Restez connectés avec nous
La presse espagnole revient sur le naufrage barcelonais au Parc des Princes

Adversaires

La presse espagnole revient sur le naufrage barcelonais au Parc des Princes

Au lendemain de la lourde défaite du FC Barcelone contre le Paris Saint-Germain hier soir (4-0, 8e de finale aller de Ligue des Champions), la presse espagnole n’est pas tendre avec les Blaugranas et plus particulièrement leur entraîneur Luis Enrique.

« Humiliation », « naufrage », « désastre », … tous les superlatifs sont bons pour la presse espagnole ce mercredi matin afin de décrire la prestation réalisée par les partenaires de l’Argentin Lionel Messi, ce mardi soir au Parc des Princes lors du 8e de finale aller de Ligue des Champions. Les Catalans ont été sèchement battus par le PSG, sur le score de 4-0, grâce à un doublé d’Angel Di Maria et des réalisations de Julian Draxler et Edinson Cavani.

Pour le quotidien pro-madrilène AS, ce 8e de finale aller est « un sinistre total« . Le journal explique également dans une colonne que le vestiaire est en train de complètement lâcher Luis Enrique. « Les cadres ne se font plus d’illusions sur lui. Ils le considèrent incapable de trouver des solutions pour relever l’équipe« , peut-on notamment lire.

 

Pour le journal Marca, ce succès porte la patte d’Unai Emery, une vieille connaissance. « Emery détruit le Barça », y écrit le journaliste. Qui voit cinq raisons à cette « humiliation » : une équipe déséquilibrée, un coach sans réaction, des recrues invisibles, des « phares complètement éteints » (en parlant des cadres) et une préparation physique qui n’était apparemment pas au niveau.

Les journaux catalans sont tout aussi critiques à l’égard des joueurs du FC Barcelone. Le Mundo Deportivo a assisté à « un désastre« . Le Barça s’est montré « sans âme ni fond de jeu » face à « l’incontestable supériorité française« .

Enfin Sport titre que ce à quoi nous avons assisté ce mardi soir au Parc des Princes « n’était pas le Barça« . Les Catalans ont subi une « humiliation historique« , qu’il faudrait essayer d’effacer au retour. Le quotidien insiste sur l’attitude passive voire détachée de l’entraîneur catalan Luis Enrique durant la rencontre et qui « a préféré concentrer sa colère sur un journaliste » après le match.

 

Publicités

Derniers articles

Autres articles présents dans Adversaires