Restez connectés avec nous
TDC - Aulas ne fait qu'utiliser son talent et "vendre l'image d'une rivalité" selon Duluc

Adversaires

TDC – Aulas ne fait qu’utiliser son talent et « vendre l’image d’une rivalité » selon Duluc

Depuis quelques jours, Jean-Michel Aulas s’exprime dans plusieurs médias afin de présenter sa « bouderie ». Le président de l’Olympique Lyonnais n’ira pas avoir son équipe jouer contre le Paris Saint-Germain lors du Trophée des Champions.

Cela parce que le club de la capitale a refusé d’annuler la suspension de Nabil Fekir pour cette rencontre. D’après Vincent Duluc, journaliste de L’Equipe, le président rhodanien fait simplement ce qu’il réussit le mieux.

« Il y a deux choses, parmi beaucoup d’autres, que Jean­-Michel Aulas fait mieux que ses confrères depuis plus de vingt-huit ans qu’il préside l’OL : détourner l’attention un soir de défaite et mettre la pression sur son équipe dans les jours qui précèdent le match suivant. L’interview qu’il nous a accordée, dans ces colonnes, concentre une large partie de ce savoir-faire, tout en recelant d’autres messages, pas toujours subliminaux.

Dans les minutes qui ont suivi la déculottée amicale subie à Arsenal (0-6), dimanche, la demande auprès de la LFP et du PSG d’annuler la suspension de Nabil Fekir a d’autant plus ressemblé à un dérivatif que le président lyonnais avait eu tout l’été pour le faire et qu’il ne l’avait pas fait. Ainsi peut-il espérer, dans le meilleur des cas, inspirer l’idée d’une injustice et d’une revanche à prendre dans ses propres rangs.

La pression mise dans la foulée sur son staff et ses joueurs est infiniment classique avant un rendez-vous qui compte, pour un club qui n’a pas remporté le moindre trophée depuis 2012 (Coupe de France et Trophée des champions) et qui souhaite vendre l’image d’une rivalité avec le PSG, aux médias comme aux ­investisseurs. »

Aussi agaçant qu’il soit, rempli de mauvaise foi, il faut le dire, Aulas a réussi quelque chose. Et pas seulement de ternir encore son image.

Depuis le weekend catastrophique de l’OL, avec 8 buts encaissés pour 0 marqué en deux matchs, les médias n’ont pas eu le temps de s’en prendre à des Gones qui ont perdu de leur surperbe.

Il ne s’agit du président de l’OL et de son nouveau combat. Il est difficile d’apprécier le personnage, mais il faut avouer qu’il fait assez bien son travail de dirigeant de l’OL. S’il y arrivait sans être désagréable, ce serait mieux.

Publicités

Derniers articles

Publicité

Autres articles présents dans Adversaires