Restez connectés avec nous
La défense d'Aminata Diallo dans l'affaire Hamraoui "c'était une amie"
@Iconsport

Une

La défense d’Aminata Diallo dans l’affaire Hamraoui « c’était une amie »

Kheira Hamraoui, milieu de 32 ans du Paris Saint-Germain, pourrait y voir clair prochainement sur son agression subie en novembre 2022. Mais ce n’est pas encore acquis. Aminata Diallo, milieu de 27 ans libérée par le PSG cet été qui était avec elle et a simplement été retenue par les agresseurs, a été interpellée par la police une seconde fois après sa garde à vue peu après l’incident. Il y a alors beaucoup d’éléments qui ont été avancés dans l’enquête à son encontre, dont l’un des suspects qui l’a désigné comme responsable, mais la joueuse a été libérée sous contrôle judiciaire et après s’être défendue face à la juge. Un échange rapporté par Le Parisien.

Diallo « c’est facile de dire que c’est moi. »

« C’est facile depuis dix mois, c’est ce qu’on essaye de dire dans la presse, donc ce n’est pas difficile de raconter ça. J’aimerais bien savoir qui sont mes complices. J’ai l’impression que c’est un complot contre moi . Je suppose que pour couvrir le vrai commanditaire, c’est facile de dire que c’est moi puisque, depuis dix mois, je suis accusée d’être mêlée à cette affaire. »

— […] Ces derniers nous ont déclaré être en contact avec un individu qui lui-même était en contact avec vous pour vous donner votre progression ainsi que votre cousin. Qu’avez-vous à dire ?

— Je ne connais pas ce cousin imaginaire.

(…) On pouvait jouer toutes les deux en même temps sur le terrain, et c’est ce qui a été fait à 50 % des matchs. Concernant l’inimitié, c’est faux, pas spécialement. […] Je pense qu’il y avait de la place pour deux, ma situation était excellente au PSG, une volonté du club de me prolonger, donc aucun mobile sportif de faire ça (l’agression) à ce moment-là.

C’était une collègue de club avec qui j’avais de bons rapports. Aujourd’hui, c’est difficile de dire si c’était une amie ou pas. Le 4 novembre, oui, c’était une amie. »

Comme toujours face à une affaire judiciaire, nous appelons à la plus grande prudence puisqu’il n’y a encore rien de sûr. Nous soulignons aussi ici qu’il ne s’agit pas d’une prise de parole de la joueuse dans le journal, mais bien de son échange qui a visiblement filtré jusqu’au quotidien, qui a avancé de nombreux points dans cette faire. Ce n’est sans doute pas au hasard, mais ce n’est pas assez pour être sûr des faits. L’enquête continue et Diallo peut toujours se défendre, que l’on croit ou non à ses arguments. Il faut savoir les écouter avant de se faire un avis.

On espère surtout que le dénouement est proche afin de pouvoir pleinement tourner la page. C’est notamment souhaitable pour Hamraoui, qui est toujours à l’écart des terrains pour le moment.

Publicités

Derniers articles

Publicité

Autres articles présents dans Une