Restez connectés avec nous
Di Maria se confie : le travail, Messi, sa prolongation, ses rêves, la LDC et le français
©Iconsport

Club

Di Maria se confie : le travail, Messi, sa prolongation, ses rêves, la LDC et le français

Angel Di Maria, ailier argentin de 33 ans qui a récemment prolongé son contrat au Paris Saint-Germain pour une année et une autre en option alors qu’il touchait à sa fin cet été, s’est confié au micro de beIN SPORTS dans un entretien diffusé ce dimanche soir. El Fideo a évoqué notamment cette signature, son travail au quotidien, une éventuelle venue de son compatriote Lionel Messi (attaquant de 34 ans du FC Barcelone) et sa vie à Paris avec le récent cambriolage subi. Il explique aussi pourquoi il ne parle pas en français dans les interviews, alors qu’il pourrait le faire.

Di Maria « Mais combien de joueurs on a vu comme ça, qui avaient du talent et qui n’ont rien réussi. »

J’ai conscience de faire partie des 20 meilleurs joueurs du monde ? 

Non, pas du tout. J’ai toujours été le même. Je suis toujours pareil. Dans tous les clubs où j’ai été, j’ai donné le meilleur de moi-même. Je fais toujours tout pour être parmi les meilleurs. Je pense qu’on me met dans cette liste, parce que j’ai joué avec les meilleurs. C’est un privilège énorme. Quand j’arrêterai, je verrai tout ce que j’ai fait avec qui j’ai joué, et pour moi c’est le plus important. D’être dans les vingt, dix, premier ou deuxième, peu importe.

Comment je me prépare ? Comment gérer la peur ou la pression ?

Je ne sais pas comment dire. Je travaille beaucoup, avec beaucoup d’efforts dans les entraînements. Certains pensent que c’est inné. Alors oui, le talent existe. Mais combien de joueurs on a vu comme ça, qui avaient du talent et qui n’ont rien réussi ? Beaucoup !

On peut avoir du talent, mais si on n’en tire pas profit…Si tu n’es pas constant…Moi, je suis régulier tous les jours dans le travail. Que ce soit à l’entraînement ou à chaque match. Après, il faut aussi tenter d’être le meilleur. Si je délivre une passe décisive, j’essaye d’en faire une autre.

J’ai des rituels ?

Oui, des milliers (rires).

Cela me donne de la force quand je me sens moins bien ?

Oui, je le ressens à l’entraînement. Si je m’entraîne bien et que je me sens bien, alors j’arrive au match dans de très bonnes conditions.

Di Maria « Parfois il me rajoute des extras. »

Mes extérieurs du pied ?

Di Maria se confie : le travail, Messi, sa prolongation, ses rêves, la LDC et le français

ARG – ELIMINAT”RIAS/ARGENTINA X PARAGUAI – ESPORTES – ¡ngel Di Maria , da Argentina, em partida contra o Paraguai, v·lida pelas EliminatÛrias Sul-Americanas para a Copa do Mundo de 2022, no Est·dio La Bombonera, em Buenos Aires, nesta quinta-feira, 12 de novembro de 2020. O jogo terminou 1 a 1. 12/11/2020 – Foto: GONZALO COLINI/MYPHOTO PRESS/ESTADvO CONTE/DO
Photo by Icon Sport – Angel DI MARIA – Bombonera – Buenos Aires (Argentine)

Des fois, tu tapes mal le ballon et il arrive bien (rires). Enfin, c’est aussi que des joueurs comme Kylian Mbappé font qu’elle arrive bien.

Je fais des choses spéciales en dehors de l’entraînement pour être performant ?

Oui, j’ai une salle de sport à la maison. Et j’ai aussi quelqu’un qui travaille avec moi en dehors, avec qui je fais du physio et ce genre de choses…Parfois il me rajoute des extras. Si j’en fais moins à l’entraînement, on travaille un peu plus à la maison. Mais normalement, j’ai tout ce qu’il faut à l’entraînement.

Je ne suis pas très musclé, je laisse mes muscles au vestiaire ?

Je les laisse tout le temps, depuis que je suis né même ! (rires).

Certains disent qu’on devient le meilleur dans la salle de sport, mais on apprend surtout le football sur le terrain ?

En France, au duel tu peux te faire exploser (rires). Je l’ai surtout vu en Angleterre. Là-bas, par moment j’étais seul dans le vestiaire je me disais ‘ils sont où ?’. Et en allant à la salle, je les voyais soulever des poids (rires). Mais moi je n’aime pas ça.

