Restez connectés avec nous
Herrera se confie : la baisse des salaires, l'importance de Neymar pour le groupe et exemples
©IconSport

Club

Herrera se confie : la baisse des salaires, l’importance de Neymar pour le groupe et exemples

Ander Herrera, milieu de 30 ans du Paris Saint-Germain arrivé l’été dernier à la fin de son contrat à Manchester United, s’est confié dans une longue interview accordée à Canal+. Voici la retranscription complète avec les différents sujets abordés : sa situation, le travail physique, le confinement, l’importance du football, la discussion entre joueurs, le lien avec le club, le rôle de Neymar (attaquant de 28 ans) pour la qualification en Ligue des Champions, la baisse des salaires, la fin de la saison, ainsi que l’importance du personnel hospitalier et de tous ceux qui travaillent pour la société.

Tout va bien, je ne suis pas malade ?

Ça va. Je me sens très bien, ma famille aussi. Je n’ai pas un proche qui ait des symptômes. C’est une situation très difficile, mais je suis bien.

Les nouvelles d’Espagne ?

C’est le pic de l’épidémie, donc normalement cela va descendre. On espère que les choses pourront retourner à la normalité. Mais on va voir. On ne sait pas encore exactement ce qui va se passer. On doit être attentif, positif et actif. On doit attendre.

Herrera “j’essaye de relativiser, d’avoir cette sensibilité.”

Le confinement prolongé jusqu’au 11 mai en France ?

Le plus important, c’est la santé de tout le monde. On accepte ce que le gouvernement met en place, car on pense que c’est la meilleure chose.

C’est long ce confinement ?

C’est difficile à vivre, mais j’aime aussi penser aux personnes qui sont vraiment malades, ou de la famille malade, donc j’essaye de relativiser, d’avoir cette sensibilité. J’essaye d’être positif et de suivre les règles.

Si cela me fait relativiser sur le football ?

Exactement. Le football est pour moi la chose la plus importante des choses moins importantes. C’est notre vie, mais pas pour tout le monde. La première chose, c’est la vie, la santé. Il faut continuer à faire ce que le gouvernement dit.

C’est un moment irréel ?

Tous les matins, j’ai la sensation que l’on vit un film. Je me demande si c’est vrai ou non. Mais ça l’est, je le sens. Un mois avant que cela arrive, on n’y croyait pas. C’est la vie. Le football maintenant n’est pas la chose la plus importante. Mais on doit faire le nécessaire pour être en forme.

Si j’ai peur ?

Non, je n’ai pas peur. Mais j’ai beaucoup de respect. Quand tu vois les nouvelles à la télévision, tu dois être très respectueux.

Herrera “je veux remercier tout le monde.”

Ce que l’on fait pendant ce temps ?

On doit écouter les recommandations du club. J’ai acheté un vélo d’appartement. Je fais les exercices que le club donne. J’essaye de manger du mieux possible, d’être actif. Je reste positif et j’essaye d’être prêt pour le retour du football.

Une visioconférence avec le staff ?

Les joueurs qui le veulent peuvent. Je garde le contact avec le physio car j’étais blessé au moment de la suspension. Je me sens parfaitement bien maintenant, mais je continue avec le physio. Le staff a donné des exercices et je veux remercier tout le monde. Car ils sont à la maison mais ils pensent tout le temps à nous.

Si je parle à des coéquipiers ?

On a le groupe Whatsapp où on parler presque tous les jours. Je suis en contact en particulier avec les joueurs espagnols, car c’est plus facile pour moi. On maintient le contact pour savoir si tout va bien, ce que l’on pense de la suspension. Il y a des choses hypothétiques.

Neymar, Thiago Silva ?

Je comprends que pour cette période ils sont partis. Quand tu es dans ton pays, avec ta famille, tu te sens mieux. Mais je sais qu’ils sont prêts pour revenir.

Herrera “On doit être sensible avec la situation mondiale et de tout le club.”

Thomas Tuchel nous appelle ?

Pas directement, mais il a envoyé un message pour tous les joueurs. On a parlé beaucoup avec le préparateur physique, il a donné des choses, mais aussi avec le team manager. Il demande comment on va, si tout va bien. Le club se comporte super bien avec nous. Ils sont attentifs et je les remercie. Ils font attention.

La baisse des salaires ?

On doit être sensible avec la situation mondiale et de tout le club. J’ai déjà parlé avec Leonardo. On est partenaire avec Accor, mais les hôtels sont fermés. Les magasins sont fermés. Le club ne peut pas vendre les billets. Donc on doit donner du temps au club pour récupérer ce temps. On doit être sensible. Je crois que l’on pense tous de la même façon.

