Restez connectés avec nous
Ligue 1 - Aulas souligne la "puissance financière" du PSG, du LOSC et de Monaco
©Iconsport

Adversaires

Ligue 1 – Aulas souligne la « puissance financière » du PSG, du LOSC et de Monaco

Jean-Michel Aulas, président de l’Olympique Lyonnais depuis 1987, s’est confié dans une interview accordée à L’Equipe qui a été publiée ce mercredi matin. L’occasion d’évoquer notamment la course au titre, alors que l’OL est 2e avec 55 points, soit 3 de retard sur le LOSC (1er), 1 de plus que le Paris Saint-Germain (3e) et 3 d’avance sur l’AS Monaco (4e). Le dirigeant rhodanien a été invité à dire s’il croit à la place de champion et a alors souligné les moyens financiers de ses concurrents.

Aulas « ce serait quand même un drôle de pied de nez, en étant franco-français. »

« Je reste raisonnable, parce que je ne vois pas comment le PSG pourrait perdre, vu sa puissance financière. On a à Lille un fonds vautour (Eliott Management Corporation), un PSG avec un Qatar surpuissant, et un Monaco dirigé par des investisseurs russes avec une fiscalité et des charges qui n’ont rien à voir avec les nôtres. Alors je me dis que ce serait quand même un drôle de pied de nez, en étant franco-français et entrepreneur local, d’arriver à battre ces grosses puissances.

Aulas « On est dans un environnement très particulier. »

Face à la concurrence, quelle est la compétitivité du modèle économique de l’OL ?

Lille a un actionnaire qui vient d’arriver avec une puissance financière énorme. Le PSG a le soutien d’un État où il se passe parfois des choses sur lesquelles les médias n’interviennent pas toujours. On est dans un environnement très particulier, qui ne fait pas appel à des modèles économiques, mais soit à des passe-droits, soit à des cas particuliers qui ne peuvent pas être un modèle pour les autres. On a perdu 40 M€ l’an passé, on vient de perdre 50 M€ au premier semestre : ce sont des pertes, si notre modèle économique n’était pas résilient, qui auraient pu nous mettre sur la paille. Notre modèle peut nous aider à traverser la crise, sous réserve qu’elle ne dure pas trop. »

Alors qu’Aulas aurait pu parler du terrain, des matchs, du jeu, il s’est assez classiquement tourné vers le budgets des clubs. Une obsession par moments pénible qui permet d’éviter la pression à son équipe et de se mettre en avant : lui réussit avec ses propres moyens. Mais il ne faudrait pas mettre de côté, et c’est son mérite, que l’OL est bien armé financièrement pour être un concurrent au titre en Ligue 1. On le voit cette saison, avec de belles victoires et « enfin » un peu plus de régularité.

Cependant, les Lyonnais ne font pas non plus une saison époustouflante et la 3e place du PSG vient en grande partie de résultats en dessous des attentes compte tenu de son effectif. On peut accorder à Aulas qu’il est normalement difficile de suivre l’équipe parisienne, qui est sensée être armée pour enchaîner les victoires en Ligue 1, notamment contre ses concurrents. Du moins, Paris doit pouvoir s’imposer régulièrement contre eux. Mais Lyon (comme le LOSC ou Monaco) ont aussi les moyens pour battre les plus « petits », il s’agit ensuite du football, avec ses incertitudes et ses efforts. Quand l’OL perd des points contre Montpellier ou Metz, ce n’est pas une question de budget.

Publicités

Derniers articles

Autres articles présents dans Adversaires