Restez connectés avec nous
Real/PSG - Chapron: "Dans ce cas-là, l’arbitre est revenu sur sa décision sous le poids de l’utilisation de la VAR"

LDC

Real/PSG – Chapron: « Dans ce cas-là, l’arbitre est revenu sur sa décision sous le poids de l’utilisation de la VAR »

Hier soir, le Paris Saint-Germain, a arraché un nul inespéré à Madrid. Au delà du niveau moyen de l’équipe, le PSG a encore subit une décision défavorable de la VAR. Cela pose question sur l’utilité et la pertinence de l’assistance vidéo, car hier soir, le PSG s’est encore fait avoir. Tony Chapron est revenu sur cet épisode dans le Late Football Club, diffusé sur Canal+. 

“C’est ce que je me tue à dire depuis l’invention de cette technologie bidon. On fait arbitrer des matches à des gens qui ne sont pas compétents. C’est-à-dire que celui qui a arbitré la vidéo n’est pas habilité à arbitrer un match de Ligue des Champions, ça c’est la première chose. Et la deuxième chose c’est qu’en Ligue des champions, on siffle beaucoup moins qu’en Ligue 1 ou en Premier League par exemple. Ça veut dire que les arbitres sont habitués à laisser jouer. Avec toutes ces petites fautes ou accrochages au milieu de terrain, ils abandonnent tous ces coups de sifflet, c’est pour ça qu’on voit du spectacle.

Ils (les arbitres de la vidéo) n’intègrent pas le niveau de tolérance qu’on laisse sur ces matches à haute intensité. On ne siffle pas ces fautes-là .

L’arbitre principal fautif ? Lui, il est sous la pression de la caméra et du stade peut-être. Mais surtout, dès qu’on envoie l’arbitre voir l’image, 99% du temps il corrige sa décision parce qu’on lui dit qu’il doit suivre la vidéo. Il y a un outil et on leur dit de l’utiliser. Dans ce cas-là, l’arbitre est revenu sur sa décision sous le poids de l’utilisation de la VAR.”

Encore une fois, le PSG est mêlé à un « scandale » d’arbitrage, et encore une fois, c’est dans le mauvais sens. Hier soir, Thibaut Courtois a fauché Icardi (41e min), provoquant ainsi un penalty et carton rouge. Cependant, l’arbitre a annulé cette faute, pour une faute préalable de Gueye sur Marcelo. Et c’est la VAR, qui a pointé du doigt cette faute. C’est ça qui est gênant, l’arbitre n’avait pas jugé la faute, donc le penalty fut annulé pour une faute au préalable. Le PSG n’a donc pas obtenu le penalty.

Il est vrai, que même avec la VAR, les injustices restent là. C’est quelque chose qui peut frustrer une équipe, quand toutes les décisions vont dans le sens inverse. En plus initialement, il y avait des doutes sur cet arbitre (Artur Dias), car il n’avait pas arbitré beaucoup de grands matchs. Au final, il a surtout été influencé par l’assistance vidéo. Avant la VAR, le PSG subissait des injustices, et c’est encore le cas aujourd’hui. Cela est dommage car ce n’est pas la beauté du foot, que de voir des faits arbitraux conditionner un match. Finalement, le PSG a su arracher le nul, et donc se « venger » de ce fait de jeu.

Tony Chapron critique clairement le mode de fonctionnement de l’assistance vidéo. Il est vrai que la façon de procéder est bizarre. L’arbitre se retrouve influencé par des hommes extérieurs au match et au contexte. Finalement, les arbitres de terrains semblent être remplacés par la vidéo. Cela fait partie des évolutions que connait le football au XXIe siècle.

Publicités

Derniers articles

Publicité

Autres articles présents dans LDC