Archives

Benfica 2-1 PSG : Pas si mauvais que ça

Publie le 10/03/2011 a 23:29



  • Après avoir mené au score, Paris repart de Benfica avec une défaite, la faute à Maxi Pereira (42e) et Jara (81e). Le club de la capitale pourra profiter du but marqué à l’extérieur par Luyindula (15e) pour tenter d’obtenir sa qualification en quarts de finale.

     Avec le soutien de l’aigle des Açores, Pedro Miguel Pauleta, le Paris Saint-Germain se déplaçait ce jeudi soir à l’Estádio da Luz de Lisbonne pour y affronter le Benfica de Jorge Jesus. Un stade que les Parisiens connaissent bien puisqu’ils s’étaient faits éliminés ici-même, il y a quatre ans, déjà lors des huitièmes de finale de la Coupe UEFA 2006-2007 tandis que Jorge Jesus, le coach lisboète, s’était, lui, incliné face au PSG lors des huitièmes de finale de la Coupe UEFA 2008-2009, alors qu’il entraînait Braga.

    Une rencontre qui avait tout d’une revanche donc pour des Parisiens qui voulaient effacer l’accident de parcours à Auxerre (1-0) face à cette équipe de Benfica, la plus expérimentée de Ligue Europa. Pourtant, pendant la majeure partie de la première période, c’est Paris qui a sorti son épingle du jeu en profitant des boulevards dans la défense lisboète. Lancé en profondeur, Erding a buté sur Roberto (6e) et a trouvé le poteau sur un centre piqué de Nenê après une mésentente entre Luisão et Sidnei (17e). Mais heureusement, entre temps Nenê avait glissé pour Luyindula qui, d’un plat du pied, avait puni les largesses défensives portugaises (0-1, 15e).

    Luyindula, buteur malheureux

    S’ils sont restés dangereux notamment par l’intermédiaire de Cardozo, sur cette frappe en pivot (27e) ou sur ce coup franc claqué de sa lucarne par Edel (31e), les joueurs du Benfica ont tout de même frisé la correctionnelle. Bodmer a en effet vu sa déviation passer juste à côté sur un coup franc tendu de Nenê (26e) et Chantôme, pourtant bien placé, n’a pu que tirer sur le gardien portugais (29e). Finalement, ce n’est qu’une fois réduit à 10 après la sortie de Luyindula sur blessure que Paris a craqué. Servi dans le dos d’Armand par Carlos Martins, Maxi Pereira a redonné espoir à son équipe d’une demi-volée du gauche (1-1, 42e) et dans la foulée, Coentrão a complètement dévissé après avoir superbement feinté Maurice, à peine entré en jeu (46e).

    Après la pause, les Portugais ont logiquement essayé de surfer sur leur dynamique de fin de première mi-temps mais ont vite été refroidis par les mésententes au sein de leur défense. Paris a donc logiquement repris le jeu à son compte et ce, jusqu’à la 70e minute de jeu. L’heure pour les deus entraîneurs de faire leurs premiers changements. Kebano est rentré pour Paris (70e) et Aimar pour Benfica (71e). Et forcément dans ces matchs-là, l’expérience a fait la différence. Car si Makonda n’a pas été sanctionné d’un pénalty pour un tacle sur Saviola qui le méritait probablement (72e), les Lisboètes ont fini par trouver la faille. Bien servi par Aimar, Jara, lui aussi entré en jeu, a enroulé le ballon entre les jambes de Traoré et battu Edel, masqué par une forêt de jambes (2-1, 81e).

    Antoine Kombouaré avait décidé de faire souffler ses troupes en vue de la réception de Montpellier dimanche, c’est chose faite mais le résultat lui laissera certainement des regrets. En attendant le match retour, Benfica peut se réjouir mais pas se satisfaire de cette précieuse mais courte victoire. Vivement jeudi !

    Publie le 10/03/2011 a 23:29

    Benfica 2-1 PSG : Pas si mauvais que ça

    Après avoir mené au score, Paris repart de Benfica avec une défaite, la faute à Maxi Pereira (42e) et Jara (81e). Le club de la capitale pourra profiter du but marqué à l’extérieur par Luyindula (15e) pour tenter d’obtenir sa qualification en quarts de finale.

