Restez connectés avec nous
PSG/Bayern - Cayzac souligne que Paris a "franchi un palier" et "est devenu un très grand d'Europe"
©IconSport

Anciens

PSG/Bayern – Cayzac souligne que Paris a « franchi un palier » et « est devenu un très grand d’Europe »

Qu’on se le dise, une fois la déception passée, il y a fort à parier que l’épopée du Paris Saint-Germain restera dans l’histoire d’une façon positive malgré la défaite 1-0 contre le Bayern Munich en finale (retrouvez le film ici). Mais on peut tout de même se demander quels sont les ingrédients qui ont manqué aux Parisiens. Alain Cayzac, ancien président du PSG entre 2006 et 2008, revient dans Le Parisien sur cet échec avec des regrets mais aussi des points positifs à garder.

Cayzac « Le club a franchi un palier en arrivant à ce stade de la compétition »

« Que retenez-vous de cette finale ?

Je suis forcément déçu mais c’est une victoire assez logique du Bayern. Les Allemands ont gagné aux points. Ce n’est pas un scandale. Bien sûr, le PSG aurait pu marquer mais dans l’ensemble, il n’y a pas grand-chose à dire. »

Qu’a-t-il manqué au PSG ? »

Neymar et Mbappé n’ont pas joué à 100 %. Neymar avait toujours deux ou trois adversaires sur le dos et Mbappé revenait de blessure et ça se voyait. C’était difficile dans ces conditions mais ce n’est pas la finale que je retiens. Le club a franchi un palier en arrivant à ce stade de la compétition.

Cayzac « Il y a encore un peu de boulot mais on a vu de belles choses. »

Que doit-il améliorer ?

Il y a encore un peu de boulot mais on a vu de belles choses. On disait que l’attaque était bonne. La défense tient le choc aussi. Elle est solide. Kimpembe a été formidable et les milieux Herrera et Paredes sont très forts. Et surtout, il y a cet état d’esprit, cette joie de jouer ensemble. Maintenant, le club doit viser le dernier carré à chaque Ligue des champions, c’est devenu un très grand d’Europe. »

Le PSG n’est pas un club comme les autres. Souvent pointé du doigt pour sa gouvernance étatique, il reste un club qui divise. Pourtant dimanche soir, il y avait une sorte d’union sacrée autour des Parisiens. Une première finale de C1 depuis 16 ans pour un club français, c’est assez rare pour s’en féliciter. Cela montre aussi que rien n’est anodin dans l’épopée parisienne. Chaque année, il n’y a qu’un seul vainqueur et deux finalistes, les chemins sont difficiles pour atteindre le Graal. Beaucoup de clubs européens échouent chaque année, pour autant ce n’est pas la crise à chaque fois. Il faut savoir capitaliser, pour gagner en expérience. Le PSG a confirmé sa place parmi les grands et pourra retenter sa chance.

Cayzac « je le vivais aussi intensément qu’en temps normal. »

L’ancien dirigeant parisien a aussi été invité à évoquer l’éventuel manque d’émotion devant ce Final de la Ligue des Champions à huis clos.

« Je dois dire que j’ai oublié qu’il n’y avait pas de spectateurs. J’étais dans le match et je le vivais aussi intensément qu’en temps normal. Bon, le résultat est décevant. Il n’y aura pas de petite coupe de champagne. »

A la relecture de tout ce qui a été dit depuis le début de ce Final, le huis clos n’a pas enlevé l’émotion des téléspectateurs. Certes, les chants de supporters enregistrés et passés à la télévision par les diffuseurs ont bien aidé, mais ne boudons pas notre plaisir. Le football avait manqué à de nombreuses personnes suite à la crise sanitaire. Le voir de retour, dans un format condensé, a permis de retrouver toutes ces émotions que ce sport peut procurer. Le retour du public sera important à n’en pas douter. Mais il faudra patienter pour avoir des stades pleins. En attendant les équipes vont continuer d’aller de l’avant, à l’image du PSG qui ressort clairement grandi de ce mois d’août.

Retrouvez ci-dessous notre podcast à propos de la finale contre le Bayern Munich :

Publicités

Derniers articles

Autres articles présents dans Anciens