Di Maria « Quand je vois Neymar, Messi, la force est dans les jambes, la tête, et c’est le talent. »

C’est exagérée de penser aux muscles?

Je vois que beaucoup penser que c’est important d’avoir de la musculation. Mais quand je vois Neymar, Messi, la force est dans les jambes, la tête, et c’est le talent de chacun qui fait aussi la différence.

Si j’ai déjà eu un entraîneur qui me disait d’arrêter les gestes techniques comme les coups du foulard ou les petits ponts ?

Non, jamais. Ce sont des choses qui viennent naturellement dans un match. Mon pied droit, il est timide (rires). Quand je peux, je fais un coup du foulard. J’aime ça aussi.

Di Maria « On veut offrir un beau spectacle, mais le plus important de gagner. »

Le spectacle fait aussi partie du football. C’est aussi important que gagner ?

Non, tout est important. Mais gagner, c’est le plus important. Un coup du foulard dans une défaite, cela ne sert à rien. On veut offrir un beau spectacle, mais le plus important de gagner.

J’ai joué avec Ronaldo, Neymar et Messi, qui est le meilleur ? Pourquoi Messi ? 

(rires) Je crois que c’est difficile de choisir. J’ai une bonne relation avec chacun, une excellente avec Neymar. Mais Léo, c’est Léo. Il fait des choses extraordinaires. On voit que c’est naturel. Il n’a pas besoin de musculation. Il n’a besoin de rien. C’est impossible de choisir quelqu’un d’autre. De ce que j’ai vu, Messi est d’une autre planète.

Di Maria « Messi au PSG ? Ce serait beau ! »

Di Maria se confie : le travail, Messi, sa prolongation, ses rêves, la LDC et le français

Joie Angel Di Maria / Lionel Messi – 01.07.2014 – Argentine / Suisse – 1/8Finale – Coupe du Monde 2014 -Sao Paulo-

Messi au PSG ?

Ce serait beau ! À chaque fois qu’on est en sélection, on est ensemble 7-8 jours et après on doit se quitter. Donc l’avoir comme coéquipier serait magnifique. Mais c’est un joueur de Barcelone, il a un contrat, après on verra. Je parle beaucoup avec lui et je lui dis toujours que l’important c’est son bonheur et celui de sa famille.

Il y a une erreur sur Wikipédia, qui dit que j’ai joué à Manchester United ?

Oui, je pense que c’est une erreur. Cela a été rapide. Cela a bien commencé, les premiers mois. Après, j’ai eu un problème avec Van Gaal. Et après, il y a eu le cambriolage. Ma famille n’était bien et j’ai dit à mes agents que je ne pouvais pas rester.

Di Maria « je crois que ça va être difficile un jour de partir. »

Un club de cœur à Paris, j’ai même prolongé mon contrat ?

Oui, je l’ai déjà dit quand je suis arrivée ici et je l’ai répété à chaque fois. Le plus important pour moi c’est la famille. Et si ma famille est bien quelque part, je le montre aussi sur le terrain en jouant. C’est le plus important. Mes filles et ma femme, c’est le plus important. Si je suis tant heureux aujourd’hui, l’idée était de finir le contrat et de retourner en Argentine.

Mais en Argentine ça ne va pas très bien. Mais partir dans un autre pays européen, alors que je suis aussi bien à Paris, dans cette ville, en plus une de mes filles est née ici, elles vont à l’école ici, elles parlent anglais et français, je crois que ça va être difficile un jour de partir.

Di Maria « C’est vraiment bien, on espère continuer comme ça. »

Comment ça va depuis le cambriolage ?

Ça va mieux, a assuré Angel Di Maria. Ma femme était encore un peu mal durant quelques jours. Mais c’est normal, c’est la deuxième fois. Ce n’est pas facile. Mais comme je l’ai déjà dit, je suis heureux ici. Le plus important, c’est que ma famille se sente bien.

Pochettino, c’est un plus pour moi d’avoir un compatriote ?

Je ne suis privilégié. Mais ça change les habitudes. Celles que nous avions avec Tuchel et les autres. On a l’envie de gagner, on travailla très dur. On le sent avec les joueurs que l’on court plus, mais cela ne fait que trois mois qu’il est arrivé. C’est vraiment bien, on espère continuer comme ça.

Ma famille ?

C’est grâce à mes parents que j’en suis là aujourd’hui. C’était mon transfert à Central à 7 ans qui a fait la différence. Jusqu’à Benfica, je jouais ailier à gauche. Au Real Madrid, j’ai changé car c’était impossible de jouer du côté de Ronaldo (rires).

