Restez connectés avec nous
Interview - Salomon évoque les supporters, Tuchel, Pochettino, le Bayern et Mbappé

Autour du PSG

Interview – Salomon évoque les supporters, Tuchel, Pochettino, le Bayern et Mbappé

Bruno Salomon est une des voix les plus importantes pour le Paris Saint-Germain, puisqu’il commence depuis une dizaine d’années (avec une saison de pause) tous les matchs du club parisien au micro de France Bleu Paris. Nous avons eu le plaisir d’échanger avec ce grand passionné afin de revenir sur la construction de son histoire avec le PSG, ainsi que l’actualité du club. Cela en parlant de cette saison au contexte si particulier, de Thomas Tuchel, de Mauricio Pochettino, de PSG/Lille ce samedi (31e journée de Ligue 1), du quart de finale de la Ligue des Champions contre le Bayern Munich et de la plainte de Kylian Mbappé (attaquant de 22 ans) face aux critiques subies. Il y a aussi une petite anecdote avec Zlatan Ibrahimovic.

 

Salomon « Il a des supporters passionnants et passionnés. J’aime le style. »

Bonjour Bruno, pouvez-vous nous raconter le début de votre histoire avec le PSG, alors que vous avez commencé à Grenoble. Quand êtes-vous vraiment devenu un supporter parisien ?

C’est très particulier. J’ai un club de cœur depuis gamin, c’est Grenoble. Le PSG c’est venu petit à petit. Je ne peux pas dire que j’allais avec mon papa au Parc des Princes. On allait déjà rarement à Paris. Mais il y a des matchs qui m’ont marqué. Et j’ai ce côté un peu cocardier. Très vite, quand Djorkaeff a mis les pieds au PSG alors qu’il a été formé à Grenoble, j’ai commencé à vraiment m’y intéresser. Et puis il y a eu George Weah, un joueur que j’adorais. J’ai encore en tête sa mine contre le Bayern Munich.

Si on peut le copier prochaine, ce sera bien !

Oui, ce serait fantastique d’avoir la même frappe (rires). Tous les joueurs ont le droit de tirer de loin.

Mais pour le PSG, j’ai vraiment plongé quand on m’a donné le micro. Je me suis dit, si tu rentres là-dedans, il faut se lancer à 200%. J’ai appris l’histoire du club, qui m’a vraiment passionné. Il est vraiment passionnant. J’aime beaucoup aussi que beaucoup de gens le détestent. J’aime cette adversité.

Et puis petit à petit en rencontrant des passionnés, comme Michel Kollar, l’historien du PSG, ou des Ultras, il y a plein de gens qui m’ont fait voir ce club sous un jour que j’aime. J’aime ses couleurs, son stade. J’étais allé voir un match de rugby quand j’étais gamin, et je l’avais trouvé fantastique. Ce qui m’a plu dans ce club, c’est le côté foutraque mais avec toujours de la passion, à sa façon. Il a des supporters passionnants et passionnés. J’aime le style.

Vous êtes depuis devenu un peu « la voix » que suivent les supporters du PSG, mais avec une saison (2019-2020) de pause avant de revenir…ça vous a trop manqué ?

C’est pour des raisons personnelles que je garderais, mais oui je suis parti une année au service des Sports de Radio France. Cela s’est très bien passé. Mais il y a eu des problèmes en 2020 avec ma famille. France Bleu Paris m’a tendu la main pour revenir et cela m’avait manqué, cette énergie, ce lâcher prise lors des matchs. Je m’éclate dans ce que je fais. Je suis vraiment content. L’année 2020 a été très dure et je suis revenu à 200% et je les remercie. Je suis très content de retrouver les auditeurs. J’ai encore eu un message pour me dire que dans cette crise le supporter est content d’avoir France Bleu à tous les matchs. C’est le plusInterview - Salomon évoque les supporters, Tuchel, Pochettino, le Bayern et Mbappé beau compliment.

Salomon « vivement que les supporters reviennent. »

Malheureusement, dans ce contexte on ne peut pas être tous ensemble dans les stades. Votre métier devient plus dur et plus important, avec cette attente des supporters notamment ?

Je pourrais me plaindre faire le Calimero en disant qu’il n’y a pas d’ambiance. Mais je suis un privilégié, je peux aller dans les stades. Bien sûr que c’est horrible ces huis clos, je trouve d’ailleurs dommage de ne pas trouver une jauge pour quelques milliers de supporters, mais bref. C’est surtout à moi de tout donner, les supporters sont là pour nous écouter et ils leurs soucis. Alors quand il y a le match, on se lâche et on veut passer 2 bonnes heures ensemble. Ce n’est pas pour se plaindre toutes les 3 minutes.

