Restez connectés avec nous
Folgoas "dire qu’il y a une fracture entre Verratti et Emery, ça me parait exagéré"

Autour du PSG

Folgoas « dire qu’il y a une fracture entre Verratti et Emery, ça me parait exagéré »

Depuis le match nul du Paris Saint-Germain face à l’Olympique de Marseille (0-0, 10e journée de Ligue 1) ce dimanche, et la colère manifestée par Marco Verratti lors de son remplacement à la 58e minute, les « spécialistes » tentent de voir s’il y a un problème dans le vestiaire parisien. Ronan Folgoas, journaliste du Parisien, trouve cela « exagéré », même s’il affirme que tout ne va pas pour le mieux.

« Sur la base simplement des sorties de Verratti et de Di Maria, ça me parait un peu ténu. C’est l’expression d’un mécontentement sur la place publique, c’est un peu spectaculaire, mais dire qu’il y a une fracture entre Verratti et Emery, ça me parait exagéré. Concernant la non-titularisation de Matuidi, Emery a bien fait les choses. Il a prévenu le milieu de terrain dès la veille du match, à la fin de l’entrainement matinal. On présente parfois Unaï Emery comme un pyromane qui bouleverse son vestiaire, qui rabat les cartes quasiment à chaque match. Mais il prend aussi des précautions avec Matuidi, avec Di Maria qu’il a protégé, voire sur-protégé depuis le début de la saison. Avec Thiago Motta aussi qu’il a installé comme titulaire indiscutable. C’est une période compliquée certes, mais il n’y a pas de fractures.

Emery a bouleversé les habitudes du vestiaire. Laurent Blanc avait donné les clefs du camion à certains joueurs mais surtout il n’avait pas touché au milieu de terrain. Maintenant, il y a un certain Rabiot qui est en train de modifier les équilibres et Emery accompagne sa progression. Donc cela remet en cause Matuidi et, de manière indirecte, Marco Verratti. C’est aussi ça qui perturbe certains équilibres. Mais il y a aussi des choix difficilement compréhensibles, on pense à l’état d’esprit qui doit habiter Ben Arfa et Jesé. Ils voient le jeune Ikoné leur passer devant à Nancy. Il y a des choix étonnants. », a-t-il affirmé dans une vidéo postée par le quotidien francilien.

Les colères des joueurs lors des changements ne sont pas quelque chose de nouveau dans le sport. Cela arrive. Surtout dans un match aussi tendu et que le PSG est encore loin d’être sûr de gagner. Les journalistes en font généralement une affaire, alors qu’il n’y a pas grand-chose. Il est préférable que le joueur garde son calme, mais exprimer des émotions est plutôt une bonne chose. Ne serait-il pas plus rageant de voir un joueur sortir tranquillement, même satisfait, alors que son équipe fait un match nul dans un match qu’il faut gagner?

Ensuite, il y a en effet des choix qui surprennent, qui amènent des débats. Mais il ne faut pas oublier que l’entraîneur ne peut aligner que 11 joueurs sur le terrain et qu’il y a des facteurs à prendre en compte: l’adversaire, la tactique, la forme physique, la qualité du travail…des éléments qu’il est difficile à juger en étant en dehors du staff. Pour ce qui est de la non-titularisation de Matuidi, il faut garder à l’esprit les très bonnes prestations de Rabiot, qui mérite aussi d’avoir du temps de jeu. Même s’il y a des habitudes, il faut aussi la place à des joueurs qui progressent et ont de quoi s’imposer.

Enfin, il est étrange de voir que beaucoup se concentrent sur la titularisation d’Ikoné contre Nancy. C’est pourtant bien Jesé et Ben Arfa qui ont joué ensuite contre le FC Bâle et l’OM (même si c’est des rentrées en fin de match), des matchs plus « importants ». Et on s’attend à les revoir lors des prochaines rencontres. Sans oublier qu’il faut aussi que les jeunes aient leur chance parfois. Tout le monde est d’accord sur ce point. Mais c’est comme si certains oubliaient que cela implique d’un autre joueur ne joue pas.

Publicités

Derniers articles

Autres articles présents dans Autour du PSG