On pourrait les baisser de combien ?

Je ne sais pas exactement la quantité. C’est le capitaine qui parle avec le club et après on parle ensemble. Je pense que la situation va être facile car on pense de la même manière.

Herrera “C’est important de finir la saison.”

Un devoir d’exemple pour les joueurs professionnels ? 

Bien sûr. Quelques fois, je pense que ce n’est pas juste mais nous sommes des exemples pour les enfants. On doit être très attentif. Les enfants répètent ce que nous faisons. On doit être très sensible avec la société. Je voudrais dire que toutes les personnes qui travaillent pour la santé, la police, pour la société, ils sont vraiment l’exemple pour tout le monde.

Si je pense que le championnat va reprendre ?

J’espère, vraiment. Parce que je pense que si la situation continue…le football peut aider beaucoup les personnes. Je ne sais pas quand, je ne suis pas un expert. Peut-être que ce sera avec des tests pour les joueurs ou des stades fermés, mais j’espère que le football va continuer. La première chose c’est la santé. S’il n’y a pas de risque, le football est très important. Et on ne peut pas perdre l’argent que la télévision donne à tout le monde.

Le PSG a des capacités face à la situation, mais il faut penser aussi à Dijon, Amiens ou Angers. Ils peuvent avoir besoin de l’argent. Si la FIFA peut prolonger les contrats de 2 mois, et la saison prochaine on peut la faire plus rapprocher. Peut-être sans les vacances de Noël. Je ne sais pas. C’est important de finir la saison.

Herrera “Il a soudé tout le monde. Il a donné beaucoup pour le club. S’il a donné cela, c’est qu’il pense au groupe.”

Exceptionnel contre Dortmund ?

C’était fantastique. Je me rappelle qu’après l’aller ils ont célébré la victoire comme si c’était la finale. On a pensé “c’est important de gagner contre nous”. Cela a donné beaucoup de force au club. Neymar a fait beaucoup pour le club durant cette période. Nous sommes allés déjeuner chez lui pour être ensemble. Il a été très concentré, il a mené tout le monde avec lui. Donc quand je vois que des journalistes disent que Neymar ne pense pas au PSG…Ce qu’il a fait, c’est incroyable. Il a soudé tout le monde. Il a donné beaucoup pour le club. S’il a donné cela, c’est qu’il pense au groupe.

Marquinhos a dit que Dortmund a chambré et c’est pour cela qu’il y a eu du chambrage au retour ?

Après le match à Dortmund, on a parlé ensemble et on a dit qu’on ne devait pas parler, mais travailler. On ne devait pas mettre des messages sur les réseaux sociaux. Il fallait jouer le match et penser seulement à ce jour. C’est peut-être pour cela qu’il y a eu cette réaction. J’ai été très content. Je pense que ce dit Marquinhos est vrai.

Le football me manque ?

Beaucoup. J’aime ce que je fais, j’aime aller tous les jours au Camp des Loges, voir mes copains, tout le monde qui travaille. Je pense que l’on a la meilleure profession du monde.

Ce que je fais en dehors du travail ?

Sincèrement, j’ai deux filles de 4 et 1 ans. Celle qui a 4 ans, est très active. Elle ne peut pas s’arrêter une minute. Je passe beaucoup de temps avec elle. On joue, on court, on fait des circuits. Après 20-21h, elle va dormir et je me repose.

La cuisine ? 

Je ne suis pas un spécialiste, mais un peu et j’aide.

Herrera “on doit faire quelque chose avec les gens qui travaillent pour la santé.”

Ma femme ?

La situation est aussi un peu difficile pour elle. L’école aide beaucoup avec les enfants en général (rires).

Un message pour les soignants ? Si j’applaudis à 20h ?

Je le fais, ma fille aime le faire. Je l’ai déjà dit plus tôt, mais je le répète : ils sont l’exemple. On doit faire quelque chose. Dans le football mondial on doit donner de la reconnaissance pour qu’il soit possible que des gens guérissent. On a beaucoup de spectateurs, beaucoup de gens aiment le football, on doit faire quelque chose avec les gens qui travaillent pour la santé.

Un don ? 

J’ai fait dans ma ville, Saragosse. On s’est mobilisé, on a récolté de l’argent pour les personnes âgées et on a envoyé de la nourriture à domicile pour que les personnes n’aient pas à sortir. On a récupéré, avec quelques autres joueurs, environ 500 000 euros. Je suis très fier de ce que nous avons fait.

Publicités

Vidéos football

 

Derniers articles

Vidéos PSG

Autres articles présents dans Club