Restez connectés avec nous
Molina "Cavani, le peu de fois où il parle, il est écouté...il s'impose une grosse exigence"

Autour du PSG

Molina « Cavani, le peu de fois où il parle, il est écouté…il s’impose une grosse exigence »

Romain Molina, auteur d’une biographie très poussée sur Edinson Cavani, a été invité par Le Parisien à commenter la personnalité du buteur de 30 ans du Paris Saint-Germain et de l’Uruguay. 

« Le profil d’un capitaine ?

Il se fiche d’avoir le brassard. Mais c’est un leader sur le terrain. Le peu de fois où il parle, il est écouté car il sait à quel moment il doit intervenir. Par contre, je ne serais pas étonné qu’il prenne le brassard en dépannage avec l’Uruguay. Son rapport avec son pays est dingue. Il pourrait se casser la jambe pour l’Uruguay.

‘Il a sûrement du mal à dissocier les deux’

Ce qui peut le gêner ?

Ses problèmes personnels. En 2015, il a connu un divorce, il voyait très rarement ses fils, il a vu son père partir en prison et on a constaté qu’il était moins performant sur le terrain. A l’âge de 17 ans, alors que ses parents se sont séparés, il a pris deux cartons rouges consécutifs ! Il a sûrement du mal à dissocier les deux.

Le négatif dans sa personnalité ?

Il a un côté bougon. Il en demande peut-être trop aux autres car il s’impose une grosse exigence. Il ne comprend pas que certains joueurs ne se donnent pas à 100 %. Ça va lui arriver de gueuler quand il n’est pas servi. Sinon, plus il court, plus il est content ! »

Cavani est plus un exemple qu’un leader. On le voit pas souvent prendre la parole sur le terrain, mais il n’y a pas vraiment le besoin. Voir l’Uruguayen se donner à fond sur le terrain doit suffire pour s’en inspirer. C’est le genre de coéquipier que tout le monde et que l’on veut suivre. Malheureusement, son exemplarité ne suffit pas toujours. Mais il ne peut pas être absolument parfait et en plus savoir tenir le discours pour réveiller tout le monde. Même si on peut facilement croire qu’en cas de discussion de groupe et souci à régler, il est écouté.

Sa seule grande faiblesse rappelle simplement qu’il est humain (on l’oublierait parfois à voir ses efforts physiques). Quand dans la vie personnelle ça ne va pas, Cavani a souvent du mal sur le terrain. On l’avait bien en 2014 et 2015. Maintenant, il semble aller bien mieux. Il y a de quoi au PSG. Espérons que cela continue.

Publicités

Derniers articles

Autres articles présents dans Autour du PSG