Restez connectés avec nous

Club

Le PSG mis en garde sur le fair-play financier

Paolo Ciabattini, auteur du livre « Vaincre avec le fair-play financier », n’a pas hésité à mettre en garde le PSG lors d’un entretien accordé à Sport Mediaset. Selon le spécialiste des questions financières dans le football, le PSG ne pourra pas contrer le fair-play financier grâce à son contrat d’image avec la QTA, et pourrait donc être exclu de toute compétition européenne.

« Si j’étais le cheikh Al Thani, je serais très inquiet. Je ne pense pas qu’on puisse revenir en arrière comme le PSG l’a fait avec un parrainage par la QTA à effet rétroactif. Le bilan 2012 a fait ressortir une légère perte de 5M€ avec ce contrat de sponsoring. Il faudra revenir sur chiffre faussé. Et ce contrat de 4 ans rapportera encore 150 à 200 M€ par saison selon les résultats sportifs obtenus. Les lois du Fair-Play Financier prévoient que dans le cas du parrainage par des parties liées, à savoir des entreprises associées, filiales, sociétés mères ou autres qui peuvent avoir une certaine influence sur les décisions du club, le parrainage est considéré mais à sa juste valeur ou valeur de marché. La Qatar Tourism Authority doit être considérée comme une partie liée. Et même si ce n’était pas le cas, le parrainage est caractérisé par une valeur beaucoup plus élevée que celle du marché. Pour en revenir au contrat, le PSG est censé être l’ambassadeur du pays alors qu’il n’est même pas sponsor maillot. C’est un contrat original, il est donc difficile de trouver une base de comparaison dans le football. Il faut donc se référer à la valeur globale de la marque PSG en terme de sponsoring. La valeur de la marque d’un club de football dépend de son histoire, des trophées remportés, du nombre de ses supporters et l’intérêt que la marque est capable de générer. Manchester United en 2014-2015 recevra 62M€ de Chevrolet qui s’ajouteront aux 12M€ de DHL sur le maillot et aux 31M€ de Nike en tant qu’équipementier. Si l’on ajoute d’autres parrainages, on arrive à 130M€ pour la saison. Le PSG en terme de valeur ne peut revendiquer qu’un peu plus de la moitié. Si Emirates verse 20/25M€, l’équipementier 20M€, la QTA ne peut apporter que 20 à 25M€ par saison. (…) Si l’UEFA n’applique pas la suspension pour une compétition européenne dans ce cas, on se demande quand il le fera », a analysé Ciabattini, pas vraiment optimiste sur l’avenir du club de la capitale…

Derniers articles

Autres articles présents dans Club