Restez connectés avec nous
Pauline Gueye, la femme d'Idrissa Gueye, évoque leurs analyses, la préparation et l'irrégularité
©Iconsport

Autour du PSG

Pauline Gueye, la femme d’Idrissa Gueye, évoque leurs analyses, la préparation et l’irrégularité

Pauline Gueye, la femme d’Idrissa Gueye, milieu de 31 ans du Paris Saint-Germain qu’elle a rencontré en 2011, s’est confiée ce vendredi dans Le Parisien à propos de sa vie avec l’international sénégalais. Il est notamment question de la gestion des critiques, de leurs discussions à propos des matchs disputés par le numéro 27 parisien, de la préparation des rencontres (notamment au niveau alimentaire mais pas seulement) et de l’irrégularité connue par le joueur depuis son arrivée au PSG en 2019 en provenance d’Everton.

« Après le match, la première chose qu’il va faire est de m’appeler et on commente. »

Comment il vit les critiques ?

Il arrive à prendre du recul, mais moi ça me touche directement. Il y a un moment pour parler avec lui de sa performance. Si Idrissa a fait un bon match, on va en parler tout de suite, s’il a été un peu moins bon et qu’il rentre déçu, je vais le soutenir et on en reparlera deux ou trois jours plus tard.

Si on parle de tactique ?

Bien sûr ! Pendant le match, je lui envoie des messages même si je sais qu’il les lira seulement à la fin de la rencontre. Après le match, la première chose qu’il va faire est de m’appeler et on commente. On regarde ensuite son match ensemble. Sur certaines actions, je lui demande pourquoi, par exemple, il a anticipé ou pas.

« On travaille dans l’ombre pour que notre mari pense seulement au foot. »

Il a un régime particulier ?

Il peut discuter avec la nutritionniste du PSG. Moi, j’ai pris des conseils. Par exemple, je prépare la veille d’un match des pâtes avec du poulet afin qu’il ait une bonne digestion. Il ne prend pas de jus d’orange le matin d’une rencontre car cela peut lui rester sur l’estomac.

Avant chaque match, son fils Isaac lui dit : Bon match et but papa. Un joueur doit être dans un confort mental. On pense trop souvent qu’une femme de footballeur doit être intelligente et prévoyante. On travaille dans l’ombre pour que notre mari pense seulement au foot.

«  Il marche au feeling et à l’affect. S’il est bien dans sa tête, rien ne pourra l’arrêter. »

Comment expliquer son manque de régularité au PSG ?

Idrissa est un sentimental. Il marche au feeling et à l’affect. S’il est bien dans sa tête, rien ne pourra l’arrêter. J’ai eu également une grossesse compliquée avec Ismaël. Forcément Idrissa était inquiet et cela peut parfois influer sur le rendement sportif. »

C’est toujours intéressant d’en savoir un peu plus sur le quotidien d’un joueur, pour voir comment il gère un match. Autant la préparation que l’après, avec les possibles critiques reçues et le retour auprès de ses proches. On remarque que Gueye fait partie de ceux, comme Thiago Silva (ancien défenseur du PSG de 2012 à 2020 aujourd’hui à Chelsea), qui regardent le match en rentrant pour analyser ce qui a été bien fait ou non. Il est en plus accompagné par sa femme pour cela. Ce qui peut toujours permettre d’apporter de nouveaux éléments, ainsi que d’avoir du soutien face aux éléments compliqués. Visiblement, c’est en tout cas un élément important pour lui.

Il y a aussi évidemment cette préparation de la rencontre, avec des points précis à prendre en compte. Notamment du côté de la famille, car le sport de très haut niveau se joue sur des détails au quotidien, pas seulement sur le terrain. Pauline Gueye explique par exemple également qu’Idrissa Gueye dort seul lors des veilles de match. Sans doute pour éviter toute perturbation et avoir un réveil à la meilleure heure possible tout en laissant le reste de la famille lancer sa journée. Ce n’est pas rien.

On peut enfin noter les éléments donnés sur l’irrégularité d’un joueur. Il y a bien sûr les sentiments et la confiance, mais aussi simplement la vie privée. Comme pour tous les êtres humains. Des éléments trop vite oubliés dans les analyses de certains supporters et « spécialistes », qui condamnent un joueur à la moindre méforme. Cela en résumant souvent trop vite un mauvais match à un manque d’envie ou « d’intensité ». Ou alors à la fatigue. Il y a pourtant plusieurs paramètres, la difficulté étant qu’on ne peut pas tous les avoir. Comme ici pour la grossesse compliquée. Et il y a le fait tout simple qu’un être humain ne peut pas être au top en permanence. D’où l’importance des analyses qui ne s’arrêtent pas à un seul match pour définir le niveau, le profil ou l’importance d’un joueur.

Publicités

Derniers articles

Autres articles présents dans Autour du PSG