     Avec le soutien de l’aigle des Açores, Pedro Miguel Pauleta, le Paris Saint-Germain se déplaçait ce jeudi soir à l’Estádio da Luz de Lisbonne pour y affronter le Benfica de Jorge Jesus. Un stade que les Parisiens connaissent bien puisqu’ils s’étaient faits éliminés ici-même, il y a quatre ans, déjà lors des huitièmes de finale de la Coupe UEFA 2006-2007 tandis que Jorge Jesus, le coach lisboète, s’était, lui, incliné face au PSG lors des huitièmes de finale de la Coupe UEFA 2008-2009, alors qu’il entraînait Braga.

    Une rencontre qui avait tout d’une revanche donc pour des Parisiens qui voulaient effacer l’accident de parcours à Auxerre (1-0) face à cette équipe de Benfica, la plus expérimentée de Ligue Europa. Pourtant, pendant la majeure partie de la première période, c’est Paris qui a sorti son épingle du jeu en profitant des boulevards dans la défense lisboète. Lancé en profondeur, Erding a buté sur Roberto (6e) et a trouvé le poteau sur un centre piqué de Nenê après une mésentente entre Luisão et Sidnei (17e). Mais heureusement, entre temps Nenê avait glissé pour Luyindula qui, d’un plat du pied, avait puni les largesses défensives portugaises (0-1, 15e).

    Luyindula, buteur malheureux

    S’ils sont restés dangereux notamment par l’intermédiaire de Cardozo, sur cette frappe en pivot (27e) ou sur ce coup franc claqué de sa lucarne par Edel (31e), les joueurs du Benfica ont tout de même frisé la correctionnelle. Bodmer a en effet vu sa déviation passer juste à côté sur un coup franc tendu de Nenê (26e) et Chantôme, pourtant bien placé, n’a pu que tirer sur le gardien portugais (29e). Finalement, ce n’est qu’une fois réduit à 10 après la sortie de Luyindula sur blessure que Paris a craqué. Servi dans le dos d’Armand par Carlos Martins, Maxi Pereira a redonné espoir à son équipe d’une demi-volée du gauche (1-1, 42e) et dans la foulée, Coentrão a complètement dévissé après avoir superbement feinté Maurice, à peine entré en jeu (46e).

    Après la pause, les Portugais ont logiquement essayé de surfer sur leur dynamique de fin de première mi-temps mais ont vite été refroidis par les mésententes au sein de leur défense. Paris a donc logiquement repris le jeu à son compte et ce, jusqu’à la 70e minute de jeu. L’heure pour les deus entraîneurs de faire leurs premiers changements. Kebano est rentré pour Paris (70e) et Aimar pour Benfica (71e). Et forcément dans ces matchs-là, l’expérience a fait la différence. Car si Makonda n’a pas été sanctionné d’un pénalty pour un tacle sur Saviola qui le méritait probablement (72e), les Lisboètes ont fini par trouver la faille. Bien servi par Aimar, Jara, lui aussi entré en jeu, a enroulé le ballon entre les jambes de Traoré et battu Edel, masqué par une forêt de jambes (2-1, 81e).

    Antoine Kombouaré avait décidé de faire souffler ses troupes en vue de la réception de Montpellier dimanche, c’est chose faite mais le résultat lui laissera certainement des regrets. En attendant le match retour, Benfica peut se réjouir mais pas se satisfaire de cette précieuse mais courte victoire. Vivement jeudi !




  • Toute l'actualité du PSG en vidéo
    Tags de l'article : , , , , , ,
    Articles lies a ce sujet
    Espace communautaire

    Comments are closed.

    Dernieres news

    Suivez-nous sur les reseaux



    L'actualité européenne

    LDC - Koscielny "Le PSG n'a pas fait le travail. C'est important d'être premier"

    LDC – Koscielny « Le PSG n’a pas fait le travail. C’est important d’être premier »

    Adversaires

    Hier soir, le Paris Saint-Germain a concédé le match nul au Parc des Princes face à ...

