Restez connectés avec nous
Féminines - Le PSG obtient miraculeusement le nul face aux Lyonnaises

Actu Féminin

Féminines – Le PSG obtient miraculeusement le nul face aux Lyonnaises

A l’occasion de la 15e journée du championnat de Division 1 féminine, l’équipe du Paris Saint Germain défie celle de Lyon. Dans un match ayant des allures de finale pour le titre, l’entraîneur francilien Farid Benstiti pourra quasiment compter sur l’intégralité de son effectif et s’appuyer sur un jeu collectif plus abouti.

Humiliées 5-0 à Gerland, les joueuses parisiennes auront nécessairement à cœur de réaliser une bonne performance. Surtout en cas de victoire, elles reviendraient à égalité de points avec le club rhodanien.

Aussi, l’entraîneur parisien décide de reconduire sa précédente équipe, celle qui avait réussi à battre le club de Montpellier. A noter toutefois, que l’allemande Ann-Katrin Berger remplace la polonaise Katarzyna Kiedryznek dans les cages et que Jessica Houara-d’Hommeaux occupe le poste de milieu de terrain en lieu et place de Caroline Seger blessée.

Durant ces premières minutes du jeu, les deux équipes s’observent fébrilement. Les passes sont relativement mal assurées et le jeu est ponctué de nombreuses fautes. Au fil du temps, le jeu parisien se délite et les Lyonnaises en profitent donc pour asseoir leur maîtrise collective. Cependant, les joueuses de Gérard Prêcheur n’arrivent pas à franchir le bloc parisien et restent uniquement dangereuses sur coups de pied arrêtés.

Il faut attendre véritablement la 17e minute de jeu pour apercevoir l’action la plus dangereuse. Il s’agit en effet d’un tir de la latérale Amel Majri, repoussé brillamment par la gardienne parisienne.

Asphyxiée, l’équipe du club de la capitale ne doit sa survie qu’au très bon match délivré par Laura Georges. Pire le milieu, ainsi que l’attaque parisienne sont inexistants. Seules quelques fulgurances individuelles sur les ailes permettent aux Franciliennes de s’introduire dans la zone rhodanienne.

Au final, cette première mi-temps fut à sens unique. Dépassées collectivement, maladroites en attaque, les joueuses de la capitale ne doivent en réalité leur salut qu’à la maladresse lyonnaise. En effet, les coéquipières de Wendie Renard ont su parfaitement faire reculer le bloc parisien et installer leur jeu. Mieux, elles se sont montrées dangereuses à maintes reprises lors de nombreuses incursions dans la surface de réparation parisienne.

Le début de seconde mi-temps est là aussi marqué par une domination lyonnaise. Les joueuses rhodaniennes se montrent entreprenantes et harcèlent continuellement la défense parisienne. Seule une certaine solidarité défensive permet de repousser pour l’instant les tentatives adverses.

En outre, la gardienne parisienne multiplie les arrêts de grande classe comme à la 59e minute au cours de laquelle elle repousse sur son poteau gauche la frappe de la norvégienne Hegerberg.

Le jeu se concentre davantage au milieu de terrain et les duels deviennent de plus en plus âpres. Aussi, les avertissements de la part de l’arbitre se multiplient aux fins de sanctionner plusieurs interventions dangereuses.

Les Lyonnaises continuent leur pressing, mais les phases offensives restent approximatives. Du côté parisien, on procède ponctuellement par contres. Contres notamment menés par Jessica Houara-d’Hommeaux et Kheira Hamraoui.

Durant les dernières minutes de ce match, les espaces se créent davantage, les occasions se font plus franches d’un côté comme de l’autre. Malgré tout, les attaquantes présentes peinent à s’illustrer et le match se termine sur un triste 0-0.

Si les joueuses parisiennes ont su faire preuve d’un courage exemplaire en défense, avec notamment une Ann-Katrin Berger impériale dans ses cages, le jeu offensif francilien a paru bien pauvre. En attestent les maigres occasions dont ont disposé les deux attaquantes Cristiane et Mittag.

Devancées en championnat par les Lyonnaises, les joueuses de Farid Benstiti auront désormais l’occasion de se consacrer sur la Coupe de France ainsi que sur la Ligue des Champions. Mais, elles doivent aussi regarder derrière en D1, où Montpellier aura l’occasion de recoller au classement alors que seules les 2 premières places sont qualificatives pour la prochaine Women’s Champions League.

 

 

 

Publicités

Derniers articles

Autres articles présents dans Actu Féminin