Restez connectés avec nous
Le président de Mediapro s'exprime sur les conséquences de la crise liée au coronavirus et voit du "positif"
©IconSport

Autour du PSG

Le président de Mediapro s’exprime sur les conséquences de la crise liée au coronavirus et voit du « positif »

Jaume Roures, président de Mediapro, qui diffuse déjà la Liga notamment et diffusera la Ligue 1 pour la période 2020-2024, a répondu aux questions de l’AFP ce mardi. L’occasion d’évoquer les changements qui pourraient se mettre en place dans le football à cause de la suspension de la saison 2019-2020, qui a amené de nombreux problèmes. L’Espagnol se réjouit à l’idée de voir des montants de transferts qui descendent et glisse que le retour de Neymar, attaquant de 28 ans du Paris Saint-Germain, ne reviendra pas au FC Barcelone (une rumeur qui est courante en Espagne).

« Tout le monde du sport est en train de changer. Et cette crise va toucher le prix des droits télévisés d’une façon ou d’une autre. De la même manière, le fait de payer des joueurs des centaines de millions d’euros, ce sera terminé. 

Roures «  je n’étais pas d’accord avec le fait de payer 140, 160 millions d’euros pour avoir un joueur de foot. »

D’abord parce que les clubs n’auront plus les moyens, et puis parce que les banques ne prêteront pas d’argent aux clubs avec la même facilité qu’avant. Tout cela va changer et je crois que c’est très positif au niveau social. Moi, je n’étais pas d’accord avec le fait de payer 140, 160 millions d’euros pour avoir un joueur de foot.

Un coup d’arrêt sur les transferts records, comme par exemple l’éventuel retour au Barça cet été de Neymar ?

Oui. D’abord pour ce que je viens de dire, mais aussi parce que le FC Barcelone n’a plus la capacité économique de dépenser je ne sais pas combien. C’est impossible, maintenant. »

Bien sûr, cette crise a des conséquences sur le football, comme sur tout le reste de la société. Les revenus sont en baisse et des solutions sont encore cherchées. Il est évident que le prochain mercato est chamboulé, avec des clubs qui doivent s’adapter dans leurs choix et les prix. Cependant, on reste toujours très prudent face à ces idées de conséquences majeures sur le long terme.

Le football s’est dirigé tout seul vers la montée des dépenses et le système s’est cassé à cause d’une crise qui vient de l’extérieur. Laquelle met toutes les sociétés en difficulté, peu importe le fonctionnement. Alors une fois que les choses retourneront à la normale, il n’est pas impossible de retrouver la même dynamique qu’avant. Avant de penser à une baisse des droits TV, le patron de Mediapro doit rester prudent. Ce dernier annonce d’ailleurs qu’il n’y aucun changement prévu dans ses objectifs et prix pour la diffusion du football français la saison prochaine.

Roures « on ne voit pas la nécessité de changer quoi que ce soit. »

Si je vais revoir mes objectifs à la baisse (3,5 millions d’abonnés à terme et un abonnement mensuel à 25 euros) ?

La crise ne va pas éloigner les gens du foot. Peut-être que l’on sera obligé de jouer à huis clos, peut-être que les bars et les restaurants seront fermés jusqu’à je ne sais quand. Mais les gens auront besoin, ou du moins envie, de voir du foot, et le plus vite possible. Pour le moment, on ne voit pas la nécessité de changer quoi que ce soit. »

Pour ceux qui pouvaient espérer un petit geste de la part de Mediapro après cette crise, c’est visiblement raté. Il faudra un certain budget pour avoir accès au football en France la saison prochaine. On peut se consoler en disant que ces droits TV aideront les clubs à se relancer et à se développer. Cependant, il est difficile de regretter de voir ce sport devenir de moins en moins accessible à tous.

Publicités

Derniers articles

Autres articles présents dans Autour du PSG