Restez connectés avec nous
Bayern/PSG - Jallet félicite une "solidarité incroyable", Gueye et Navas
©Iconsport

Anciens

Bayern/PSG – Jallet félicite une « solidarité incroyable », Gueye et Navas

Le Paris Saint-Germain, est venu à bout du Bayern Munich 2-3, au terme du quart de finale aller de la Ligue des Champions qui s’est déroulé sous la neige mercredi soir (voir le résumé ici). Christophe Jallet, ancien joueur du PSG et aujourd’hui consultant, n’a pas manqué de réagir dans L’Équipe, sur ce succès au courage et à la « solidarité incroyable« . Il en a profité pour évoquer le grand match d’Idrissa Gueye, milieu de 31 ans, avant de sanctifier Keylor Navas, gardien de 33 ans, encore héroïque à l’Allianz Arena.

Jallet « On a vu un bloc équipe très compact qui ne s’est jamais disloqué »

“Les Parisiens ont été ultra-dominés pendant tout le match mais ils ont montré une solidarité incroyable jusqu’au bout. On a vu un bloc équipe très compact qui ne s’est jamais disloqué, ce qui est un peu différent de ce que l’on peut voir en Ligue 1 d’habitude. Sur la physionomie, ce match ressemble d’ailleurs un peu à celui contre Barcelone (au retour, 1-1) avec un résultat différent à la fin. Je pense même que les Parisiens auraient pu se créer davantage de situations dangereuses avec un peu plus de justesse technique dans les sorties de balle, même si le Bayern est un rouleau compresseur au pressing. Mais ils étaient tellement sur un fil derrière qu’avec un peu plus de lucidité…”

C’est vrai que les Parisiens ont complétement rassuré dans leur état d’esprit. En revanche, dans le jeu, ils ont souffert, mais cela était prévisible quand on voyait le 11 Parisien décimé ce mercredi. De plus, qui ne souffre pas contre ce Bayern Munich là ? Très peu d’équipes s’en sorte et il fallait du courage et du talent pour tenir durant 90 minutes. Bien sûr, avec un peu plus de lucidité, les joueurs de la capitale auraient pu

Bayern/PSG - Jallet félicite une "solidarité incroyable", Gueye et Navas

07.04.2021, Fussball Championsleague 2020/2021, Viertelfinale, FC Bayern München – Paris St. Germain, in der Allianz-Arena München. Jubel Torwart Keylor Navas (Paris Saint-Germain) zum Tor zum 0:1
Foto: Bernd Feil/M.i.S./Pool
Nur für journalistische Zwecke! Only for editorial use! Gemäß den Vorgaben der DFL Deutsche Fußball Liga ist es untersagt, in dem Stadion und/oder vom Spiel angefertigte Fotoaufnahmen in Form von Sequenzbildern und/oder videoähnlichen Fotostrecken zu verwerten bzw. verwerten zu lassen.
DFL regulations prohibit any use of photographs as image sequences and/or quasi-video. National and international NewsAgencies OUT.
Photo by Icon Sport – Allianz Arena – Munich (Allemagne)

avoir un peu plus de maîtrise, ce qui aurait permis de souffler un peu entre les offensives bavaroises. 

Mais on ne peut pas tout demander à ce PSG là, il est en méforme physique, ne dispose pas de l’intégralité de son effectif et revient de loin quand on sait qu’il n’arrive même plus à dominer en Ligue 1. Mais pour la Ligue des Champions, ils ont remis le bleu de chauffe, surmotivés et solidaires, ils ont livré le match parfait offensivement. L’efficacité parisienne a été le point fort, ce qui est paradoxal quand on sait que beaucoup reprochent le manque d’efficacité des joueurs Rouge et Bleu. Mais en Ligue des Champions, ce PSG ne fait pas de fioritures. 

Jallet « Gueye a été énorme, franchement »

“Gueye a été énorme, franchement ! Ça faisait longtemps qu’on ne l’avait pas vu à ce niveau-là : il a été très important dans le pressing, il a perdu assez peu de ballons en phase offensive et il a été toujours très vigilant jusqu’au bout du match. J’ai beaucoup aimé l’entrée en jeu d’Herrera (30e) aussi. C’était un match pour lui : il n’avait pas à faire le jeu, il devait beaucoup courir, ce qu’il sait faire, et il devait répondre présent dans les duels, ce qu’il sait faire aussi.“

Dans l’utilisation du ballon, Gueye n’a pas non plus été au sommet de son art. Mais ce n’est pas ce qui lui était demandé. Il devait abattre son travail de sape sans relâche et c’est ce qu’il a fait tout au long du match. Le milieu de terrain du PSG ne pouvait pas se permettre de se relâcher et son duo avec Ander Herrera, 31 ans a parfaitement joué son rôle pour éviter les failles. 

À l’image de l’équipe, les deux se sont sacrifiés pour réussir à répondre présent dans ce match de très haut niveau. À la récupération, dans les duels, ils se sont régalés et sans leur travail, le résultat aurait pu être bien différent. C’est l’œuvre de Pochettino d’avoir réussi à concerner tout le monde dans cette équipe, ce qui n’était plus le cas en première partie de la saison. Aujourd’hui, Paris sait gagner malgré les nombreuses absences. 

Jallet « Avoir un grand gardien, c’est souvent ce qui a manqué à Paris, ces dernières années »

“Il suffit de regarder les stats : 31 tirs pour le Bayern et un nombre d’occasions (il souffle). S’il n’est pas encore une fois dans une soirée exceptionnelle, Paris est foutu. D’ailleurs, au bout de vingt minutes, il a déjà été décisif plusieurs fois. Ce qui est impressionnant, c’est qu’il est bon partout : ses sorties aériennes, ses arrêts réflexes, sa présence. Avoir un grand gardien, c’est souvent ce qui a manqué à Paris, ces dernières années, pour aller plus loin dans la compétition. Navas, pour moi, c’est l’une des meilleures recrues des dernières années rapport qualité-prix.“

À chaque match, on revient sur la prestation de Keylor Navas. Il est incroyable de régularité et fait son travail à la perfection. Toujours concentré, il a repoussé les assauts comme il l’a pu. Il fait un bien fou, à cette équipe, mais il ne faut pas oublier que dans chaque grand club, il y a un grand gardien. Chaque joueur à fait son travail et avec la victoire au bout, on peut dire que la mission est accomplie. 

Ce qui est fort avec Navas, c’est qu’il est bon partout, comme le rappelle Jallet. Bien qu’on pourrait mettre en avant son jeu balle au pied où ses relances parfois hasardeuses n’ont pas aidé l’équipe, on se souviendra longtemps de lui quand on évoquera la belle épopée des Parisiens. Car pour batte le Bayern, invaincu depuis 19 matches de Ligue des Champions, il ne fallait pas qu’un grand Navas, il fallait un grand Paris Saint-Germain.

Publicités

Derniers articles

Autres articles présents dans Anciens