Restez connectés avec nous
Ligue 1 - L'ASSE fait appel des sanctions pour des fumigènes utilisés lors de la réception du PSG

Adversaires

Ligue 1 – L’ASSE fait appel des sanctions pour des fumigènes utilisés lors de la réception du PSG

Le 13 mai dernier, lors de la 37e journée de Ligue 1, le Paris Saint-Germain se déplaçait au stade Geoffroy-Guichard pour affronter l’AS Saint-Etienne. En oubliant la victoire 0-5 des Parisiens, c’était une grande soirée pour le club stéphanois. Non seulement c’était le dernier match à domicile de l’entraîneur Christophe Galtier, mais aussi l’anniversaire du groupe de supporters les Green Angels. Il y a donc eu de très nombreuses animations en tribunes, donc un grand allumage de feux de bengale. Un événement sanctionné par la Ligue de Football Professionnel. L’ASSE a décidé de faire appel de cette décision. Voici le communiqué officiel pour l’expliquer : 

« L’AS Saint-Etienne a fait appel des très lourdes sanctions infligées par la commission de discipline de la Ligue de Football Professionnel pour l’usage de feux de bengale lors de son match contre le PSG, le 13 mai dernier au stade Geoffroy-Guichard. L’appel sera examiné lundi 3 juillet par la commission supérieure d’appel de la Fédération Française de Football.

Comme le souligne la commission de discipline dans sa notification, de nombreux feux de bengale n’ont pourtant été utilisés qu’après la rencontre, simplement pour honorer Christophe Galtier, l’ancien entraîneur de l’ASSE.

Malgré le caractère festif de l’événement, le club a été frappé d’une amende de 150 000 euros et de trois matches à huis clos partiel, dont deux avec sursis, pour les tribunes Jean-Snella et Charles Paret inférieures. En l’état, l’ASSE devra donc disputer sans une grande partie de ses supporters son premier match de championnat, face à Nice, le 5 août prochain.

Le club déplore que les sanctions disproportionnées de la LFP, pénalisant sévèrement ses supporters, obéissent à des logiques de défiance et de confrontation qui nuisent au dialogue tout en contribuant à la radicalisation de certains groupes. », lit-on notamment.

Qu’il y ait une sanction n’est pas choquant, mais elle est peut-être sévère et ne suffira pas à faire avancer les choses.

On soulignera tout d’abord que même si l’ASSE se défend en affirmant que la plupart des feux de bengale ont été allumés après le match, il y a bien une partie qui a été utilisée au moment de l’entrée des joueurs. Que l’on soit pour ou contre ce point du règlement, c’est interdit. C’est peut-être dommage pour l’ambiance, mais il n’y a pas de quoi être surpris une fois que l’on fait quelque chose d’interdit. Peut-être tout de même que la sanction est un peu lourde puisque tout s’est déroulé dans un très bon esprit.

Il y a toujours ce soucis de permettre aux supporters d’encourager leur équipe au mieux, tout en assurant la sécurité de chacun. Ces feux ne sont pas interdits pour le plaisir, mais parce qu’ils présentent des risques. Mais il est vrai que les lourdes sanctions ne sont pas forcément le meilleur moyen de régler la situation et les tensions. Un vrai dialogue construit entre supporters, clubs et instances pourrait faire du bien. Le problème étant de réussir à le mettre en place.

Pour rappel, voici quelques images des tribunes lors de cette rencontre :

Publicités

Derniers articles

Autres articles présents dans Adversaires