Restez connectés avec nous
L'UNFP s'oppose fermement à la suppression de la trêve hivernale en Ligue 1
©IconSport

Ligue 1

L’UNFP s’oppose fermement à la suppression de la trêve hivernale en Ligue 1

Depuis peu, l’idée de supprimer la trêve hivernale en Ligue 1 et en Ligue 2 a été lancée afin de placer plus facilement les matchs dans une saison. Un calendrier qui se rapprocherait donc de celui pratiquer en Premier League (Angleterre). Cependant, l’UNFP (Union Nationale des Footballeurs Professionnels) a publié un communiqué ce mardi pour afficher son mécontentement face à cette idée.

« Au regard du calendrier démentiel qui attend les footballeurs professionnels français lors de la prochaine saison (1), certains émettraient l’idée de supprimer la trêve hivernale, puis en profiter évidemment pour que l’exception due à la crise devienne la règle.

« il est ainsi primordial de rester au maximum à 20 clubs en Ligue 1. »

Les bouleversements qu’ont connus nos différents championnats et ceux que la crise de la Covid-19 pourraient faire naître demain si la raison ne finissait pas par l’emporter – il est ainsi primordial de rester au maximum à 20 clubs en Ligue 1, par exemple, si l’on veut inscrire le football professionnel français dans le sens du progrès – ne doivent pourtant pas servir de prétexte à la réécriture des règlements au mépris de la Charte du football professionnel.

Si l’UNFP peut comprendre que les clubs reviennent à la charge en mettant en avant de possibles retombées économiques, elle reste persuadée que ce n’est pas une bonne solution, qu’elle est même contre-productrice car il est avéré que les sportifs ont besoin de repos pour pouvoir donner, sur le long terme, le meilleur d’eux-mêmes et assurer le spectacle. L’UNFP s’y est également toujours opposée parce qu’une fois encore la priorité est de préserver la santé physique et morale des joueurs.

« Ce n’est pas pour rien si beaucoup de pays nous envient notre trêve, si les Anglais pensent sérieusement à l’importer. »

Car si la trêve hivernale est une garantie sociale forte, inscrite dans la Convention Collective, qui répond à un réel besoin, c’est aussi une coupure attendue par l’ensemble des acteurs de terrain, un temps pour se reposer nécessaire, surtout quand le corps a été soumis à rude épreuve après trois mois d’arrêt suivis de pics d’activité…

Ce n’est pas pour rien si beaucoup de pays nous envient notre trêve, si les Anglais pensent sérieusement à l’importer et à tirer un trait sur leur boxing-day, si les autres disciplines professionnelles, en France, en rêvent…

« Pour l’UNFP, elle est non-négociable, tant elle constitue une coupure salvatrice, réparatrice. »

C’est pourquoi, et plus encore peut-être au cœur d’une saison aussi longue et aussi chargée, la trêve hivernale s’impose. Pour l’UNFP, elle est non-négociable, tant elle constitue une coupure salvatrice, réparatrice…

Et elle pourrait même l’être plus encore si, comme le préconise une récente étude de la FIFPRO sur la santé des footballeurs et la surcharge du calendrier, la coupure était de dix jours, alors qu’elle n’est que de six jours actuellement en France. Plutôt que de supprimer la trêve, ne faudrait-il donc pas même mieux l’étendre ?

La question mérite d’être posée… »

Même si supprimer la trêve permettrait d’étaler un petit peu les matchs, on peut comprendre que l’idée ne plaise pas. Rien ne dit que cela servirait les joueurs, qui n’auraient donc plus cette petite pause pour souffler physiquement et psychologiquement. Des aspects qu’il ne faut pas oublier. Si peu de pays ont mis en place des matchs durant l’hiver, ce n’est sans doute pas pour rien. Sans oublier le risque d’avoir des terrains peu agréables et qui augmentent le risque de blessures durant cette période. Ce n’est pas non plus pour les pelouses d’avoir un petit temps de récupération au milieu de la saison. En tout cas, face à cette opposition nette, il semble difficilement imaginer que ce changement majeur s’installe.

Même si la réflexion peut continuer pour mesurer l’apport de cette modification avec un calendrier un peu moins resserré. Sauf que ce serait de très peu. En revanche, l’idée d’étirer la trêve hivernale a l’air difficile à mettre en place. Ou alors de peu, puisque l’UNFP évoque un écart de 4 jours. Mais il sera difficile d’aller au-delà, puisqu’il faut justement réussir à placer tous les matchs de la saison en évitant d’imposer un rythme trop élevé. Il ressort en tout cas clairement qu’une Ligue 1 à 22 clubs semble très difficile à mettre en place.

Publicités

Derniers articles

Autres articles présents dans Ligue 1