Restez connectés avec nous
Rothen n'a pas été rassuré par la prestation du PSG face à Lyon et se plaint des "idiots"

Autour du PSG

Rothen n’a pas été rassuré par la prestation du PSG face à Lyon et se plaint des « idiots »

La demi-finale qui s’est jouée hier soir entre le Paris Saint-Germain et l’Olympique Lyonnais au groupama Stadium devait être une bonne préparation et une bonne revue d’effectif pour les Parisiens. Mais dépassés collectivement par leurs adversaires, ils n’ont finalement pu compter que sur leurs individualités et sur l’expulsion de Marçal à la 61e. Jusque là, il y avait encore 1-1 et le match pouvait basculer dans les deux sens. Si le PSG l’a emporté malgré tout 5-1, le bilan reste bien maigre donc comme l’a souligné Jérôme Rothen, ancien milieu offensif parisien aujourd’hui reconverti en consultant, pour RMC Sports.

« Cela devait être un match pour se rassurer collectivement. On sait que les individualités sont fortes, on sait que Mbappé peut marquer comme sur le 3e but, que Neymar peut créer des occasions. Mais il y avait des doutes collectivement avec les blessures et les suspensions. Tuchel est amené à modifier ce qu’il avait prévu. S’il a mis Marquinhos derrière c’est qu’il part dans l’idée qu’il faut de l’expérience derrière contre Dortmund, sauf que cela ne l’a pas rassuré puisque Kehrer ne jouera pas en défense, il n’a pas été bon, comme Marquinhos.

Mbappé « Mets toi dans le collectif, après les performances individuelles? »

Dans l’attitude, Mbappé m’a gêné. Quand collectivement, le PSG montre autant de lacunes, pourquoi on le voit s’agacer contre un coéquipier qui prend sa chance. Il lève les bras au ciel. Ce n’est pas possible cette attitude. Mets toi dans le collectif, après les performances individuelles tu les feras. Il faut de l’humilité. Kurzawa aussi, qui crie vers les supporters alors qu’il n’a rien fait sur le 3e but et qui s’est fait ouvrir. Ce sont des idiots. Ils gagnent 5-1 et on retient ces gestes.

Plusieurs fois cette saison le PSG a joué à se faire peur avec une maîtrise défensive assez moyenne. Jusque là, il a beaucoup tangué et ne compte que 4 défaites toutes compétitions confondues. Avec une défense encore remaniée avec Kurzawa et Kehrer, Marquinhos n’a pas de repère et n’est pas aussi impérial que d’habitude. Mais il faudra faire clairement mieux mercredi prochain.

Rothen « collectivement il se passe que dalle. »

Le milieu de terrain, j’étais le premier à dire qu’il fallait mettre Gueye et Paredes, mais ce niveau en première mi-temps ce n’est pas possible. C’est facile de jouer comme Paredes. Il n’y a jamais eu de pressing, parce qu’il jouait trop bas. Il a fait comme Marquinhos quand il est au milieu, quand Paris n’avait plus la balle il se collait à la défense et Gueye faisait l’essuie-glace devant.

Mais au bout d’un moment, ce n’est pas un surhomme et quand il a le ballon il voit trouble alors il rate des passes. Et il manquait des solutions pour envoyer les attaquants. Mbappé ne veut pas jouer en pointe et vient marché sur le côté. Finalement, collectivement il se passe que dalle.

Rothen « je dis à Tuchel ‘démerde toi’. »

Alors je dis à Tuchel ‘démerde toi’. Joue à 3, à 4, à 5 derrière, mais mets des mecs qui ont envie de se faire mal et d’aller mettre la pression à l’adversaire, d’aller faire mal. »

L’absence de Verratti au milieu s’est fait encore sentir et il est indéniable que le club parisien n’a pas de joueur capable de compenser quand l’Italien est sur le banc ou indisponible. Si tous les postes sont quasiment doublés au PSG, personne au milieu n’a le talent ni la vision du « petit hibou ». Et si certains se demandent pourquoi le président Al-Khelaïfi tient tant lui, il suffit de regarder un match quand il n’est pas là pour comprendre tout le travail de l’ombre qu’il abat pendant une rencontre.

Si le PSG s’en est quand même finalement bien sorti avec cette large victoire, il ne faut pas occulter le fait qu’il a été souvent baladé par les attaques lyonnaises, sans dégager de réelles certitudes. On aimerait pourtant voir une équipe plus sûre de ses forces et plus conquérante, les joueurs ont habitué leur public à des matchs de bien meilleure intensité. Et si l’on a souvent été en désaccord avec le consultant sur ses dernières sorties, il est difficile de lui donner tort aujourd’hui, c’est à l’entraîneur de créer un climat favorable à tous.

Publicités

Derniers articles

Autres articles présents dans Autour du PSG