Restez connectés avec nous
Edito - Messi dans l'axe plutôt qu'ailier : avantages, risques et schémas de jeu

Autour du PSG

Edito – Messi dans l’axe plutôt qu’ailier : avantages, risques et schémas de jeu

Dimanche soir, lors du déplacement à Marseille en clôture de la 11e journée de Ligue 1 2021-2022, le Paris Saint-Germain a une nouvelle fois déçu dans le jeu cette saison (0-0, retrouvez le résumé ici). Plusieurs points sont évoqués, dont le placement de Lionel Messi (attaquant de 34 ans) sur le côté droit, parfois collé à la touche. Il est réclamé, notamment dans notre Podcast sur ce match, que l’Argentin soit placé plutôt dans l’axe. Nous allons donc faire le point de cette question tactique.

Messi sur le côté droit, ce n’est sans doute pas l’idéal pour lui…

Commençons par l’évidence : Messi n’a plus toute l’énergie de ses meilleures saisons. Il possède bien sûr ses qualités techniques et sa vision du jeu, ce qui lui permet de rester parmi les meilleurs. Aussi bien pour servir ses coéquipiers que pour la finition avec une frappe diaboliquement précise. Cependant, il ne peut plus multiplier ses fameuses chevauchées qu’il lançait depuis le côté droit. Un poste où il a longtemps brillé, pour jouer un peu plus dans l’axe ces dernières années.

Cela lui permet d’être mieux placé pour vite distribuer le jeu et des caviars, ainsi que lancer une accélération pour aller placer sa frappe. On l’avait un peu vu avant la trêve internationale, mais Messi est depuis replacé à droite. Ce qui pose quelques problèmes au PSG.

Edito - Messi dans l'axe plutôt qu'ailier : avantages, risques et schémas de jeu

Lionel MESSI of Paris Saint Germain (PSG) during the Ligue 1 Uber Eats match between Paris Saint Germain and Lyon at Parc des Princes on September 19, 2021 in Paris, France. (Photo by Hugo Pfeiffer/Icon Sport) – Parc des Princes – Paris (France)

Ni pour ses coéquipiers.

En possession du ballon, il est regrettable d’avoir Messi souvent loin de ses homologues offensifs. Que ce soit quand lui touche le ballon, ou un joueur comme Kylian Mbappé (22 ans), Neymar (29 ans), Angel Di Maria (33 ans) et Mauro Icardi (28 ans). Certaines des meilleures occasions ces derniers temps viennent d’une combinaison entre Messi et Mbappé. Il y en aurait possiblement plus si le premier était aussi dans l’axe. Il devrait aussi pouvoir faire briller Neymar, en manque de confiance dernièrement.

Aussi, Messi restant souvent vraiment sur le côté sur les derniers matchs, Achraf Hakimi (arrière droit de 22 ans) a eu moins de place pour monter. C’est se priver d’une arme offensive intéressante. Tout en mettant le latéral en difficulté défensivement, puisque Messi défend en général très peu. Du moins, sans venir aider jusqu’aux 30 mètres autour du but parisien. Cela alors que Di Maria fait en général plus d’efforts pour défendre. Même si lui aussi s’approche doucement de la fin de sa carrière.

Messi dans l’axe, il y a aussi des difficultés.

La solution semble être de placer Messi dans l’axe, comme on l’a vu quelques fois cette saison. De la liberté pour désorienter l’adversaire, des milieux récupérateurs derrière lui pour défendre et de moins longues accélérations balle au pied pour être dangereux. Cela en étant facilement « connecté » aux autres attaquants pour les aider à briller.

Sauf que tout les points ne sont soudainement pas réglés. Pour être vraiment bon dans l’axe, il faudra aussi beaucoup de mouvements. Messi devra se défaire d’un marquage qui peut être très dense dans l’axe, alors que les adversaires du PSG ont tendance à laisser un peu plus de place sur le côté (puisqu’il n’y a pas grand-monde pour être dangereux sur un centre). Il faudra une certaine énergie pour cela, et vivre une certaine dose de duels en Ligue 1. Rien de facile, ni d’encourageant pour éviter les blessures.

