Restez connectés avec nous
Vitinha se confie : Porto, l'apprentissage à Wolverhampton et la venue au PSG
@Iconsport

Club

Vitinha se confie : Porto, l’apprentissage à Wolverhampton et la venue au PSG

Vitinha, milieu de 22 ans arrivé au Paris Saint-Germain cet été en provenance du FC Porto, s’est confié au micro de PSG TV à propos de son parcours qui l’a mené jusqu’à Paris, où il est particulièrement heureux.

Vitinha « même quand je ne jouais pas au foot il y avait tout de même un ballon dans l’histoire. »

Tes débuts au centre de formation de Porto ?

J’y suis entré à 12 ans et à partir de là j’ai fait mon parcours jusqu’à l’équipe A et le titre de champion. Je n’ai jamais vraiment quitté mon chez moi. J’allais au centre d’entraînement tous les jours et je rentrais le soir.

J’ai choisi de faire ainsi, c’était un peu plus fatiguant mais aussi réconfortant de retrouver ma famille. On s’est toujours beaucoup amusé, on était des enfants, adolescent et par dessus tout on avait envie de s’éclater.

Des souvenirs en dehors du football ?

Ma vie a toujours tourné autour du football, même quand je m’amusais en dehors du foot, ça passait par le foot (rires). J’ai toujours fait pareil et toujours adoré le faire. Donc même quand je ne jouais pas au foot il y avait tout de même un ballon dans l’histoire, à chaque fois.

Vitinha « Les premiers titres sont toujours marquants et nous donnent l’ambition. »

La Youth League remportée en 2019 avec Porto ?

Nous étions la première équipe portugaise à le faire, c’était une énorme joie. J’ai senti que c’était ce qui comptait le plus pour moi, et qu’on le méritait et ça va rester à jamais dans mes souvenirs. (…) Les premiers titres sont toujours marquants et nous donnent l’ambition de continuer à gagner.

Après la saison, on a attaqué l’Euro U19 qui s’est très bien passé. Nous sommes arrivés en finale, malheureusement pour perdre contre l’Espagne. Mais on a fait un excellent parcours. Et j’étais capitaine, donc je garde cette amertume de ne pas avoir pu soulever la coupe, mais c’était quand même super.

Vitinha « c’était aussi très enrichissant. »

Le prêt à Wolverhampton en 2020 ?

C’était dur (sourire), grandir peut être inconfortable, je suis sorti de ma zone de confort et de ma maison. Je suis parti découvrir le foot au-delà des frontières, ce qu’est le foot dans le monde, en Angleterre, c’était aussi très enrichissant.

Je n’ai peut-être pas jouer autant que j’aurais aimé, car on n’a pas assez fait appel à moi. Mais j’ai toujours travaillé et je peux dire qu’en dehors des 4 lignes du terrain, j’ai toujours appris grâce au football. J’ai beaucoup appris. J’ai découvert des nouvelles cultures, j’ai appris à grandir auprès de mes coéquipiers et j’ai découvert d’autres coutumes.

Vitinha « je suis très reconnaissant pour cette année passée parce qu’elle m’a bien préparé à cette année. »

C’était dur, mais ça m’a beaucoup aidé et je m’en rends compte aujourd’hui, qu’en arrivant à Paris, cette expérience m’a tout facilité. Parce que maintenant je connais quelque chose de similaire. C’était dur au début, de sortir de ma zone de confort, là où j’avais mes amis, ma famille, mon espace habituel.

Je me suis mis au défi, j’ai fait face à beaucoup d’obstacles, mais jamais seul car j’ai toujours ma femme avec moi, et parfois ma famille. Mais je n’avais plus cette atmosphère à laquelle je m’étais habitué. Donc en un sens ça m’a formé, donné le bagage nécessaire et je suis très reconnaissant pour cette année passée parce qu’elle m’a bien préparé à cette année et à la vie, dans le foot et au-delà.

Vitinha « c’était une saison parfaite, digne d’un rêve. »

Une dernière saison incroyable à Porto ?