Il faut bien voir que je suis un grand chanceux, je vais encore dans les stades. Et donc je me lâche. Comme contre Barcelone, j’ai eu la chance d’être l’un des 12 accrédités du côté de la France. J’étais dans une cabine pourrie sans pouvoir m’asseoir, mais ce n’était pas grave. Il faisait se lâcher et donner pour les auditeurs. Depuis le départ, je fais ce métier en pensant aux gens qui n’ont pas pu aller dans le stade. Après, bien sûr que ça manque. Avec ce huis clos, le seul avantage c’est que l’on peut se garer facilement proche du Parc des Princes.

Mais oui, quand on se pose et qu’on ne voit personne, il n’y a pas le papa avec son fils qui regarde le programme du match en attendant tranquillou en attendant que l’ambiance monte, c’est dur à vivre. Mais je n’ai pas le droit de me plaindre. Je dois en profiter. Mais vivement que les supporters reviennent. Je n’ose imaginer rien que le premier avec un peu de supporters…

Salomon « Pour le moment, franchement, ce n’est pas si mal. »

Et justement, on savait que la saison serait difficile avec ce contexte. Mais il y a quand même beaucoup de critiques au moindre match raté. Est-ce qu’on est trop dur avec le PSG cette saison ?

Je pense que les gens ne se rendent pas compte du fait que le PSG a pris la saison à l’envers à cause du calendrier. Il faut rappeler que la préparation c’est normal 1 mois et demi, avec quelques matchs amicaux et puis tu attaques le championnat tranquillement. Là, Paris a fait la préparation en juillet pour les finales des coupes, et ensuite le Final enfermé au Portugal en allant en finale. Tu as commencé la saison avec 3 gros événements qui ont pris une énergie folle. Et tu ne t’es pas raté. Cela a été réussi même.

Mais ensuite, cela a été cataclysmique. Les joueurs n’ont pas fait n’importe quoi en vacances, mais ils se sont un peu lâchés et ils le payent. Il n’y a qu’une chose positive dernièrement, ce sont les matchs reportés des Sud-Américains en mars. Mais les joueurs sont formidables. Ils ne peuvent plus rien faire, ils bossent comme des ânes, ils sont critiqués, ils ont des stades vides alors que le football c’est de jouer avec des supporters…S’ils vont au bout, avec la Coupe de France, la Ligue 1 et rien que le dernier carré de la Ligue des Champions, on pourra leur tirer un grand coup de chapeau.

Et s’il faut, je les emmène pour prendre leur avion et de bonnes vacances. Ils auront fait une saison d’enfer. Et on ne se rend pas assez compte. Bien sûr, un joueur de football doit faire son entraînement et tout le reste. Mais il y a eu des cas de Covid, avec l’isolement, ou Rafinha qui a été KO en janvier. Tout s’est passé, mais finalement le PSG est toujours en course. Pour le moment, franchement, ce n’est pas si mal.

Interview - Salomon évoque les supporters, Tuchel, Pochettino, le Bayern et Mbappé

Mauricio POCHETTINO coach of PSG during the Ligue 1 match between Paris Saint-Germain and Brest at Parc des Princes on January 9, 2021 in Paris, France. (Photo by Anthony Dibon/Icon Sport) – Parc des Princes – Paris (France)

Salomon « J’ai détesté la séquence durant laquelle il a critiqué l’institution. »

Tuchel a été critiqué et remplacé, est-ce que finalement on n’a pas été trop dur avec lui quand on voit que les difficultés de la saison ?

J’ai aimé les 2 prochaines années, mais cela s’est arrêté par le 8e de finale contre Manchester à cause d’arguments qui ne tenaient pas. Il a parlé de malchance, mais non il y a eu des failles individuelles et collectives. Je pense qu’il a perdu le mojo et il aurait fallu trouver une autre solution. Après, il a tenu la barraque et il avait le côté papa poule. Je pense qu’il a été bouffé par les joueurs. Ils l’ont écouté jusqu’à la finale, mais après ils l’ont lâché.

J’ai détesté la séquence durant laquelle il a critiqué l’institution, a manqué de respecter. C’est qu’il a fait à Danilo, c’est bas. Il l’a mis en difficulté pour mettre le directeur sportif en porte-à-faux. J’ai eu du mal avec la fin. Par contre, j’aime beaucoup Pochettino.

Salomon « J’ai envie de voir ce que ça donner quand il aura les joueurs qu’il veut. »

Pourquoi exactement ?

J’aime beaucoup l’histoire et ce qu’il est en train de mettre en place, avec son pressing et le contre-pressing qui se dessine. J’aime voir une patte PSG. J’ai envie de voir ce que ça donner quand il aura les joueurs qu’il veut, il faudra qu’il en ait.

Il est arrivé dans un bourbier, on n’a pas eu que des matchs exceptionnels, même s’il y a Barcelone et Lyon pendant 60 minutes, et je suis assez fan de ce qu’il fait. Le changement a été un peu violent. Mais Tuchel avait tendu le bâton pour se faire battre. Quand on connaît Leonardo, c’était sûr que ça allait chauffer. Et le choix Pochettino est le bon, même si j’étais un partisan de Thiago Motta. Mais c’était peut-être trop risqué.

