Restez connectés avec nous
LDC - Lors des 8e de finale aller, "c'est le Real qui m'a le plus impressionné", affirme Djellit

Club

Djellit revient sur le manque de reconnaissance dont souffre le PSG

Il y a peu de temps Sherrer Maxwell se plaignait du manque de reconnaissance dont souffre le PSG. Hier dans L’équipe du soir c’est Nabil Djellit, journaliste à France Football dont c’était le tour de donner son point de vue sur la question :

« Il y a une forme d’injustice aujourd’hui. Je suis d’accord pour dire que le curseur de la Ligue 1 est insuffisant pour juger le PSG. S’ils avaient été éliminés par le FC Barcelone dans un mouchoir de poche avec un Barça au sommet de son art, on aurait dit que ces 93 points auraient été extraordinaires, que le PSG était une équipe fantastique.

C’est vrai qu’elle est fantastique cette équipe à l’échelle de la Ligue 1. Il faudrait la comparer avec l’équipe lyonnaise qui était la plus dominante précédemment pour savoir si elle est aussi forte.

Mais, jusqu’à présent, le curseur de la Ligue des Champions est devenu le véritable révélateur du PSG, peu importe si les records tombent chaque saison. »

Il y a une forme de vérité dans les propos du journaliste et cela se vérifie chaque saison depuis l’arrivée de QSI. Mais cette « injustice » est liée au fait que le Paris Saint-Germain bénéficie de moyens colossaux, une puissance financière inédite dans le Championnat de France. Ce qui rend les uns jaloux et les autres impatients. Car les détracteurs du PSG attendent le moindre faux pas du club de la capitale pour lui tirer dessus à boulets rouges, quand les médias et les supporters ne peuvent se contenter de voir cette équipe ne gagner « que » les titres nationaux.
Pourtant le travail accompli est exceptionnel, mais alors qu’il y a quelques années le club se perdait très souvent dans les méandres du classement, courant en vain après un titre de Champion de France, ce n’est plus l’objectif principal du PSG, tant être champion est supposé être acquis pour l’équipe de Laurent Blanc.

Mais n’est-ce pas la faute de Nasser Al-Khelaïfi? Après tout les supporters parisiens n’ont rien demandé. Lorsque celui-ci a pris les rênes du club, nous rêvions tous que le club retrouve des couleurs, qu’il soit à nouveau craint et que nous puissions revivre le frisson d’être champion, car malgré les années peu glorieuses qu’on a vécu, le PSG a toujours réussi à glaner des trophées.

Le président parisien a fait de « dream bigger » un leitmotiv auquel nous nous sommes tous identifiés, nous transformant en enfants gâtés. Les titres nationaux se sont enchaînés, les recrutements sont devenus de plus en plus prestigieux et l’ambition des supporters et des des médias n’a cessé d’augmenter.

Aujourd’hui nous y sommes, nous rêvons plus grand, lorsqu’on vous sert tous les week-end des victoires en championnat, tous les ans le titre de champion, aussi fou que cela puisse paraître vous banalisez l’exploit.

L’être humain est ainsi, il y a des habitudes dont il se lasserait presque. Pourtant il y a fort à parier que si le PSG gagnait plusieurs fois la Champions League d’affilée personne ne ferait la fine bouche.

Attention, bien évidemment on n’essaie pas de vous dire que les deux compétitions se valent, loin de là. Car oui la Ligue 1 n’a jamais été aussi faible, les prétendus cadors n’ont de cadors que le nom, et les entraîneurs adverses sont bien trop souvent frileux tactiquement.

Simplement, avec toutes les émotions que suscite le football, on manque parfois de discernement. On est tous d’accord pour dire que le club doit mieux faire sur la scène européenne, on ne va pas reparler de l’élimination de cette année, mais il faut aussi prendre conscience qu’on a la chance de voir évoluer une équipe exceptionnelle, une équipe dont on parlera pendant longtemps dans les annales du football.

Derniers articles

Autres articles présents dans Club