Restez connectés avec nous
Klinsmann tente de prendre la défense du PSG
©IconSport

Autour du PSG

Klinsmann tente de prendre la défense du PSG

Jürgen Klinsmann, ancien international allemand et sélectionneur de l’Allemagne, a été interogé par beIN SPORTS concernant le 8e de finale retour de la Ligue des Champions, qui a vu le Paris Saint-Germain tout perdre contre le Real Madrid en l’espace que quelques minutes. Une situation loin d’être unique selon Klinsmann qui rappelle que le football est imprévisible et vante son charme. Enfin, il a clairement évoqué la faute sur Gianluigi Donnarumma, gardien de 23 ans.  

Klinsmann « Le football est parfois imprévisible »

« C’est complètement fou parce qu’à l’issue du match aller, et même de la première période au match retour, c’était déjà presque plié. Mais le football est parfois imprévisible, tout peut changer en l’espace de quelques secondes. L’action de Gianluigi Donnarumma qui fait que tout s’inverse, le match bascule à 1-1 alors que le Paris Saint-Germain était presque qualifié.

Klinsmann « Je pense que oui, on aurait pu siffler cette faute »

Il y a eu cette polémique sur la faute, ce moment d’égarement collectif. Et en l’espace d’une seconde, on a pu se rendre compte de ce qu’était le football. Parfois, on ne peut pas prévoir ce qui va se passer, on ne peut pas tout maîtriser. En une seconde, tout peut s’inverser. C’est quand même assez incroyable et c’est ce qui fait le charme et la fascination pour le football. S’il y avait faute de Karim Benzema sur Gianluigi Donnarumma ? Je pense que oui, on aurait pu siffler cette faute. Ce n’est pas du 50-50, je dirais qu’il y a plus faute à 60%. Mais l’arbitre n’a pas pris cette décision et le match a basculé », propos relayés par Foot Radio.

On n’avait pas vu cela depuis la défaite contre le Real Madrid, mais il y a bien une tentative de prendre la défense du club parisien. Klinsmann évoque l’imprévisibilité dans le football. Très clairement, il dissocie la grosse domination parisienne pendant 150 minutes, jusqu’à la faute de Donnarumma puis rappelle pourquoi le football n’est pas un sport comme les autres. De plus, selon lui, la faute aurait largement pu être sifflée. Mais là encore, c’est le football, c’est arrivé par le passé, cela arrivera encore.

Évidemment, il ne faut pas tout jeter après le match du PSG, c’est en filigrane ce que tente de dire Klinsman. La beauté du sport réside aussi dans ces moments qui permettent de déjouer un pronostic. C’est tombé sur le PSG qui doit essayer de comprendre comment l’équipe a pu traverser une telle zone de turbulence, mais cela ne veut pas dire non plus que les joueurs ont tout raté durant cette double confrontation. Sinon on tombe dans le culte du résultat. Évidemment, le résultat prime, mais il ne peut pas être le seul degré d’analyse. Comme le beau jeu sans résultats ne peut pas non plus être totalement satisfaisant. Dans le cas du PSG, l’équipe a payé ses mois difficiles, de doutes, de perte de confiance. C’est en ce sens qu’elle doit travailler. C’est arrivé trop de fois depuis 6 ans.

Publicités

Derniers articles

Publicité

Autres articles présents dans Autour du PSG