Restez connectés avec nous
Le PSG envoie un courrier à MIA après son clip polémique "source de discrédit" pour le club

Club

Le PSG envoie un courrier à MIA après son clip polémique « source de discrédit » pour le club

L’artiste anglaise MIA fait partie de ces artistes qui se servent de leur musique afin de véhiculer des messages. Dans son clip « Borders », que l’on peut traduire par frontières, la chanteuse, vêtue d’un maillot modifié du Paris Saint Germain, dénonce le sort des migrants qui arrivent aux portes de l’Europe.

Si la chanteuse décrit de manière sincère les boat-people, les tirs policiers, les gens cassés, les identités, … dans sa vidéo, la tenue qu’elle arbore a pu gêner la direction francilienne.

En effet, si l’on prête attention quelques instants à sa vidéo, on peut constater que le nom du sponsor principal a été volontairement modifié. On passe ainsi de Fly Emirates à Fly Pirates.

Aussi, les dirigeants parisiens ont-ils adressé un courrier à la chanteuse britannique. Courrier qu’elle a par la suite posté sur son twitter officiel.

« Plus que d’être surpris, nous ne comprenons simplement pas pourquoi nous sommes associés, via notre logo et le maillot de notre club, à une telle dénonciation. Cette association est d’autant plus difficile à comprendre que rien dans nos activités et nos préoccupations quotidiennes ne suggère que nous ayons un quelconque lien avec les problèmes soulevés par M.I.A. (…) On considère que l’usage de notre marque et de notre image dans un clip dénonçant le traitement des réfugiés est une source de discrédit pour notre club, et va à l’encontre de notre politique de communication. »

A la fin de la lettre, Jean Claude Blanc, le directeur général délégué du PSG, rappelle que le club de la capitale a octroyé la somme d’un million d’euros à l’Agence des Nations unies pour les réfugiés ainsi qu’au Secours populaire.

Pour l’instant, la chanteuse d’origine Sri-Lankaise ne semble pas encline à arrêter la diffusion de son clip et pourrait s’exposer éventuellement à des poursuites judiciaires pour atteinte à l’image et à la réputation d’une personne morale.

 

Publicités

Derniers articles

Autres articles présents dans Club