Restez connectés avec nous
PSG/Angers - Baticle évoque l'arbitre, la VAR et les difficultés
©Iconsport

Adversaires

PSG/Angers – Baticle évoque l’arbitre, la VAR et les difficultés

Ce vendredi, dans le cadre de la 10e journée de Ligue 1 2021-2022, le Paris Saint-Germain affrontait Angers au Parc des Princes. Gérald Baticle, entraîneur de l’équipe angevine, s’est arrêté au micro de Amazon Prime après la victoire parisienne (2-1, retrouvez le résumé ici). Il a évoqué longuement son mécontentement face à l’arbitrage, mais aussi le déroulé du match.

Baticle « J’ai 2 pensées : une pour Bernard Tapie et une pour Michel Platini. »

On s’accorde tous à dire qu’il y avait faute d’Icardi sur votre joueur.

Que voulez-vous que je rajoute ? La VAR doit revenir à l’action, elle revient juste sur la discussion de la main. Je n’ai pas assez revu l’action pour le confirmer mais je pense qu’il y a main. Il faut simplement revenir sur l’action avant qu’il y ait main. Il y a limite un plaquage au sol donc pour moi, il n’y a aucune discussion. J’ai 2 pensées : une pour Bernard Tapie et une pour Michel Platini. Bernard Tapie avait tout compris à un moment donné et cela a changé la face du football français. Et Platini ne voulait pas de la VAR.

Moi je suis pour car j’estime que 80 % des erreurs sont corrigées grâce à elle. Mais lorsque l’erreur n’est pas corrigée, ça fait mal car vous vous demandez pourquoi elle n’est pas corrigée car elle est visible. Ce soir, sans avoir les bons angles, on arrive à voir la faute. Si vous avez les bons angles, comment faites-vous pour ne pas la voir ? Là c’est un plaquage avec les 2 mains. Un défenseur qui se couche alors qu’il y a le feu dans notre défense, ce n’est pas possible. On a tous joué au foot.

C’est comme un attaquant qui va tomber alors qu’il peut marquer. S’il tombe, c’est qu’il y a une faute. Et là, c’est pareil pour notre défenseur. A l’arrivée, il prend un carton jaune et on permet à Paris de reprendre l’avantage. Je vais même aller plus loin : je m’étais interdit de pleurer par rapport à l’arbitrage, c’était l’un des principes que je m’étais fixés. Mais c’est plus fort que moi, je suis désolé. Même sur le premier but parisien, lorsqu’il y a la remise sur Mbappé, nous avons un angle très léger. On voit juste sa main mais il est en position de hors-jeu au moment de la passe. Si on revient bien avec un bon angle, il y a hors-jeu.

Baticle « il faut aussi que la VAR soit en forme ce jour-là pour nous aider à créer l’exploit. »

Mais le football est comme ça maintenant. Si on utilise la VAR, on doit bien l’utiliser. C’est rageant. C’est arrivé à Lyon il y a peu de temps donc ce n’est pas dû à la taille du club. J’avais dit aux joueurs qu’il fallait être bons à 11, en équipe pour réaliser l’exploit de battre le PSG. Mais il faut aussi que la VAR soit en forme ce jour-là pour nous aider à créer l’exploit. Nous avons fait une bonne première mi-temps, nous avons été moins performants en deuxième.

Nous avions un avantage mais c’est très dur et cela fait mal de permettre aux Parisiens de revenir sur un premier but avec une position de hors-jeu et de nous enfoncer sur un deuxième avec une faute évidente.

Baticle « nous avons trop reculé en seconde mi-temps. »

Sur le premier but, la VAR a bien regardé la position de Mbappé au moment où le ballon arrive. Toutefois, si c’est sa main qui est hors-jeu, cela ne compte pas car seules les parties avec lesquelles le joueur peut jouer ou toucher le ballon sont comptées. 

C’est exact mais sur le plan qu’on a avec notre service vidéo, on voit la main de Mbappé qui est complètement en situation de hors-jeu. Le corps n’est pas très loin de la main, et si vous imaginez la position du corps par rapport à la main, vous pouvez en déduire la situation de hors-jeu.

La VAR a d’autres angles disponibles mais je ne voulais pas aller là-dedans. Pour parler football, nous avons fait une bonne première-temps, nous leur avons posé des problèmes. On a fait un début un peu timide, on s’est libéré au fil de la première période jusqu’à marquer un but, avoir quelques bonnes situations pour aggraver le score au moment où on en avait la possibilité. A mon goût, nous avons trop reculé en seconde mi-temps.

On n’a pas cherché à reculer mais quand le PSG pousse, vous êtes obligés de reculer pour rester en bloc et fermer l’axe. On s’est fait enfoncer et on leur a permis d’avoir plus de situations devant les buts, plus de centres qu’en première période.

Baticle « le rythme s’élève, la fatigue arrive et c’est difficile de continuer d’être lucides. »

Ce qui m’a dérangé en deuxième mi-temps, c’est le manque de justesse technique. Il y avait des coups à jouer, des espaces, et vous auriez pu leur faire mal.

C’étaient les intentions comme en première période, mais après, le rythme s’élève, la fatigue arrive et c’est difficile de continuer d’être lucides. Mais c’est l’un des angles de progression des joueurs et de l’équipe.

Êtes-vous pour la sonorisation urgente de l’arbitrage en France ? 

Je suis pour que la VAR corrige encore plus d’erreurs. Comme je vous l’ai dit, je pense que c’est 80 % d’erreurs corrigées. Je suis pour que la VAR se donne des moyens et corrige 100 % des erreurs. On voit qu’il y a beaucoup d’histoires sur des situations faciles à déceler et corriger. C’est très dur lorsque vous savez qu’il y a l’utilisation de la VAR et que ce n’est pas corrigé et en votre défaveur.

 

Publicités

Derniers articles

Autres articles présents dans Adversaires