Salomon « Je suis persuadé que contre Lille et le Bayern ils seront là. »

Comment vous sentez le match décisif contre Lille ?

Le PSG aime le match juste avant la Ligue des Champions et il y a ce championnat excitant…Ce n’est pas mieux d’avoir 4 équipes qui se battent ? J’aime ce championnat, c’est plus intéressant même si on n’aime pas voir le PSG perdre. Mais j’aime le voir à fond. Je le sens bien. C’est un match de très haut niveau, c’est parfait avant la Ligue des Champions. Je pense que Paris va répondre présent. Même s’il y a des absents, il y a Neymar en mode commando, Mbappé qui va vouloir répondre aux critiques.

J’aime ce PSG sous pression. Cette saison, Paris a répondu à chaque fois qu’il a été au pied du mur. Cela a été le cas contre Manchester, Barcelone et Lyon. Je suis persuadé que contre Lille et le Bayern ils seront là.

Salomon « Je pense que Paris peut accrocher le Bayern jusqu’au bout. »

Confiant aussi contre le Bayern Munich ?

Je pense que c’est le meilleur tirage, en fait. Bien sûr que je voulais Porto. Mais à un moment donné, il faut les prendre. Et cette équipe du Bayern, quand je vois la finale perdue 1-0, je pense que Paris a les armes. Oui, c’est une grande équipe, avec de grands joueurs. Mais le PSG en a aussi et on commence à trouver un ADN. On ne part pas favori et il y a beau y avoir la petite vidéo de Thomas Müller qui se dit content, mais je ne suis pas sûr que le Bayern ait sauté au plafond. C’est un match où le PSG n’est pas favori, il peut lâcher les coups. Il a le retour au Parc. Je pense que Paris peut accrocher le Bayern jusqu’au bout.

Le PSG est presque meilleur quand il n’est pas favori.

Oui, je pense que Paris va répondre présent. Et puis ils ne peuvent pas se ménager contre Lille, ils doivent être à pleine puissance et enchaîner. Et je pense qu’ils ont la caisse. Et les Sud-Américains ont pu se préparer pendant la trêve.

Salomon « Je peux le comprendre…mais qu’il ne sorte pas le violon. »

Mbappé s’est plaint des critiques subies en France et a fait comprendre que cela peut jouer sur son avenir, qu’en pensez-vous ?

Il y a deux choses dans sa déclaration. La première, c’est sur les critiques en Equipe de France. Je peux le comprendre. La France n’a pas de jeu. Mbappé joue 190 sur les 3 matchs, il n’est pas ménagé, on lui faitInterview - Salomon évoque les supporters, Tuchel, Pochettino, le Bayern et Mbappé porter tout le poids de l’équipe sur le dos alors que les autres sont épargnés. Il a l’impression que tout lui monde lui tombe dessus et Mbappé n’est pas seul dans l’Equipe de France. Je peux comprendre là-dessus.

Après, s’il part à l’étranger, qu’il ne s’inquiète pas, il y aura d’autres critiques et ce sera bien plus violent. Cela a été le cas pour Cristiano Ronaldo ou Lionel Messi en Espagne. S’il veut dire qu’il va partir qu’il en a marre des critiques, ce n’est pas une bonne communication. Au PSG, il n’y a pas tant de critiques, on se pose surtout des questions. Mais je reviens sur cette saison particulière, je pense qu’il y a beaucoup de fatigue.

Après, derrière, j’ai le sentiment qu’il se prépare à dire adieu. C’est un joueur fantastique, il me fait vibrer. Mais à un moment donné, s’il veut partir, l’institution PSG reste. Bien sûr qu’on veut le retenir. Mais s’il a son plan de carrière au Real Madrid, il faut le dire. Il faut surtout une prise de position. A la fin de sa déclaration, sur le fait que les critiques joues sur son avenir…Il ne doit pas tout mélanger. S’il part, c’est le projet sportif, le point financier. Ce qu’on peut comprendre, c’est la vie du football. Mais qu’il ne sorte pas le violon.

Salomon « il m’a répondu très sérieusement, et il a éclaté de rire après. »

Pour finir, auriez-vous une petite anecdote à raconter ?

Il y a des journalistes qui aiment prendre des photos avec les joueurs, je ne l’ai fait qu’une fois avec Zlatan Ibrahimovic. C’était la seule fois que c’était moi. On se croise après un titre de champion de France, je lui demande pour prendre une photo et il me dit « combien tu me donnes ? ». Alors je dis mince c’est payant en plus. Et puis il rigole et me dit qu’il n’y a pas de souci. Et j’ai raté la photo, elle est complètement floue et j’ai dû la jeter. J’étais fan de son côté rock and roll. Au départ, il m’a répondu très sérieusement, et il a éclaté de rire après. Mais bon, la photo était dégueulasse malheureusement (rires).

Publicités

Derniers articles

Autres articles présents dans Autour du PSG