Restez connectés avec nous
PSG/Barcelone - Marquinhos savoure la qualification dans la douleur et revient sur les difficultés du soir
©IconSport

Club

PSG/Barcelone – Marquinhos savoure la qualification dans la douleur et revient sur les difficultés du soir

Le Paris Saint-Germain et le FC Barcelone ont fait match nul (1-1 et 5-2 pour les Parisiens sur l’ensemble des deux matchs) ce mercredi soir lors du match retour des 8es de finale de la Ligue des Champions (voir le résumé ici). Marquinhos, le capitaine de 26 ans, s’est dit rassuré de la qualification sans omettre de mentionner les difficultés du soir. Il n’a pas dévoilé les mots de Mauricio Pochettino à la mi-temps mais on a bien senti que le coach argentin a dû hausser le ton à la pause.

« Content malgré les difficultés ?

Oui, c’est ça. Cela a été dur. On savait que ce serait un autre match. Le Barça enchaîne de meilleurs matchs depuis l’aller. Ils ont eu le courage pour presser très haut, nous empêcher de ressortir le ballon. Le football, il y a de bons et mauvais moments. Il faut savoir tenir quand c’est difficile, on l’a fait grâce à notre grand gardien. Et la seconde mi-temps a été un peu meilleure.

Marquinhos « On ne va pas donner tous nos secrets »

« Ce qu’a dit Pochettino à la mi-temps ?

On ne va pas donner tous nos secrets (rires). Il a dit ce qui n’allait pas, il a parlé d’un manque d’engagement dans les moments défensifs. On a aussi eu du mal avec leurs latéraux très haut. On a su mieux gérer ces situations ensuite. Il nous a aussi montré qu’on avait manqué d’engagement.

Ce n’est pas la volonté de laisser le ballon ?

C’est très difficile de défendre contre Barcelone, on connaît sa philosophie. Ils ont pressé très haut, on n’a pas eu le temps d’avoir le ballon. En seconde période, on a mis plus de courage, il fallait mieux jouer. On a su le faire et on a mérité la qualification. »

C’est un match très difficile pour le PSG qui n’a jamais mis de rythme. Les Parisiens ont semblé amorphes dans une sorte de gestion dangereuse et non maîtrisée. Les latéraux ont montré toutes leurs limites, les milieux ont déjoué dans ce grand rendez-vous et les attaquants ont été beaucoup trop statiques. Finalement, seule la défense centrale et Keylor Navas, gardien de 33 ans, ont montré de l’envie et un visage qui colle avec une équipe de haut niveau. Alors bien sûr, Paris se qualifie contre le FC Barcelone, et c’est un moindre mal après le match aller. Mais cela aura pu être bien pire sans le match extraordinaire du portier parisien qui a arrêté 9 tirs.

La deuxième mi-temps a été plus équilibrée sans pour autant que Paris se montre plus dangereux. Il va falloir travailler pour trouver des solutions à ces non-matchs qui arrivent trop souvent lorsqu’il y a un peu d’enjeu. On a senti du déficit physique chez certains et les joueurs pourront savourer cette qualification. Mais attention à ne pas trop jouer avec le feu à l’avenir, les matchs clef en Ligue 1, coupe de France arrivent à grand pas, sans compter que le PSG est en quart de cette coupe d’Europe où il faudra clairement montrer un autre visage que ce soir. Marquinhos n’élude pas ces difficultés. Mais a tout de même rappelé que la seconde mi-temps était plus équilibrée sans être exceptionnelle.

« Je pense qu’on a bien tenu. »

On a soldé quelque chose avec le Barça ?

Cela fait du bien après ce qu’on subi contre eux et Manchester. Le football va très vite. On peut faire un très grand match et moins 3 semaines après. L’objectif était de se qualifier, de faire un bon match et de s’imposer. Le football, c’est comme un combat de boxe. Il y a de bons et mauvais moments, de la défense et de l’attaque. Je pense qu’on a bien tenu. »

Marquinhos reparle des traumatismes parisiens dans ces matchs couperets en Ligue des Champions. Et cela montre bien, que tout n’était pas si clair dans les têtes parisiennes au coup d’envoi. Et surtout, Paris ne perd pas dans les deux matchs, se qualifie et peut finalement souffler. Il y avait deux matchs. En terme de jeu, c’est une manche partout, mais sur le résultat pur et dur, Paris a dominé l’aller et gagné alors que le FC Barcelone a dominé le retour, mais n’a pu faire qu’un match nul. Il y a une part de chance, mais c’est un élément essentiel pour gagner cette coupe d’Europe. Paris peut encore y croire et c’est bien là l’essentiel.

 

Publicités

Derniers articles

Autres articles présents dans Club