Restez connectés avec nous
Riolo évoque les problèmes au niveau du mental du PSG, qui doit encore "tout démontrer"

Autour du PSG

Riolo évoque les problèmes au niveau du mental du PSG, qui doit encore « tout démontrer »

Daniel Riolo, journaliste de RMC Sport, est revenu via son blog sur le site du média sportif sur le match nul du Paris Saint-Germain contre le FC Barcelone mercredi soir au Parc des Princes en 8e de finale retour de la Ligue des Champions 2020-2021 (à revivre ici). Lequel permet de se qualifier avec un 5-2 au cumulé, mais a été décevant dans le contenu tant les Parisiens ont été dominés et même en danger en première période. L’éditorialiste évoque la performance parisienne en soulignant les soucis au niveau du mental dus notamment aux traumatismes des années passées.

Riolo « deux défaites surréalistes avec la « trouille au cul » dans l’histoire récente, ça marque. »

« Ils sont où ceux qui disaient qu’il ne fallait plus parler de la « remontada »? Ceux qui pensaient que tout ça était exagéré, j’entends par là, la peur, le traumatisme… Comment accorder aussi peu de place à la dimension psychologique dans le sport de haut niveau et surtout dans une compétition aussi importante que la Ligue des champions? On veut vraiment se livrer à une analyse tactique du match retour face au Barça? Pourquoi le foot rechigne tant à parler du mental ? Comment expliquer la différence entre le match aller et retour? Par un schéma tactique, un positionnement du bloc équipe? Foutaises.

Pochettino a fait connaissance avec son groupe hier. Il a pu prendre des informations sur la valeur des uns et des autres quand le niveau s’élève. Il a pu mesurer que les traumas anciens pesaient toujours sur le club. Ce n’est pas parce que de nouveaux joueurs sont arrivés que ça n’existe plus. Ça transpire sur les murs, les gens en parlent. Deux énormes catastrophes sportives, deux défaites surréalistes avec la « trouille au cul » dans l’histoire récente, ça marque.

« Tout reste donc à démontrer pour ce PSG. »

Alors cette qualification obtenue dans la souffrance peut-elle faire grandir le club? On pensait déjà que le « final 8 » avait servi à ça. Mais on a vite oublié de préciser qu’un mach sec et un aller-retour, ça n’avait rien à voir. Tout reste donc à démontrer pour ce PSG.

La suite? ça va dépendre de la façon dont Pochettino va analyser ce match. Il faudra également qu’il mette Neymar dans cette équipe. Jouer avec Verratti et Paredes au milieu, ça vous semble suffisant dans un gros match de Ligue des champions ? On peut douter de la viabilité du 4-2-3-1. »

Un mental qu’il fallait encore soigner.

Il est évident que les joueurs étaient encore marqués par les échecs des saisons passées. On espérait qu’ils puissent utiliser ces derniers pour être plus forts, pour ne pas commettre les mêmes erreurs. Il est d’ailleurs très étrange que l’on n’ait pas vu une immense combativité pour justement s’éviter les mêmes peurs. Sauf qu’il semble que c’est ce sentiment qui s’est imposé et a un peu paralysé l’équipe. Même si le directeur sportif Leonardo a voulu parler de gestion, le PSG a clairement manqué de maîtrise.

Mais il est logique que les remontées subies depuis 2012 face à Chelsea, au FC Barcelone et Manchester United laissent des traces. Et beaucoup de « spécialistes » l’oublient dans leurs analyses. Au moins, Riolo sait reconnaître que cela a un impact. Maintenant, on espère que cette qualification permettra de mettre un peu toutes ces histoires derrière. Le PSG n’a pas subi de remontée et s’est qualifié 5-2 au cumulé. C’est un large succès contre un très grand d’Europe qui n’avait plus été éliminé aussi tôt depuis 14 ans. C’est une grande étape et c’est dommage que ce ne soit pas un peu plus souligné.

Un étrange questionnement sur la tactique.

Même si on peut accorder au journaliste de RMC Sport que le PSG doit encore prouver que ce moment va l’aider à être plus en confiance et plus régulier. Le Final 8 était beau, mais il n’y a pas eu un retour à gérer. C’est dans ce domaine que Paris doit encore progresser.

Maintenant, on ne comprend pas vraiment les dernières lignes de Riolo. Pourquoi parler que de Verratti et Paredes, alors qu’il y avait Gueye puis Danilo ? Pourquoi ajouter un soudain doute à propos du 4-2-3-1 (avec lequel Pochettino est allé en finale de LDC à Tottenham) ? Le schéma n’était pas critiqué jusqu’à ce match retour mal abordé.

On ne peut pas autant parler du mental, évoque des « foutaises » face aux questions tactiques, puis parler soudainement d’un souci avec le schéma. Surtout en oubliant que le PSG défend plutôt en 4-3-3. De toute façon, il y a une vérité qui ne change pas. Peu importe le système, l’équipe sera en difficulté quand il n’y a pas tous les joueurs qui font les efforts défensifs et autant de ratés techniques.

Publicités

Derniers articles

Autres articles présents dans Autour du PSG