Restez connectés avec nous
Metz/PSG - Antonetti "On est en première division pour jouer ce genre de match"
©IconSport

Adversaires

Metz/PSG – Antonetti « On est en première division pour jouer ce genre de match »

Frédéric Antonetti, entraîneur du FC Metz, était en conférence de presse et a été interrogé sur le match de mercredi soir contre le Paris Saint-Germain dans le cadre de la 7e journée de Ligue 1 2021-2022. Il reconnaît que le club de la capitale est un grand d’Europe et se félicite d’être en Ligue 1 pour rencontrer ce genre d’équipe. Il évoque son amour pour le football, ce qui l’emmène à penser que ce match contre Paris est un match comme les autres et aimerait que tous ses joueurs pensent comme lui. Il voit ce match comme un test pour son équipe.

Antonetti « Je ne crains pas grand-chose« 

« Ce que je crains le plus ?

Je ne crains pas grand-chose. Paris est une grosse cylindrée, un grand d’Europe. Je le dis souvent : tant qu’on joue contre le Paris Saint-Germain, c’est bon signe. Même si on est en difficulté aujourd’hui. 

Si on pensera au match contre Brest dimanche pour gérer ce match ?

Non. » 

Tout le monde connaît Antonetti et son franc-parler, ce qui est plus rare c’est de l’entendre dire du bien du PSG. Enfin, il évoque la qualité de son futur adversaire et il est lucide sur ce qui attend ses hommes. Le FC Metz est bon dernier et souffre en ce moment sur les pelouses. Le PSG lui monte en puissance et domine la Ligue 1. Sur le papier, cela paraît déséquilibré. De plus, Antonetti, souligne que son adversaire de mercredi est un « grand d’Europe ». 

Le coach de Metz veut que ses joueurs profitent et surtout qu’ils mesurent la chance qu’ils ont de se frotter à ce genre d’adversaire. Il ne faut rien lâcher, l’année dernière, le PSG ne s’est pas toujours comporté comme le patron du championnat en allant perdre contre le dernier du classement alors qu’il luttait pour le titre en Ligue 1. Dans le football, il faut aborder les matchs avec humilité et faire le maximum, c’est ce qu’Antonetti veut de ses joueurs. S’ils n’y croient pas, le miracle ne sera même pas possible.

Antonetti « Tous les problèmes partent du terrain et on résout tous les problèmes sur le terrain« 

« Un ressort supplémentaire pour les joueurs ?

Il faut leur poser la question… Moi, j’aime le football. Tous les problèmes partent du terrain et on résout tous les problèmes sur le terrain. Tout ce qu’il y a autour, c’est du bavardage. Aujourd’hui, on reçoit le Paris Saint-Germain, c’est une bonne chose. On le reçoit dans une période difficile, ça fait partie du jeu.

Pour moi, c’est un match comme un autre. J’aime le football, ce qui se passe sur le terrain et tout ce qui se passe autour, ça ne m’intéresse pas. Je me suis régalé à regarder le match de la réserve, l’autre jour ! Parce que j’aime le football. Je voudrais que les joueurs soient tous comme moi.

Antonetti « On se mesure à ce qui se fait de mieux au monde. »

Un match plus stimulant ?

On se mesure à ce qui se fait de mieux au monde. Pas en France, au monde ! C’est beau, hein ? Vous avez, en face de vous, des joueurs qui sont peut-être des futurs Ballon d’Or, qui ont gagné la Coupe d’Europe… On est en première division pour jouer ce genre de match. »

Bien sûr que les adversaires du PSG regardent toujours quand sera joué le match contre l’épouvantail de la Ligue 1. D’ailleurs, il n’est pas rare que les adversaires jouent le match de leur saison à cette occasion. Il y a souvent une motivation supplémentaire, mais il peut aussi y avoir un net relâchement. On a déjà vu des adversaires être en mode spectateur quand ils voient face à eux des Neymar ou des Messi (attaquants de 29 et 34 ans). Antonetti ne veut clairement pas cela, car souvent, c’est une faute professionnelle.

Ce n’est pas parce que c’est le PSG qu’il faut s’arrêter de jouer et de regarder. C’est une période difficile pour Metz, l’entraîneur de Metz ne le nie pas, mais cela reste un match de football et il faudra tenter de le gagner. Si Paris est plus fort, cela ne sera pas dur à accepter, mais si le PSG est prenable alors Metz doit en profiter. Ce n’est pas tous les jours que l’on peut tenter de battre « ce qui se fait de mieux au monde ». Le regret ne fait pas partie du vocabulaire d’Antonetti.

Publicités

Derniers articles

Autres articles présents dans Adversaires