Restez connectés avec nous
Ricardo revient sur sa signature au PSG et la progression aperçue en tant que joueur
©IconSport

Anciens

Ricardo revient sur sa signature au PSG et la progression aperçue en tant que joueur

Ricardo Gomes, plus souvent appelé Ricardo, ancien défenseur de Benfica (1988-1991, puis 1995-1996), du Paris Saint-Germain (1991-1995) et du Brésil (45 sélections) notamment, s’est confié auprès de L’Equipe. L’occasion pour celui qui a aussi été entraîneur du PSG (1996-1998), de revenir sur son passage en tant que joueur dans la capitale. Cela en commençant par la surprise suscitée par son transfert alors que Benfica était à ce moment un mastodonte européen.

« Je me souviens très bien des journalistes français, qui ne comprenaient pas. Ils me demandaient sans arrêt pourquoi je venais à Paris alors que j’étais dans un des trois ou quatre meilleurs clubs du monde. (…) Vos collègues avaient du mal à comprendre pourquoi j’avais choisi malgré tout de venir.

Ricardi « Quand Benfica a gagné ses deux Coupes des champions, le PSG n’existait même pas ! »

Aussi une histoire d’argent ?

Oui, je suis arrivé au PSG avec Canal +, et il y avait un beau contrat à la clé. À l’époque, il n’y avait pas autant d’argent qu’aujourd’hui, ça n’avait rien à voir, mais Paris me donnait plus que Benfica.

Surpris par les conditions de travail ?

Un peu, oui. Pendant les deux premières années, on n’avait qu’un terrain d’entraînement et un vestiaire, alors qu’à Benfica, par exemple, on avait deux ou trois pelouses rien que pour nous. Niveau installations, organisation, c’était très différent. Mais je savais, en signant, que les deux clubs étaient incomparables : quand Benfica a gagné ses deux Coupes des champions (1961, 1962), le PSG n’existait même pas ! Heureusement, dans un club, le plus important, cela reste l’ambiance dans le vestiaire. Lorsque je suis arrivé, il y avait déjà Perez, Bravo, Kombouaré, Germain, Fournier, Simba.

Ricardo « Là, ça a commencé à prendre l’allure d’un grand club comme aujourd’hui. »

La sensation de régresser sportivement ?

Non. Bien sûr, l’objectif de départ était relativement limité. C’était : on intègre les places européennes et après on voit. Mais Ginola est arrivé en décembre, le mercato d’après, c’était George Weah. Là, ça a commencé à prendre l’allure d’un grand club comme aujourd’hui. »

Il peut toujours être un peu surprenant de voir un grand joueur quitter l’un des meilleurs clubs pour rejoindre un qui est « plus petit » alors qu’il n’était même pas mis de côté par son club. L’argent peut jouer un rôle, mais il n’y a pas que cela. Certains joueurs ont envie de découvrir des choses, de se lancer certains défis. Cela a été le cas pour Ricardo, qui a eu envie de participer au projet parisien qui était en plein développement. De quoi vivre de nouvelles émotions et voir ensuite qu’il a pu être utile dans une belle histoire, en voyant Paris franchir des paliers importants dans son quotidien et ses résultats sportifs.

Le Brésilien le rappelle très justement, le PSG est un club relativement jeune. Ce qui n’empêche pas son histoire d’être déjà riche grâce de belles idées et d’immenses joueurs. C’est beau de voir tout ce que Paris a déjà pu vivre, même s’il y a eu quelques périodes difficiles. Maintenant, on peut espérer que le club continue à avancer et s’installer dans la durée parmi les grands d’Europe. Il est lancé pour cela. Aujourd’hui, il serait plus surprenant de voir un titulaire du PSG rejoindre Benfica.

Publicités

Vidéos football

 

Derniers articles

Autres articles présents dans Anciens