Restez connectés avec nous
PSG/Nantes - Kombouaré évoque de l'espoir, les difficultés parisiennes et son ambition
©Iconsport

Adversaires

PSG/Nantes – Kombouaré évoque de l’espoir, les difficultés parisiennes et son ambition

Ce dimanche dans le cadre de la 29e journée de Ligue 1 2020-2021, le Paris Saint-Germain (2e) affrontera le FC Nantes (19e) au Parc des Princes. Antoine Kombouaré, entraîneur de l’équipe nantaise, s’est exprimé en conférence de presse ce vendredi à propos de cette rencontre (coup d’envoi à 21h, diffusion sur Canal+). Le coach, ancien joueur et entraîneur du PSG, a évoqué la mentalité dans son groupe, le 8e de finale de Ligue des Champions du PSG contre le FC Barcelone, la saison difficile pour Paris, son propre parcours et l’envie de voir son équipe afficher un visage « conquérant » sur ce match.

Kombouaré « S’il joue à son niveau, ce sera très compliqué pour nous. »

Comment va le groupe depuis la défaite 1-2 contre Reims ?

On a digéré cette contre-performance, cette immense déception. On s’est préparé à aller jouer contre le PSG. Un match bien sûr très compliqué, très difficile. On a envie de montrer le visage d’une équipe qui n’est pas 19e, de la personnalité. Et on espère. On ne sait jamais, c’est la beauté du football. On espère que Paris ne sera pas au mieux. S’il joue à son niveau, ce sera très compliqué pour nous. Mais on doit aussi faire un bon match, une grande performance.

Le 8e de finale du PSG face au Barça ?

Je m’attendais à un Barça qui montre un autre visage à domicile. Après, il est vrai que voir le PSG en difficulté comme ça a été le cas mercredi est aussi une surprise. Tout le monde avait enterré le Barça, mais il faut mettre en valeur sa performance. L’essentiel, c’est que le boulot a été fait à l’aller et que le PSG s’est qualifié.

Kombouaré « Paris n’avait jamais autant perdu que cette saison aussi. »

Une saison plus compliquée pour Paris ?

Pour preuve, le classement. Ils sont 2es aujourd’hui et les années précédentes au mois de mars ils étaient champions ou pas loin. C’est plus difficile pour le PSG cette saison. Il a été moins bon, mais il faut aussi louer les performances Lille, Lyon et Monaco. Si on compare le Lille d’aujourd’hui et celui qui est champion, ils ont 7 ou 8 d’avance. C’est un grand Lille, donc c’est plus compliqué pour le PSG. Paris n’avait jamais autant perdu que cette saison aussi.

Une émotion particulière en revenant au Parc ?

Avec le temps, j’y suis retourné plusieurs fois, et encore plus aujourd’hui c’est un match parmi les autres. On est 19e. Notre réflexion, c’est sur comment on va se comporter là-bas, si on va être solide, si on va ramener quelque chose.

C’est le même métier à Nantes qu’à Paris comme entraîneur ?

Oui, bien sûr. C’est différent de jouer le titre ou le maintien, mais c’est le même métier. On travaille tous les joueurs pour améliorer les joueurs, l’équipe, et puis pour gagner. Contrairement à la formation, on est jugé sur les résultats avant tout.

Kombouaré « j’espère pouvoir dire que j’ai fait un bon travail. »

J’ai évolué depuis mon passage comme entraîneur du PSG ?

J’ai pris de l’âge et j’ai forcément évolué. Je suis sans doute un meilleur entraîneur aujourd’hui. J’ai plus d’expérience. Mais c’est à la fin de la saison, avec un bilan que j’espère favorable, j’espère pouvoir dire que j’ai fait un bon travail. Mais bien sûr que j’évolue.

Un match entre mes 2 clubs de cœur ?

C’est clair que oui. Nantes et le PSG sont deux clubs à part pour moi, même si j’en ai connu d’autres.

Des clubs différents du PSG ensuite dans ma carrière ?

Oui, c’est mon parcours et je suis très heureux. Après, bien sûr on aspire toujours à entraîner des clubs de très haut niveau, de Ligue des Champions. Mais je suis heureux.

Pourquoi je n’ai pas eu ensuite un top 5 de championnat ?

Ce sont mes choix, j’ai eu des clubs de haut standing. Ce sont des choix qui me regardent. Je suis très content de mon parcours. Même si j’aimerais voir mon club mieux au classement. Je suis super content où j’entraîne. Je suis d’abord un homme heureux. Il y a des choix de cœur, des choix de rencontres.

Kombouaré « Il faut au moins montrer que l’on n’est pas une équipe qui va que subir. »

Des éléments à utiliser des matchs du PSG contre Brest et Barcelone ?

La difficulté, c’est que l’on ne sait pas quelle équipe du PSG il y aura. Il y a beaucoup de joueurs et Pochettino fait tourner. Mais c’est à peu près la même façon de jouer. C’est une équipe qui aime avoir le ballon, attaquer, jouer haut, étouffer l’adversaire. Et ils sont capables aussi de laisser un peu le ballon, de défendre bas et de contrer.

Il y a un collectif avec Pochettino. Il y a des joueurs qui reviennent bien, comme Paredes, Gueye ou Sarabia. Il y a toujours des individualités, comme Mbappé. Mais c’est avant tout un collectif. On va là-bas avec dans l’esprit le fait que l’on puisse faire quelque chose. J’ai dit à mes joueurs que sinon il ne faut pas y aller. On sait que l’on va souffrir, beaucoup défendre, mais je suis persuadé que l’on est capable d’avoir des opportunités. Après, il faut les saisir.

Une tentation de mettre le bus ?

Bien sûr qu’il faudra défendre. Mais j’aimerais avoir une équipe au visage conquérant quand même. C’est le discours qu’on va tenir et le travail de la semaine. Il faut montrer que l’on a des arguments pour poser des problèmes. Si on ne fait que défendre, on va perdre. C’est un équilibre à trouver. On a essayé de mettre cela dans la tête des joueurs. On s’appuie aussi sur nos derniers matchs. Même si on a perdu contre Reims, il y a eu de bonnes choses. Il faut au moins montrer que l’on n’est pas une équipe qui va que subir.

Publicités

Derniers articles

Autres articles présents dans Adversaires