Restez connectés avec nous
La gestion de Tuchel est remise en question par les joueurs du PSG, assure Le Parisien
©IconSport

Autour du PSG

La gestion de Tuchel est remise en question par les joueurs du PSG, assure Le Parisien

Après 3 matchs amicaux plutôt satisfaisants, le Paris Saint-Germain a difficile remporté la finale de Coupe de France vendredi contre l’AS Saint-Etienne (1-0, retrouvez le résumé ici), alors que les Stéphanois ont pris un carton rouge dès la 30e minute de jeu. De quoi déjà ramener les vagues de critiques auxquelles nous sommes désormais habitués. Le Parisien publie même un article ce dimanche pour évoquer des doutes des joueurs à propos des consignes et choix du coach Thomas Tuchel.

« ils regrettent des consignes un peu scolaires. »

« L’absence de Mbappé et la condition incertaine du numéro 10 renvoient à une interrogation des joueurs : c’est quoi, le plan de jeu de Tuchel ? Souvent, entre eux, ils regrettent des consignes un peu scolaires où, en gros, il leur est demandé de donner le ballon aux deux cracks, et après on verra.

En privé, certains joueurs, comme Gana Gueye, regrettent le manque de volume aux entraînements et parlent de séances peu intenses, sans assez de pressing. Celui instauré par Claude Puel, l’entraîneur des Verts, a d’emblée déstabilisé les Parisiens. A chaque fois qu’un adversaire harcèle et met de l’impact, le Paris de Tuchel est perdu, sans solution. (…)

« Thiago Silva, certes exemplaire au Stade de France, est toujours le capitaine. »

Pour beaucoup, la concurrence est tronquée, avec des choix d’abord politiques effectués par Tuchel. Pablo Sarabia demeure confiné dans son rôle de joker de luxe, à attendre que l’un des quatre offensifs se blesse ou soit suspendu. Derrière, Thiago Silva, certes exemplaire au Stade de France, est toujours le capitaine alors que dans deux matchs, dans le scénario du pire, son aventure parisienne prendra fin. Il porte le brassard parce qu’il joue, laissant Presnel Kimpembe et ses qualités de combattant et de leader sur le banc.

Au milieu, Marco Verratti, pour la première fois depuis son changement de statut au PSG, a regardé une finale en qualité de remplaçant alors que Gueye n’a pas encore retrouvé ses jambes. Contrairement à ce que lui reprochent ses détracteurs, Tuchel n’a pas fait dans la politique avec Verratti, mais, sportivement, s’est sans doute trompé en se passant du seul profil créatif dont il dispose dans ce secteur. »

On peut concéder au journal francilien qu’il est possible que les joueurs ne soient pas tout à fait convaincus. Il est en tout cas impossible d’affirmer de l’extérieur qu’il n’y a pas le moindre doute. Cependant, on reste très prudents face à ces affirmations, puisqu’il n’y a rien qui soit certain ou prouvé. Par exemple, il est question d’une critique à cause d’une concurrence qui n’existerait pas, mais c’est aussi placé comme un détail quand Marco Verratti, habituel titulaire, démarre sur le banc. On note d’ailleurs que Tuchel a indiqué que c’est Leandro Paredes qui a pris la place de l’Italien, et non Gueye.

Difficile alors de ne pas douter du reste, surtout qu’il n’y a toujours rien de concret. Sur le plan de jeu, c’est aussi la remarque que l’on entend souvent parmi les « spécialistes » qui ne veulent pas entrer dans le détail du jeu parisien. Et non, le PSG de Tuchel n’est pas toujours « perdu » face au pressing. Pour ce qui est de Sarabia, il a en effet du mal à quitter le rôle de doublure, mais il est logique qu’il soit compliqué de dépasser Mbappé, Neymar, Icardi ou Di Maria. Même si le 3e a été un peu moins bon dernièrement, il occupe un rôle très différent. Restons donc prudents face à ces affirmations qui sortent « étrangement » après un premier match peu convaincant depuis des mois. Attendons de voir la finale de Coupe de la Ligue contre l’Olympique Lyonnais vendredi prochain pour voir si la tendance n’aura pas déjà changé.

Publicités

Derniers articles

Publicité

Autres articles présents dans Autour du PSG