Restez connectés avec nous
Coupe du Monde - Deschamps évoque la mentalité, Mbappé et la pression
@Iconsport

Coupe du Monde

Coupe du Monde – Deschamps évoque la mentalité, Mbappé et la pression

Didier Deschamps, sélectionneur de l’Equipe de France, a répondu à plusieurs questions de lecteurs du journal Le Parisien. L’occasion d’évoquer notamment la fameuse « gestion des ego » qui fait souvent parler autour du football de haut niveau, le cas de Kylian Mbappé (attaquant de 23 ans du Paris Saint-Germain et des Bleus) et la possible pression du champion en titre pour attaquer la Coupe du Monde la semaine prochaine (premier match contre l’Australie).

Deschamps « C’est plus difficile, honnêtement, de gérer les joueurs de National 1 ou en Ligue 2, parce qu’ils pensent qu’ils sont très bons. »

« Comment gérez-vous les ego ?

Ils n’ont pas d’ego, les joueurs. On ne parle que de ça mais ce sont des compétiteurs. C’est plus difficile, honnêtement, de gérer les joueurs de National 1 ou en Ligue 2, parce qu’ils pensent qu’ils sont très bons, donc c’est plus difficile. Là, ils n’ont pas d’ego, ils ont envie d’être importants, oui, mais ils s’inscrivent dans un projet collectif. Après, on dit souvent : « Ah lui, il ne doit pas être facile. » Non, ce n’est pas ça. On a des discussions. Ils ont envie d’être décisifs mais ils savent tous qu’ils seront plus forts à travers le collectif. L’équipe est au-dessus de tout.

Vous dites souvent que Mbappé est différent. En quoi précisément ?

Ah, je n’ai jamais dit ça. C’est un joueur hors norme. Je l’ai pris dès le début. Il est toujours jeune, mais il a des capacités à faire certaines choses qui appartiennent à une catégorie de joueurs qui sont les meilleurs au niveau mondial. Il a son caractère, mais il n’est pas difficile à gérer.

Deschamps « il faut y aller avec beaucoup d’humilité. »

Étant champion du monde en titre, ressentez-vous une pression supplémentaire ?

Non. Quand tu es sur le toit du monde, tu as ce titre pour au minimum quatre ans. Nous, on a gratté quelques mois de plus. (Rires.) Mais derrière, il y a une attente : l’équipe de France doit gagner tous les matchs 3-0. Mais c’est très difficile d’arriver au plus haut niveau, et c’est encore plus difficile de s’y maintenir. Donc, il faut y aller avec beaucoup d’humilité. Parce que les autres équipes sont là aussi, elles travaillent. Il y a des favoris, des outsiders, tout ce que tu veux… Mais à l’arrivée, il n’y en a qu’une qui gagne. »

Dans l’idée véhiculée en général par les médias et qui existe dans l’esprit de nombreux supporters, les grands joueurs sont difficiles à gérer pour un staff. Evidemment, ils veulent jouer et gagner. Mais ce n’est pas forcément un problème, puisque ceux auxquels on pense font partie des meilleurs et ont été choisis pour être dans les équipes ils se trouvent. Bien sûr, il y a des détails à régler (le moment des remplacements, l’éventuelle rotation, les tireurs d’un coup de pied arrêté). Sauf que les entraîneurs sont tous d’accord pour dire que c’est très loin d’être insurmontable. Ces joueurs comprennent l’exigence et l’idée de pousser vers la victoire.

Deschamps rappelle assez justement que ce peut être bien plus compliqué au niveau plus bas, avec des joueurs qui peuvent se voir bien plus forts qu’ils ne le sont et des entraîneurs qui n’ont pas la même autorité incarnée par le club. Mbappé est bien sûr exigeant et on l’a déjà vu râler en sortant, tout n’est pas facile non plus. Mais un entraîneur est surtout heureux de pouvoir le faire jouer.

Quant au Mondial, on a déjà vu le champion du monde en titre se rater complètement et il faudra faire attention. On a vu récemment que la France est loin d’avoir des certitudes dans le jeu et les résultats. Il faudra réussir à bien aborder la première rencontre pour éviter les doutes.

Publicités

Les commentaires sont fermés.

Derniers articles

Publicité

Autres articles présents dans Coupe du Monde