Restez connectés avec nous
L'Equipe explique le détail de la distribution des droits TV en Ligue 1 à partir de 2020

Autour du PSG

L’Equipe explique le détail de la distribution des droits TV en Ligue 1 à partir de 2020

A partir de la saison prochaine, la Ligue 1 va rentrer dans une période importante qui devrait l’aider à progresser. En effet, les revenus liés aux droits TV vont considérablement augmenter avec l’arrivée de Mediapro pour la diffusion de 2020 à 2024. Plutôt que les 726,5 millions d’euros partagés de 2016-2020, les clubs Ligue 1 auront 1,153 milliards d’euros à diviser. Ce jeudi, L’Equipe fait savoir qu’un accord a été trouvé pour la répartition des 400 millions d’euros ajoutés. 

« Pendant cette crise sanitaire, le football français a réussi à trouver un accord sur un sujet prompt à le diviser : la répartition des droits télévisés de la Ligue 1. Un dossier particulièrement sensible puisque le magot est de taille, avec 1,153 milliard d’euros par an pour la période 2020-2024 (dont environ 780 millions de Mediapro, 330 millions de Canal+ et 50 millions de Free). Une hausse de près de 60 % par rapport au contrat actuel (726,5 millions d’euros annuels). Lors d’un collège de Ligue 1 qui s’est tenu il y a une semaine, un système a été mis en place. Selon nos informations, il prévoit que la manne d’environ 400 millions d’euros supplémentaires qui doit tomber dans les caisses de la LFP à partir de la saison prochaine sera répartie à parts égales entre les pensionnaires de l’élite. Soit environ 20 millions d’euros de plus par club, après soustraction de la taxe Buffet (5 %) et de diverses aides, notamment à la FFF.

« Ce schéma global (droits nationaux et droits internationaux) a été validé par 17 clubs. »

En revanche, les droits internationaux (60 millions d’euros net par an, un montant assez modeste) profiteront en totalité à neuf équipes à vocation européenne (PSG, Lyon, Marseille, Saint-Étienne, Monaco, Bordeaux, Rennes, Lille et Nice). Dans le détail, 20 millions d’euros seront partagés équitablement entre elles et 40 millions selon un critère de notoriété. Ce schéma global (droits nationaux et droits internationaux) a été validé par 17 clubs. L’OM a voté contre et l’OL (Jean-Michel Aulas, le boss lyonnais, est aussi président du collège de L1) s’est abstenu. »

Même si le journal sportif n’est pas le plus fiable pour ce qui est de la vie interne des clubs, il a une certaine crédibilité pour ce genre d’annonce sur la Ligue 1. On peut donc penser qu’il y a au moins un vrai fondement ici, bien que l’on garde toujours une part de prudence tant qu’il n’y a pas une confirmation officielle. Mais on devrait bien se diriger vers un partage en égalité des millions ajoutés aux droits TV sur ce changement de période.

Ce qui ne veut pas dire, d’après les affirmations du journal sportif, que le reste est distribué de la même manière. Il y a toujours l’idée d’un calcul avec la notoriété sur les cinq saisons précédentes, basée sur les choix prioritaires des diffuseurs, et le classement. Le débat peut durer longtemps pour ce qui sera fait des 400 millions en plus, mais il y a du sens à distribuer à parts égales afin d’aider tout le monde à avancer. Ce serait bénéfique pour tout le championnat que chaque club puisse progresser.

Publicités

Vidéos football

 

Derniers articles

Autres articles présents dans Autour du PSG