Restez connectés avec nous
Metz/PSG - Antonetti critique l'arbitrage "quand on les joue, je voudrais qu'on soit traité de façon égale"
©IconSport

Adversaires

Metz/PSG – Antonetti critique l’arbitrage « quand on les joue, je voudrais qu’on soit traité de façon égale »

Frédéric Antonetti, entraîneur du FC Metz, s’est exprimé sur Canal +, après la victoire du Paris Saint-Germain contre son équipe, 1-2, ce mercredi en clôture de la 7e journée de Ligue 1 (voir le résumé ici). Il est notamment revenu sur les débordements et les tensions d’après-match, reprochant un traitement des arbitres en faveur du PSG. Il regrette que cela ait pu gâcher une soirée qui laissait imaginer Metz finir sur un match nul.

Antonetti « Il y a une grosse faute sur De Préville, il y a une faute sur Centonze à siffler »

« La tension ? Mon équipe est sortie du match toute seule ? Vous avez vu le match ? Vous pouvez en parler pour moi ? Il y a une action, vous ne savez plus ? Il y a une grosse faute sur De Préville, il y a une faute sur Centonze à siffler. A la 90e minute, c’est normal qu’on soit un peu énervé. Disons que l’arbitre a eu le sifflet un peu plus facile pour le PSG que pour Metz.

Après, je peux comprendre beaucoup de choses, la Parismania. Je suis favorable du PSG, je suis supporter de Paris en Europe. Mais quand on les joue, je voudrais qu’on soit traité de façon égale. Il y a 2 fautes flagrantes. Voilà, tout simplement. On est peut-être sorti du match, c’est dommage ça gâche un peu notre soirée. »

Antonetti a pris un rouge… Encore une fois. Son équipe n’a rien proposé… Encore une fois. La chanson reste la même, les acteurs restent les mêmes et on a le droit à la sempiternelle réprimande des arbitres par cet entraîneur au sang chaud qui avait pourtant bien d’autres choses à dire, notamment sur la qualité de son équipe. 

Mais on peut comprendre sa frustration s’il s’est senti floué. Il peut mettre en avant l’arbitrage comme étant le responsable de la défaire au final dans ce match. Mais si l’on regarde les faits, la domination parisienne, l’absence de jeu de Metz et l’agressivité par moment des uns et des autres, on ne peut pas dire que Metz aurait mérité le match nul. 

Ce qui a fait changer la donne, c’est l’absence de réalisme du PSG qui encore une fois, à bafoué ses fondamentaux, certes en marquant, mais se prenant une nouvelle fois un but. Pire, le PSG est  parvenu à inscrire le but de la victoire qu’à la 95e minute, après une multitude d’occasions. Metz aurait pu faire match nul, mais ce sont bien les Parisiens qui ont failli leur donner des points.

Publicités

Derniers articles

Autres articles présents dans Adversaires