Oui, il y a eu des moments d’indécision, je ne savais pas s’ils décideraient de me conserver donc c’était flou et ça a rendu ma vie plus incertaine. Mais au final, tant mieux car j’ai toujours voulu être champion et m’affirmer avec le FC Porto, mon club de cœur.

Et j’en ai eu l’occasion, c’était une saison incroyable, pendant laquelle je n’ai jamais regardé la fin. J’ai toujours vécu le moment présent. Et maintenant en y pensant, après la victoire, je me dis que c’était une saison parfaite, digne d’un rêve.

Tu as été élu meilleur joueur du mois de décembre, janvier et mars !

C’était parfait (sourire), j’étais bien, l’équipe était à son max, on a traversé le championnat en restant quasiment invaincus. On a perdu un seul match à la fin, c’était exceptionnel. Et je me sentais tellement bien que j’ai fini par réaliser une saison parfaite.

Vitinha « je ne pourrais pas être plus heureux que d’être dans ce club énorme et dans cette magnifique ville. »

Que représente Paris pour toi ?

Pour l’instant, que du bonheur. Tout ce que je vis est parfait, sorti d’un rêve, c’est la vie en rose et j’espère que cela ne changera pas. J’ai déjà eu l’occasion de dire que la façon dont j’ai été reçu a dépassé toutes mes attentes. Je ne sais pas si je suis influencé par le fait d’être à l’aise loin de chez moi.

Mais j’arrive à démarrer ce nouveau chapitre avec beaucoup de plaisir. La ville est magnifique, je n’ai pas encore pu tout visiter car c’est très grand, il y a beaucoup de choses à faire, je n’ai pas pu tout faire. Mais comme vous pouvez le voir sur les photos, je suis déjà allé faire quelques balades avec ma femme et ma fille. Donc au-delà du sport, la vie est tout aussi parfaite et je ne pourrais pas être plus heureux que d’être dans ce club énorme et dans cette magnifique ville.

Ton niveau de français ?

Il s’améliorer, c’est mieux que quand je suis arrive. Je peux avoir une conversation avec quelqu’un en français, la personne peut me comprendre, même si c’est sûr que je fais des erreurs (rires).

Vitinha « Je peux maintenant entamer mon histoire avec ce club mythique. »

Ton sentiment en signant au PSG ?

C’était la concrétisation d’un rêve, une étape que j’ai toujours rêvé de franchir. Après une saison quasiment parfaite au FC Porto, je me retrouve à jouer pour l’un des plus grands clubs du monde. N’importe quel gamin ou jeune joueur qui entame sa carrière et qui rêve d’arriver à ce niveau, encore plus qu’en un enfant s’était imaginé jouer au football un jour et vouloir atteindre le plus haut niveau dans des clubs géants comme le PSG, et j’ai réussi. Je peux maintenant entamer mon histoire avec ce club mythique.

Le PSG en un mot ?

Passion.

Vitinha « sous son meilleur jour, le collectif saura faire ressortir les individualités. »

Connaissais-tu certains de tes coéquipiers ?

Je connais les Portugais Danilo et Nuno Mendes et de la sélection. J’ai aussi joué avec Danilo à Porto. Les autres, si je ne me trompe pas, je connaissais personne. Mais j’insiste, ils m’ont reçu d’une façon extraordinaire, ils ont rendu ça très facile, je me suis bien intégré et c’est grâce à eux. Ils m’ont beaucoup aidé et je suis sûr que ce sera visible sur le terrain pendant très longtemps.

Tes ambitions avec le PSG ?

Il est impossible de parler personnellement sans parler du collectif, sachant que, sous son meilleur jour, le collectif saura faire ressortir les individualités et c’est pour ça que je suis là, pour aider l’équipe. Et je sais que tout se passera bien pour moi. Et je pourrai briller naturellement. Je m’attends à une année très positive, pleine de croissance. Avec ce nouveau palier, je suis dans la cour des grands. En ce qui me concerne, je vais vous promettre de travaille et tout faire pour que l’équipe gagne tout ce qu’il y a à gagner.

Publicités

Derniers articles

Publicité

Autres articles présents dans Club