Restez connectés avec nous
L'UNFP appelle officiellement à l'arrêt définitif de la saison 2019-2020
©IconSport

Autour du PSG

L’UNFP appelle officiellement à l’arrêt définitif de la saison 2019-2020

Depuis que la saison 2019-2020 est suspendue à cause de l’épidémie du coronavirus (la mi-mars donc), de grands débats agitent le monde du football à propos de son issue. Doit-on tout arrêter ? Faut-il décaler au maximum pour finir les compétitions, quitte à commencer la saison prochaine en janvier ou février 2021. Ou alors faudrait-il essayer de caser un maximum les compétitions à finir tout en gardant le début de l’exercice prochain au mois d’août (il ne serait décalé que de quelques semaines). Ce lundi, l’Union nationale des footballeurs professionnels (UNFP) a donné un avis clair dans Le Monde avec une tribune écrite par son coprésident Sylvain Kastendeuch : s’arrêter maintenant et se concentrer sur la suite.

« Ces risques doivent-ils être pris ? »

« Le football moderne, troisième vecteur de sociabilisation derrière la famille et l’école, est un écosystème complexe, unique, qui, pour nous faire rêver, cultive ses pépites : les joueurs. Hissés au rang de modèles, ils sont salués, adulés, imités comme aucun autre artiste. Les supporteurs, les clubs, les ligues, les fédérations, clés de voûte d’un sport au rôle sociétal incomparable, sont là pour eux et avec eux. Ce rôle revêt une importance encore plus grande dans la période difficile qui s’ouvre pour une grande majorité des Français. Aussi, il est plus que jamais nécessaire de protéger les joueurs pour qu’ils puissent pleinement remplir les trois missions qui sont les leurs : sportive, économique et – surtout – sociétale.

Cela semble tellement évident qu’on l’oublie le plus souvent : sans les footballeurs, il n’y a pas de football ! Nous devons donc prendre soin d’eux et les préserver contre les risques auxquels ils sont exposés. L’analyse médicale menée par l’UNFP et la Fifpro alerte sur les risques physiques élevés en cas de matchs organisés tous les trois jours après une si longue période d’arrêt : fatigue accentuée et augmentation par six de l’incidence des blessures musculaires dès la fin du deuxième match, baisse de la performance ! Ces risques doivent-ils être pris ?

« Rassemblons dès aujourd’hui les conditions d’une prochaine saison réussie et exemplaire de ce football que l’on aime tant. »

L’urgence économique ne doit pas prendre le pas sur l’impératif de santé publique. Renonçons à une reprise du championnat dans ces conditions. Rassemblons dès aujourd’hui les conditions d’une prochaine saison réussie et exemplaire de ce football que l’on aime tant. »

Un discours avec des arguments qui ont clairement du sens, puisqu’il est clair qu’il faut faire attention à la santé des joueurs. Il n’y aurait pas de sens à envoyer les équipes sur les terrains si on peut penser que la maladie circulera ou que les blessures vont se multiplier. Alors il peut être plus sage d’arrêter de penser à la saison actuelle et de se tourner vers la prochaine en préparant correctement. Cependant, il ne faut pas oublier que d’autres solutions sont encore possibles.

Pour ce qui est des études sur les blessures, quelle durée de préparation physique prennent-elles en compte ? N’est-il pas possible également de faire de premières semaines de compétition avec un rythme plus sage pour enchaîner ensuite, quand les joueurs auront pu reprendre du rythme ? L’avis de l’UNFP est évidemment à prendre en compte. Mais peut-être qu’il est encore possible de réfléchir à des solutions avant d’arrêter totalement la saison, ce qui a aussi des conséquences lourdes. Reste à voir comment réagiront les instances dans les prochains jours, sachant que l’UEFA organise une grande réunion ce jeudi 23 avril.

Publicités

Derniers articles

Autres articles présents dans Autour du PSG