semble pas toujours être tout à fait écouté pour la composition de l’effectif.

La question du lundi : Al-Khelaïfi doit-il laisser la main au PSG ?

PSG owner Nasser Al-Khelaifi waves to the fans during the UEFA Champions League Round of 16 First Leg match at the Old Trafford Stadium, Manchester. Picture date: 12th February 2019. Photo : Spi / Icon Sport

Il faut en tout cas clairement que le club fasse en sorte d’afficher plus d’union et d’instaurer une certaine exigence pour aider son entraîneur. Il faut une certaine « culture » dans un club, une façon de penser, l’envie de gagner ensemble ainsi que l’idée qu’il est bien possible de remplir les objectifs ensemble. Il faut arrêter de paniquer au moindre problème ou de penser que des individualités peuvent obtenir la qualification. La priorité est le collectif, il n’y a que l’équipe qui gagne. En étant servie par les qualités individuelles, certes, mais la priorité est le groupe.

Il faut maintenant espérer qu’Al-Khelaïfi aura les idées pour insuffler cette mentalité, notamment en s’accompagnant comme il le faut. Certes, il peut y avoir des doutes compte tenu des échecs passés. Mais il y a aussi eu des réussites et de toute façon je répète que son départ semble très peu probable.

Publicités

Derniers articles

Publicité

Autres articles présents dans Autour du PSG