Restez connectés avec nous
Pérez évoque l'échec de la Super League "une campagne de manipulation"
©Iconsport

Autour du PSG

Pérez évoque l’échec de la Super League « une campagne de manipulation »

Florentino Pérez, le président du Real Madrid, était au micro de la Cadena SER ce mercredi soir. Logiquement, il a été invité à parler du projet de la Super League qui s’est un peu écrasé depuis son lancement dimanche soir. De nombreux clubs ont annoncé qu’ils se retirent. Il a alors souligné qu’ils n’étaient pas complètement partis et que son projet n’est pas terminé. Il dénonce aussi une « manipulation » et un manque de compréhension face à l’idée de cette nouvelle compétition. Propos relayés par One Football.

Pérez « Cette année, au lieu de faire 900 millions d’euros, nous allons générer 600 millions. »

Ce qui s’est passé ?

Je n’ai jamais vu autant d’agressivité, c’était quelque chose d’orchestré. Ça nous a tous surpris. Quand on a annoncé la nouvelle, on a demandé à voir le président de l’UEFA et la FIFA. Ils n’ont pas répondu. En 20 ans dans le football, je n’ai jamais vu ça. Des menaces, des insultes… comme si nous allions tuer le football.

L’UEFA pourrait soutenir un autre projet ?

Pourquoi pas ? Si nous travaillons pour sauver le football. On dirait qu’il ne s’est rien passé alors que si, il y a eu une pandémie. Cette année, au lieu de faire 900 millions d’euros, nous allons générer 600 millions.

Si ce projet n’a pas marché, un autre fonctionnera plus tard. Ils ont commencé à faire une campagne de manipulation en expliquant que nous allions mettre fin aux championnats, au mérite, que nous allions tuer le football. Il y a des gens qui ont des privilèges et ils ne veulent pas le perdre, même si ça ruine les clubs.

Pérez « Pour le moment, il y a 12 clubs, personne n’est parti »

Pourquoi cet échec ?

Peut-être que nous n’avons pas bien fait les choses, que nous ne l’avons pas bien expliqué et présenté, mais ils ne nous ont pas laissé cette chance non plus. Certains veulent simplement que ça ne passe pas. Nous sommes ouverts à ce que quelqu’un propose autre chose. Nous respectons les championnats, la Super League est une autre compétition qui va générer beaucoup d’argent. Pour le moment, il y a 12 clubs, personne n’est parti. S’ils doivent payer pour le faire ? Bien sûr… »

On peut comprendre que Pérez soit frustré, puisque son projet a à peine eu le temps d’exister. Et il a peut-être raison sur certains points, comme un besoin de changer un peu le football pour qu’il continue à avancer. Cependant, on fait forcément très attention à ses propos. Il est là pour défendre son idée et ne veut pas montrer la moindre faiblesse. Il s’agit plutôt de dire que c’est de la faute des autres et que son projet était superbe.

L’argument principal est d’ailleurs très clair : l’argent. Difficile d’être surpris quand les supporters sont mécontents, avec plusieurs manifestations que l’on a pu voir en Europe contre cette Super League. Il n’y a pas eu besoin « manipulation » pour comprendre que l’idée de cette compétition dans laquelle 15 clubs ont une place assurée est de se garantir des revenus, pas de l’émotion ou du mérite.

C’est triste aussi de parler de la pandémie et des pertes du football pour indiquer qu’il faut ce nouveau projet. Avant la crise sanitaire, on ne voyait pas le Real Madrid se plaindre de ses revenus bien supérieurs aux autres clubs. Simplement, il a eu du mal à gérer la crise à cause des risques pris et des salaires des joueurs. Il faut l’accepter. C’est d’abord la faute d’une crise sanitaire qui a impacté quasiment tous les secteurs négativement. Il ne faut pas y voir un modèle qui d’un coup ne plaît plus.

Quand la situation reviendra à la normale, les revenus reviendront puisque les supporters seront là. Et ce serait bien que Pérez les mentionne aussi et pas seulement pour l’argent. Mais c’est bien ce dernier point qui motive ses idées. Nous pouvons seulement lui concéder que la réforme de la Ligue des Champions n’est pas parfaite non plus.

Publicités

Derniers articles

Autres articles présents dans Autour du PSG