Restez connectés avec nous
Selon Balbir, certaines banderoles stéphanoises "n'étaient pas dénues d'humour et de vérité"

Adversaires

Selon Balbir, certaines banderoles stéphanoises « n’étaient pas dénues d’humour et de vérité »

Dimanche soir, au-delà du résultat, ce sont davantage les banderoles déployées par les supporters stéphanois qui ont fait parler dans la presse. Jugées anti-Qatar par certains, Denis Balbir tend, quant à lui, à minimiser l’impact de celles-ci et défend plutôt les Verts.

« Le choc ASSE-PSG, son résultat, la physionomie du match, les buts d’Ibra encore contre les Verts, la tactique, les records. Tout est déjà oublié. La direction du PSG a fait connaître à la direction du club stéphanois et à la Ligue son émotion après le déploiement de banderoles à Geoffroy-Guichard, plus ou moins moqueuses sur le club de la capitale.

 L’ASSE s’est excusée, une enquête interne va avoir lieu pour savoir comment de telles banderoles ont pu échapper à la vigilance de la sécurité. Et la commission de discipline de la Ligue convoquera sûrement les dirigeants de l’ASSE, pour leur expliquer qu’ils s’exposent à une sanction…Si toutes les banderoles ne sont pas bonnes à sortir du manteau, celles faisant référence au “ sportif” uniquement n’étaient pas dénuées d’humour et de vérité…Alors sanction ? Nous verrons. »

Si certains messages affichés par les supporters de Saint-Etienne étaient plutôt tendancieux à l’image de la reprise du « Pray for Paris » connoté aux attentats de novembre, le but premier des banderoles visait d’abord la répression et les nouvelles lois toujours plus restrictives envers les libertés des supporters. D’autant qu’avec l’état d’urgence, ces libertés ont tendance à se renforcer d’autant plus.

Un soutien affiché pour les groupes d’ultras, dissous depuis le plan Leproux en 2010 et assez mal vu par la direction du club.

Néanmoins, les supporters Verts sont allés plus loin et on comprend aisément que le « Argent sale accepté, libertés bafouées, classes populaires écartées, bienvenue au PSG », message parmi d’autres, que l’on a pu lire au Forez, ait pu contrarier les actionnaires qataris.

Si la liberté d’expression est un droit, les instances du football national étaient plus promptes à monter au créneau quand les banderoles embarrassantes étaient émises par les supporters du Parc. Pour souvenir, une banderole parisienne visant les Chti’s avaient fait scandale.

Saint-Etienne devra donc répondre de ce manque de vigilance du service de sécurité, tant le nombre de banderoles dépliées a été important.

On ne peut nier que certaines banderoles humoristiques telles que le « Vous avez un paquet de monnaie, nous avons Monnet-Paquet » ont pu faire sourire. Néanmoins, les limites à ne pas franchir ont été atteintes et les allusions à la dictature et cie sont répressibles.

Publicités

Derniers articles

Autres articles présents dans Adversaires