Di Maria « On ne m’a rien offert. »

J’ai aussi joué au milieu ?

Oui, avec Ancelotti. C’est quand Monaco voulait me recruter. Le Real voulait me vendre, mais

Di Maria se confie : le travail, Messi, sa prolongation, ses rêves, la LDC et le français

Neymar Jr (PSG) celebrates his goal with Angel Di Maria (PSG) during the French Ligue 1 Paris Saint Germain (PSG) vs Montpellier (MHSC) football match at the Parc des Prince, in Paris, France on January 22, 2021. Photo by Julien Poupart/ABACAPRESS.COM
By Icon Sport – NEYMAR JR – Angel DI MARIA – Parc des Princes – Paris (France)

Ancelotti a dit non, qu’il me trouverait une place. Il m’a mis au milieu et ça fonctionnait bien, on a gagné la Ligue des Champions.

De quoi je suis le plus fier dans ma carrière ?

De tout. Je suis fier de tout dans ma carrière. Vraiment de tout. Ce que j’ai réussi, je l’ai fait avec du travail et des sacrifices. On ne m’a rien offert. J’y ai toujours cru, je me suis battu. Et j’ai fait le maximum pour toujours jouer. Au Real Madrid, il y avait Bale, Benzema, Cristiano Ronaldo, Luka Modric, Xavi Alonzo et j’ai trouvé ma place dans l’équipe.

Di Maria « je rêve de gagner la Ligue des Champions avec Paris. »

Mes rêves aujourd’hui ?

Franchement j’ai beaucoup de rêves. L’un d’eux était de signer un an de plus ici. Car je rêve de gagner la Ligue des Champions avec Paris. Et je sais que le club fait tout pour. L’autre rêve qui ne me quittera jamais tant que je ne m’arrêterai pas, c’est de gagner avec l’Argentine. Ça c’est dans mon cœur. Tant qu’on ne me dit pas d’arrêter, j’y crois.

Ce qui m’a le plus marqué dans ma carrière ?

La Ligue des Champions. C’est une journée unique, du réveil à la victoire. Il a beaucoup d’émotions, d’adrénaline. Tu ne pouvais dormir après, on écoutait les gens qui faisaient la fête. C’est inoubliable, avec le retour à Madrid.

Je n’ai pas changé ?

On est humain, tous égaux. Je suis la même personne tout le temps. J’aime vivre, et vivre la finale avec Paris c’était unique, mais à huis clos. On perd des émotions et de l’adrénaline. Il manquait des ingrédients qui rendent le football si spécial.

Di Maria « je veux qu’ils m’aiment pour ce que je fais sur le terrain. »

Pourquoi je ne parle pas français ?

Je parle, je comprends tout mais, comment je peux dire. Je ne veux pas que ce soit mal interprété. Quand je suis arrivé, tout le monde m’a dit : ‘les gens t’aiment pour le football, mais si tu parles français, ils t’aimeront encore plus.’ Mais je ne veux pas qu’ils m’aiment pour mon français, je veux qu’ils m’aiment pour ce que je fais sur le terrain.

Donc je suis resté sur ça, et je me suis dit : ‘je ne vais pas parler en français dans mes interviews.’ Ce qui m’intéresse c’est dehors de parler en français avec les supporters qui me demandent une signature. Ils me parlent en Français et je réponds, avec mes amis je peux parler, quand je vais acheter le pain, quand je vais au supermarché, au kiosque à journaux. Je peux avoir un échange sans problème. Mais j’ai dit que je n’allais pas le faire en interview, parce que je veux qu’ils m’aiment pour ce que je fais sur le terrain.

Ce que j’aime à Paris ?

J’aime tout à Paris. La ville est incroyable. Là où tu regardes, c’est beau. J’ai senti quelque chose quand je suis arrivé. Dans la manière dont les gens m’ont accueilli. Avec ma femme, on prend le maté au pied de la Tour Eiffel, tranquille. J’ai fait venir ma famille, ils peuvent aussi en profiter. C’est pour ça aussi que j’ai décidé de prolonger. (…) L’un des mes rêves est de gagner la Ligue des champions avec Paris.

Di Maria se confie : le travail, Messi, sa prolongation, ses rêves, la LDC et le français

Angel DI MARIA of Paris Saint Germain celebrates his goal during the French Ligue 1 Soccer match between Paris Saint-Germain and Montpellier HSC at Parc des Princes on February 1, 2020 in Paris, France. (Photo by Baptiste Fernandez/Icon Sport) – Angel DI MARIA – Parc des Princes – Paris (France)

Publicités

Derniers articles

Autres articles présents dans Club