Ce placement dans l’axe face à des défenses resserrées demandera aussi de jouer très vite et juste. Ce que Messi sait faire, bien sûr. Mais il faudra aussi des automatismes avec ses coéquipiers pour que ce soit plus simple. Il faut du temps pour que les joueurs se connaissent bien sur le terrain. Partir de la droite avec souvent le jeu face à lui est probablement plus simple que de devoir se retourner dans l’axe ou jouer avec des remises rapides en étant dos au but adverse. Même si on peut alors se dire qu’il faudrait mettre Messi au centre au plus vite pour qu’il s’habitue le plus rapidement possible.

Il faudrait aussi voir dans quel schéma ce placement pourrait être fait. Pour ce qui est d’un 4-2-3-1, le souci serait de voir quel joueur serait à droite. Di Maria peut le faire, mais les absences arrivent vite. Neymar n’est jamais de ce côté, Mbappé l’a rarement fait dans sa carrière, Draxler très peu, Wijnaldum est plus à l’aise dans l’axe, Rafinha a été essayé sans que ce soit convaincant…Messi est l’un des rares de l’effectif avec des habitudes à ce poste d’ailier droit.

Des schémas qui semblent offrir des solutions pour Messi et les autres.

Edito - Messi dans l'axe plutôt qu'ailier : avantages, risques et schémas de jeu

30 Lionel Leo MESSI (psg) during the UEFA Champions League match between Paris Saint Germain and Manchester City at Parc des Princes on September 28, 2021 in Paris, France. (Photo by Philippe Lecoeur/FEP/Icon Sport) – Parc des Princes – Paris (France)

Resterait donc à opter pour d’autres possibilités. Eventuelle un 4-4-2, si les titulaires sur les côtés sont prêts à énormément défendre comme on a pu le voir par moments ces dernières années. Cela laisserait Mbappé et Messi en danger permanent dans l’axe. Le risque étant de subir des contres quand les latéraux montent, ou de n’avoir que les 4 joueurs offensifs devant quand Paris ne veut pas prendre un risque et d’avoir au final une équipe coupée en deux.

Il y a le 4-3-1-2, aperçu quelques fois cette saison, avec Messi en 10 ou parmi les 2 attaquants devant. Cela pourrait justement permettrait d’avoir des permutations et d’être moins prévisible. On pourrait envisager que Di Maria ne soit pas une « victime » du schéma, puisqu’il sait jouer au milieu et a encore évoqué ce poste il y a peu. Dans un trio pour récupérer et ressortir le ballon, il pouvoir avoir son mot à dire avec sa grinta et sa qualité technique. Cela pourrait être une adaptation en fonction des joueurs disponibles et de l’adversaire. En tout cas, le PSG a assez d’options au milieu pour essayer. Et les milieux pourraient aider à couvrir des monter de latéraux un peu plus libres, puisqu’ils n’auraient pas toujours un joueur devant, voire beaucoup de place puisque la défense adverse se concentrait sur l’axe, tout en ayant une sécurité derrière.

Une idée que l’on retrouve avec un schéma à 3 défenseurs. 3-4-2-1, 3-5,2, il y a des possibilités pour avoir Messi au cœur du jeu et proche de ses homologues tout en ayant des choses intéressantes autour. Comme le fait d’avoir des latéraux du PSG qui sont dans un schéma fait pour qu’ils puissent attaquer. Ce qui va avec les qualités de Nuno Mendes (19 ans) et Juan Bernat (28 ans) à gauche, comme Achraf Hakimi (22 ans) à droite. Colin Dagba (23 ans) doit lui encore progresser dans les choix. Mais il a la vitesse pour faire les aller-retours.

Il n’y a donc pas encore une garantie de voir Messi et le PSG briller si l’Argentin est plutôt placé dans l’axe. Mais il semble tout même y avoir des éléments encourageants pour une vraie tentative. Reste à voir le choix que Pochettino fera, avec ses raisons.

Publicités

Derniers articles

Autres articles présents dans Autour du PSG