Restez connectés avec nous
Rami oppose les "professionnels" de Manchester City aux "stars" du PSG
©Iconsport

Autour du PSG

Rami oppose les « professionnels » de Manchester City aux « stars » du PSG

Adil Rami, défenseur de 34 ans passé par l’Olympique de Marseille (2017-2019) notamment actuellement au Boavista FC, ainsi que consultant auprès de RMC Sport, a été invité par le média sportif à donner son sentiment sur la défaite du Paris Saint-Germain 2-0 contre Manchester City (retrouvez le résumé ici) mardi soir en demi-finale de la Ligue des Champions qui a éliminé les Parisiens (4-1 au cumulé). Il a alors parlé d’un souci dans l’état d’esprit des Parisiens.

« Ce qui me choque, c’est que t’as des stars dans le collectif parisien. À Manchester City, t’as des joueurs professionnels, des mecs qui font une équipe, avec des émotions et du caractère. Je n’ai pas ressenti ça à Paris. Il ne faut pas qu’on oublie les lacunes. Il y a trop de défauts. En regardant le match, je comparais le Neymar de Barcelone à celui du Paris Saint-Germain.

Rami « Quand je vois les stars, j’ai l’impression que ce sont eux qui font Paris. »

Aujourd’hui, personne ne devrait être au-dessus de l’écusson du PSG. Quand je vois les stars, j’ai l’impression que ce sont eux qui font Paris. Nasser Al-Khelaïfi et Leonardo peuvent faire mieux. Tu gères un club, tu mets des millions, mais tu dois avoir une idée de jeu et te faire respecter. (…) Star ou pas, peu importe comment tu t’appelles, tu dois respecter ta position et chacun doit faire son travail. Point barre. »

On peut concéder que tout n’a pas été parfait dans les matchs du PSG, mais l’argument de la mentalité et d’un manque de « caractère » semble ici être un abus de facilité. C’est le classique quand une équipe perd, c’est un problème d’intensité ou de solidarité. C’est plus simple que de parler du jeu ou des « détails ». Ceux qui ont par exemple été pointés du doigt par Pep Guardiola, le coach de City, après sa qualification. Il a su admettre que le PSG a posé de grands problèmes et que la victoire tenait à peu de choses.

Mais les « spécialistes » et certains supporters préfèrent simplement taper sur une équipe qui aurait raté son match, qui n’aurait pas eu une bonne mentalité. Le football se résume rarement à cela, même c’est le cas parfois. Neymar a fait de mauvais choix offensifs, mais on ne peut pas dire qu’il n’a pas défendu, par exemple. A peu de choses, avec quelques erreurs en moins (notamment en défense) et un peu de chance (la barre de Marquinhos), le PSG aurait pu se qualifier.

Publicités

Derniers articles

Autres articles présents dans Autour du PSG