Restez connectés avec nous
Di Maria se confie à propos de son enfance plutôt difficile
© Photo Icon Sport

Club

Di Maria se confie à propos de son enfance plutôt difficile

Angel Di Maria, ailier de 32 ans du Paris Saint-Germain et de l’Argentine, s’est confié au micro de Telefe. Outre ses difficultés face au confinement imposé à cause de l’épidémie du coronavirus, El Fideo est revenu sur son enfance loin d’être simple dans une famille aux moyens limités.

« Quand j’étais petit, mes parents travaillaient ensemble pour pouvoir nourrir la famille. Ils ont commencé par vendre de l’eau de Javel et du chlore. (…) Ensuite, mon père à connu quelqu’un qui lui donnait du charbon pour qu’il le revende. C’était un risque parce que si il ne le vendait pas, il ne pouvait pas le payer. Dans ce temps mon père avait une Fiat 600 et il chargeait les sacs de charbon dedans. Petit à petit, ça a bien marché mais les choses ont toujours été difficiles.

Di Maria « Tout ce que je fais, je le fais pour ma famille. »

Ma formation ? Je partais m’entraîner avec le vélo de ma mère quand j’ai commencé à jouer à Rosario Central. Ma mère voulait absolument que j’aille jouer là-bas car c’était une supportrice du club. C’était son rêve, et j’ai eu cette possibilité. Pendant 8 ans, j’allais aux entraînements à vélo, parfois même sous la pluie. D’abord tout seul, puis avec ma sœur, l’un devant et l’autre derrière, avec en plus mon sac d’entraînement dessus. (…) J’ai la possibilité de donner à mes filles un espace plus grand, une belle maison avec un jardin. Tout ce que je fais, je le fais pour ma famille, et pour elles.« , propos de Di Maria relayés par Paris United.

On peut avoir par moments l’impression que la vie des footballeurs professionnels est terriblement simple et qu’ils ne connaissent pas les difficultés de la vie. Les salaires qu’ils ont au haut niveau permet bien sûr d’avoir un certain confort. Mais il ne faut pas oublier que beaucoup d’entre eux viennent de situations loin d’être évidentes. Leur talent dans le football est une chance et ils doivent ensuite se battre pour réussir leur carrière. On peut voir dans le cas de Di Maria qu’il a fallu s’accrocher. Il peut être heureux et fier de son parcours, qui lui permet d’aider sa famille.

Bien sûr, on ne va pas dire que leurs salaires sont tout à fait compréhensibles. Même si une carrière est courte et demande des efforts importants très jeunes (la vie de famille peut être compliquée à avoir dès le centre de formation), les montants atteints sont exorbitants. Mais ils font bien aussi d’en profiter. Il y a sans doute peu de personnes qui refuseraient un énorme salaire dans leur métier parce que la somme a l’air déraisonnable.

Publicités

 

Derniers articles

Autres articles présents dans Club