Restez connectés avec nous
Sanfourche souligne que le PSG n'a pas beaucoup changé hormis le rôle de Verratti
©Photo Icon Sport

Autour du PSG

Sanfourche souligne que le PSG n’a pas beaucoup changé hormis le rôle de Verratti

Philippe Sanfourche, journaliste pour RTL, est revenu sur les premiers matchs de Mauricio Pochettino comme entraineur du Paris Saint-Germain. Dans l’Equipe du Soir, il a notamment souligné que le coach argentin n’a pas encore imprimé sa patte à son équipe. Pour lui le PSG n’a pas beaucoup changé et il voit dans le positionnement de Marco Verratti, milieu de 28 ans, la seule réelle évolution notable.

Sanfourche « Ce qui a un peu bougé, c’est le rôle de Marco Verratti »

“Ce qui a un peu bougé, c’est le rôle de Marco Verratti, avec la nécessité qu’il soit un peu plus présent dans les phases de construction, qu’il aille un peu plus loin lorsqu’il porte le ballon et qu’il soit un peu plus disponible sur les phases d’attaque. Cela nécessite aussi que ses replis partent de plus loin, soient plus rapides et plus fréquents. Quand on connait aussi la fragilité de Marco Verratti, il y a point d’interrogation. Mais sur le plan tactique, c’est un peu la seule chose de nouvelle. »

Le rôle de Marco Verratti est le fait marquant des premières semaines de Pochettino à Paris. L’Argentin l’a d’abord utilisé en numéro 10 à la pointe du milieu pour compenser l’absence de Neymar notamment. Pochettino semble vouloir voir le petit hibou plus haut sur le terrain, qu’il prenne plus part à la construction et à la finition. Sa qualité technique le lui permet, mais son physique pourrait être le facteur x pour l’italien qui est de nature plutôt fragile. Sanfourche va peut-être un peu loin en déclarant que ce nouveau positionnement de l’Italien est la seule révolution du PSG made in Pochettino. On comprend que le positionnement de Verratti fasse du bruit tant on connaît ses qualités.

Dans ce choix, les « experts » ne sont pas tous d’accord. Certains le préfèrent plus bas, le jeu face à lui, proche du porteur de balle et prêt à relancer en partant de loin. Quand d’autres ont noté que l’idée pourrait faire son chemin, tant ses qualités sont évidentes. Mais les premiers matchs ont donné des indications, Verratti s’exprime mieux au côté de Leandro Paredes, milieu de 26 ans. Ils font la paire et le numéro 6 parisien apporte tellement dans le milieu de terrain qu’il est difficile de le voir s’exprimer aussi bien plus haut sur le terrain. Mais Pochettino se laisse des opportunités, il ne chamboule pas tout, mais met en avant une petite révolution offensive. Son style, c’est d’équilibrer l’équipe tout en attaquant fort. Maintenant, il reste à voir les choix de Pochettino pour un match de Ligue des Champions, car après seulement 9 matchs, il est difficile de tirer des conclusions, surtout en Ligue 1 où les qualités moindres des adversaires laissent plus de place aux expérimentations. 

Pour conclure, il semble important de rappeler que Verratti est un des éléments prépondérant de l’équipe et qu’il soit en 10 ou au milieu, il reste primordial dans le jeu offensif et défensif de son équipe.

Sanfourche « Pochettino veut la même chose que sous Emery et Tuchel »

“Pochettino veut la même chose que sous Emery et Tuchel, qui était d’ailleurs bien respecté pendant les premiers mois de ces coaches-là. C’est-à-dire le contre-pressing, faire l’effort au moment de la perte de balle même si c’est très haut. Les joueurs le font car ils ont eu des très grosses séances d’entraînement qui ont marqué certains. On aura sûrement l’occasion de parler du pourquoi et du comment Rafinha n’est pas plus utilisé (seulement 20 minutes depuis l’arrivée de Pochettino, ndlr). Il revenait de post-Covid et manifestement quand il a fait les premières séances, ils étaient en train de charger un peu l’entraînement. Ça ne suivait pas parce que c’était trop compliqué (pour Rafinha, ndlr). »

Sanfourche « Finalement, le processus est assez normal et classique. »

« C’est assez normal parce que c’est un coach qui arrive avec certaines exigences et avec un groupe dans lequel il y a des places à prendre. Finalement, le processus est assez normal et classique.”

Bien sûr que Tuchel et Emery étaient arrivés avec des idées conquérantes et offensives. Bien sûr qu’ils avaient eux aussi, comme Pochettino, demandé des efforts à leurs joueurs. Mais Pochettino est un ancien joueur, il connaît la musique dans les vestiaires, ce qui est un vrai plus dans son apport relationnel. Contrairement à Emery qui a eu du mal à se faire respecter. Tuchel non plus n’avait pas ce passif de joueur de haut niveau, il a pourtant entretenu de bonnes relations avec son groupe. Mais là, c’est plus l’ambiance délétère des derniers mois qui est venue noircir le tableau. En plus, comme le souligne Sanfourche, avec Pochettino, la charge de travail est conséquente, ce qui ne semblait pas être le cas des entraînements sous Tuchel. Le coach argentin veut aller de l’avant et il sait qu’il aura besoin de temps ou à défaut, de chance. 

Pour le cas Rafinha, cela reste une grosse inquiétude pour tous les suiveurs du PSG. Le brésilien a excellé sous Tuchel et a disparu sous Pochettino. Sanfourche annonce là aussi, un déficit physique pour Rafinha qui n’aurait pas supporter les premières charges des entraînements de l’entraineur des Rouge et Bleu. Là encore, rien d’étonnant, d’autant que le brésilien a souffert de la Covid-19 et que son entraîneur a souligné qu’il n’était pas totalement prêt physiquement. Avec « Poche », pas de passe droit, il veut les meilleurs joueurs à tous les postes. Mais Rafinha aura sa chance, c’est une certitude, mais avant cela, il va devoir se mettre à niveau. Pochettino est aussi intransigeant qu’il concerne tout son groupe y compris le staff, les prochaines semaines nous en diront plus.

Retrouvez ici notre Podcast « Barça/PSG – Sans Neymar ni Di Maria, quelle équipe à l’aller ? »

 

 

Publicités

Vidéos football

 

Derniers articles

Vidéos PSG

Autres articles présents dans Autour du PSG