    Les dernières activités

    Fermer
    Activité récente
    Flavien Casinia publié un new post."Areola «on va préparer les matches à venir pour être au top»"
    6 hours ago
    Flavien Casinia publié un new post."Emery «Je suis inquiet, aussi bien moi que l'équipe»"
    6 hours ago

    Actualité Féminine

    Féminines – Boquete "Je veux aider au projet qui consiste à devenir la plus grande équipe d’Europe"

    Féminines – Boquete « Je veux aider au projet qui consiste à devenir la plus grande équipe d’Europe »

    Actu Féminin

    Dans une interview accordée à EFE, Veronica Boquete, milieu de terrain offensif de 29 ans du ...

    Vidéos PSG

    Benfica 2-1 PSG : Pas si mauvais que ça

    <Archives

    Après avoir mené au score, Paris repart de Benfica avec une défaite, la faute à Maxi Pereira (42e) et Jara (81e). Le club de la capitale pourra profiter du but marqué à l’extérieur par Luyindula (15e) pour tenter d’obtenir sa qualification en quarts de finale.

     Avec le soutien de l’aigle des Açores, Pedro Miguel Pauleta, le Paris Saint-Germain se déplaçait ce jeudi soir à l’Estádio da Luz de Lisbonne pour y affronter le Benfica de Jorge Jesus. Un stade que les Parisiens connaissent bien puisqu’ils s’étaient faits éliminés ici-même, il y a quatre ans, déjà lors des huitièmes de finale de la Coupe UEFA 2006-2007 tandis que Jorge Jesus, le coach lisboète, s’était, lui, incliné face au PSG lors des huitièmes de finale de la Coupe UEFA 2008-2009, alors qu’il entraînait Braga.

    Une rencontre qui avait tout d’une revanche donc pour des Parisiens qui voulaient effacer l’accident de parcours à Auxerre (1-0) face à cette équipe de Benfica, la plus expérimentée de Ligue Europa. Pourtant, pendant la majeure partie de la première période, c’est Paris qui a sorti son épingle du jeu en profitant des boulevards dans la défense lisboète. Lancé en profondeur, Erding a buté sur Roberto (6e) et a trouvé le poteau sur un centre piqué de Nenê après une mésentente entre Luisão et Sidnei (17e). Mais heureusement, entre temps Nenê avait glissé pour Luyindula qui, d’un plat du pied, avait puni les largesses défensives portugaises (0-1, 15e).

    Luyindula, buteur malheureux

    S’ils sont restés dangereux notamment par l’intermédiaire de Cardozo, sur cette frappe en pivot (27e) ou sur ce coup franc claqué de sa lucarne par Edel (31e), les joueurs du Benfica ont tout de même frisé la correctionnelle. Bodmer a en effet vu sa déviation passer juste à côté sur un coup franc tendu de Nenê (26e) et Chantôme, pourtant bien placé, n’a pu que tirer sur le gardien portugais (29e). Finalement, ce n’est qu’une fois réduit à 10 après la sortie de Luyindula sur blessure que Paris a craqué. Servi dans le dos d’Armand par Carlos Martins, Maxi Pereira a redonné espoir à son équipe d’une demi-volée du gauche (1-1, 42e) et dans la foulée, Coentrão a complètement dévissé après avoir superbement feinté Maurice, à peine entré en jeu (46e).

    Après la pause, les Portugais ont logiquement essayé de surfer sur leur dynamique de fin de première mi-temps mais ont vite été refroidis par les mésententes au sein de leur défense. Paris a donc logiquement repris le jeu à son compte et ce, jusqu’à la 70e minute de jeu. L’heure pour les deus entraîneurs de faire leurs premiers changements. Kebano est rentré pour Paris (70e) et Aimar pour Benfica (71e). Et forcément dans ces matchs-là, l’expérience a fait la différence. Car si Makonda n’a pas été sanctionné d’un pénalty pour un tacle sur Saviola qui le méritait probablement (72e), les Lisboètes ont fini par trouver la faille. Bien servi par Aimar, Jara, lui aussi entré en jeu, a enroulé le ballon entre les jambes de Traoré et battu Edel, masqué par une forêt de jambes (2-1, 81e).

    Antoine Kombouaré avait décidé de faire souffler ses troupes en vue de la réception de Montpellier dimanche, c’est chose faite mais le résultat lui laissera certainement des regrets. En attendant le match retour, Benfica peut se réjouir mais pas se satisfaire de cette précieuse mais courte victoire. Vivement jeudi !

    By
    @
    OTER ?>