Restez connectés avec nous
Gérard Lopez "La pire des choses qui peut arriver, c'est que le championnat ne se termine pas sur le terrain"
©IconSport

Adversaires

Gérard Lopez « La pire des choses qui peut arriver, c’est que le championnat ne se termine pas sur le terrain »

Gérard Lopez, président du LOSC, a été invité par RMC Sport à évoquer les possibilités pour la fin de saison 2019-2020, qui est pour le moment suspendue à cause de l’épidémie du coronavirus. L’occasion de répondre subtilement à Jean-Michel Aulas, son homologue de l’Olympique Lyonnais, qui a proposé une saison « blanche » ou de faire un classement « historique » (sur les 3 ou 5 dernières années) dans le cas où tous matchs ne pourraient pas être joués.

« J’ai vu toutes les polémiques et les déclarations, ça nous donne de quoi discuter (sourire). Je vais essayer de prendre de la hauteur. On ne peut en vouloir à personne de prêcher pour sa paroisse. Il y a des moments où il faut parler et d’autres non.

Gérard Lopez « Ce qu’il faut, c’est terminer le championnat. »

La pire des choses qui peut arriver, c’est que le championnat ne se termine pas sur le terrain. Parce qu’il y aura des gagnants et des lésés sur les décisions qui seront prises. Ça va être une catastrophe pour ceux qui jouent la montée et la descente. C’est impossible que ça se passe bien. Ce qu’il faut, c’est terminer le championnat. Si on veut éviter que les décisions soient non sportives, c’est la seule issue possible.

Reporter l’Euro ?

Je pense que c’est le moindre mal. Quelque part, ça tombe bien car ce n’est pas un seul pays qui sera lésé. Ce n’est pas catastrophique de ne pas jouer cet Euro. »

Il n’est donc pas question de répondre de façon virulente et de rentrer dans une polémique inutile. Gérard Lopez affiche seulement un point de vue clair, et clairement compréhensible, avec l’idée qu’il faut absolument réussir à jouer les derniers matchs. En effet, il y aura sinon forcément des débats et des sentiments d’injustice. Ce qui est loin d’être idéal. Mais il faudra réussir à faire de la place à ces rencontres. C’est aussi pour cela que l’UEFA organise une grande réunion ce mardi qui doit permettre de garder les meilleures options possibles. Sachant qu’il faudra de toute façon attendre de voir l’évolution de l’épidémie du coronavirus pour avoir des certitudes sur ce qui sera finalement applicable.

Publicités

Derniers articles

Publicité

Autres articles présents dans Adversaires